The Blackout (1997) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Abel Ferrara
Avec Matthew Modine, Claudia Schiffer et Béatrice Dalle

Édité par AAA

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 10/08/2012
Critique

Matty, auteur à succés, dérive entre alcool et drogue. Suite à une violente dispute, sa petite amie disparaît. Pour lui, c’est le trou noir : il est persuadé de l’avoir tuée. