Gangs of London - Saison 1 (2020) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Gareth Evans
Avec Joe Cole, Colm Meaney et Michelle Farley

Édité par L'Atelier d'Images

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 19/05/2022
Critique

Une remarquable série britannique sur la guerre des gangs, efficacement réalisée et interprétée, mais déconseillée aux âmes trop sensibles.

Gangs of London - Saison 1

L’assassinat commandité du chef d’une puissante famille du crime organisé, Finn Wallace, tué par deux jeunes Gitans ignorant l’identité de leur cible, ébranle l’accord de paix qui unissait les clans mafieux de Londres. Sean Wallace, en tentant de s’imposer comme le nouveau leader et de punir les responsables du meurtre de son père, déclenche une guerre des gangs. Elliot Finch, le nouveau garde du corps des Wallace, en réalité un policier infiltré, gagne la confiance de Sean…

Gangs of London est une série britannique créée et écrite par Gareth Evans, réalisateur de The Raid et The Raid 2, deux films d’action pratiquement sans dialogues dans le style d’un jeu vidéo, et Matt Flannery, son complice de longue date, chef-opérateur de quatre de ses films.

Gangs of London - Saison 1

Gangs of London s’ouvre sur une scène étrange : un homme est suspendu par les pieds au-dessus du vide au sommet d’un immeuble. Un autre homme l’asperge d’essence, met le feu à la longue corde : la torche vivante se débat longuement avant de tomber dans le vide quand la corde se rompt. Cette mise en bouche annonce une violence à laquelle n’échappe aucun des dix épisodes, exposée sous toutes ses formes : un homme enseveli vivant dans le béton, un autre grillé à la plancha, genou défoncé à coups de marteau, empalement au sommet d’une grille, yeux enfoncés dans les orbites, ongles et dents arrachés, mains coupées à la machette, corps déchiquetés et têtes explosées par des tirs d’armes de guerre, etc. Le pire de l’histoire, c’est qu’on nous assure que rien n’a été inventé par les scénaristes : toutes ces délicatesses ont été inspirées par des faits réels !

Gangs of London met en situation une trentaine de personnages récurrents imaginés par le scénario original de Gareth Evans et Matt Flannery, engagés dans une lutte sans merci pour prendre le contrôle du crime organisé à Londres, un marché florissant sur lequel s’activent Irlandais, Jamaïcains, Albanais, Pakistanais, Kurdes, Gitans et Nigérians. En dépit de ce foisonnement et de quelques flashbacks qui bouleversent la linéarité du récit, le spectateur n’est jamais perdu : toutes les scènes s’enchaînent sans heurts, grâce à la rigueur de l’écriture du scénario et à l’efficacité du montage.

Gangs of London - Saison 1

Finn Wallace is still here. He’s in me!

La violence de Gangs of London n’éclipse pas l’épaisseur donnée aux personnages, interprétés par des acteurs chevronnés, certains avec une expérience du théâtre acquise au sein de la Royal Shakespeare Company : Colm Meaney (The Snapper, Stephen Frears, 1993) s’impose dans sa composition de Finn Wallace, cruel derrière son allure débonnaire. Ses deux fils, fusionnellement attachés malgré leurs différences, sont interprétés par Joe Cole, remarquable dans sa douloureuse succession à un père qui le terrorisait, et Brian Vernel, qui tente d’échapper à l’horreur ambiante par la drogue. Il sera difficile d’oublier la performance dans l’épisode 7 de Michelle Fairley (la Catelyn Stark de Game of Thrones (Le Trône de Fer)) dans l’incarnation terrifiante de leur mère prête aux pires extrémités pour défendre sa progéniture et venger la mort de son mari. N’oublions pas Sope Dirisu, qui entraîne Elliot Finch, le flic infiltré dans des bagarres dantesques dont il sort toujours miraculeusement vivant, après un sérieux affrontement à une brute armée d’une feuille de boucher.

Gangs of London soutient la comparaison, dans un registre différent, avec Gomorra - La série. Une suite est prévue… avec les survivants. Mais, au jour où nous écrivons ces lignes, aucune date de sortie de la saison 2 n’a encore été annoncée.

Gangs of London - Saison 1

Généralités - 2,0 / 5

Gangs of London - saison 1, divisée en dix épisodes d’une durée cumulée de 540 minutes (les deux premiers épisodes avaient été regroupés en un seul sur les plateformes VOD) et ses suppléments (53 minutes) tiennent sur trois Blu-ray BD-50 logés dans un coffret non fourni pour le test, effectué sur check discs.

Le menu animé et musical propose les épisodes dans leur version originale, en anglais mais aussi en kurde, albanais, urdu, gallois et danois, avec sous-titres optionnels (néanmoins utiles à celles et ceux un peu rouillés dans une de ces langues), au format audio DTS-HD Master Audio 5.1.

Une édition DVD (4 disques) est disponible, avec le même contenu et son Dolby Digital 5.1.

Gangs of London - Saison 1

Bonus - 3,5 / 5

Interview de Xavier Gens (28’, L’Atelier d’Images, 2020). Il a été invité à réaliser trois épisodes, par Gareth Evans qu’il connaît depuis une dizaine d’années. La saison 1 a été divisée en trois blocs, dont le tournage a été confié à trois réalisateurs et trois chefs-opérateurs, avec les mêmes équipes techniques. Chaque réalisateur a, dans le cadre défini, joui d’une grande liberté pour la mise en scène. Il a pu suggérer quelques altérations du scénario, notamment à l’épisode 7, un huis-clos qui tranche avec les scènes d’action, dominantes dans la série. Les acteurs étaient très bien « préparés » par une solide expérience théâtrale et Sope Dirisu s’est entraîné physiquement, avant le tournage pendant six mois, pour tenir le rôle très physique d’Elliot. L’important budget, autour de 40 millions d’euros, a permis, après l’examen critique d’un premier montage, d’intégrer dans la version finale de nouvelles scènes, avec une rallonge du temps de tournage de trois semaines, un luxe qui n’est alloué qu’à quelques longs métrages… avec carte blanche pour les scènes de violence, toutes inspirées de faits divers survenus à Londres.

Making of en cinq parties (Dazzler, 2020) :

Gangs of London - Saison 1

L’action (4’). Thomas Benski et Lucas Ochoa, producteurs exécutifs, soulignent la maîtrise par Gareth Evans des scènes d’action, soigneusement préparées sur storyboard, avec la complicité de Jude Poyer, coordinateur des cascades, désireux de « repousser les limites ».

Le pouvoir (5’). Gareth Evans a voulu introduire des personnages féminins forts dans un genre généralement très machiste : Marian Wallace, décidée à venger l’assassinat de son mari et à protéger ses enfants par tous les moyens, et Lale la combattante kurde aguerrie par la lutte contre les Turcs.

Le soldat (5’) met en avant Elliot, le flic infiltré dans la famille Wallace, interprété par Sope Dirisu. On découvre, peu à peu, ce qui l’a amené à braver constamment la mort.

Les familles (6’). Les Wallace et les Dumani, partis de rien, se sont épaulés pour fait fortune et « s’ouvrir toutes les portes de la ville ». Cette cohésion n’empêchera pas l’apparition de tensions.

Le monde (5’) montre l’ascension, après la mort de Finn Wallace, de Sean et souligne la dimension internationale du trafic de drogue et du blanchiment d’argent.

Gangs of London - Saison 1

Image - 5,0 / 5

L’image numérique (2.00:1, 1080p, AVC), très finement résolue, d’une délicate texture, déploie une froide palette de couleurs, dans une dominante bleue qui s’harmonise avec la tonalité glaciale du récit. Des contrastes fermes, des noirs denses, jamais bouchés, garantissent une confortable lisibilité de toutes les scènes de nuit.

Gangs of London - Saison 1

Son - 5,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1, non content d’assurer la clarté des dialogues, associe une large ouverture de la bande passante, une forte dynamique et une répartition équilibrée du signal sur les cinq canaux et le caisson de basses pour soutenir avec une spectaculaire efficacité les scènes d’action, par exemple celle du raid contre le camp gitan à la fin de l’épisode 3.

Crédits images : © Sky UK Limited.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 2 juin 2022
Cette excellente série britannique, très violente, nous plonge dans une lutte sans merci pour le contrôle du crime organisé à Londres, un marché florissant sur lequel s’activent Irlandais, Jamaïcains, Albanais, Pakistanais, Kurdes, Gitans et Nigérians. Une tension dramatique maintenue par l’écriture rigoureuse du scénario et un montage efficace.

Lire les avis »

Multimédia
Gangs of London - Saison 1
Bande-annonce VO
Gangs of London - Saison 1
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)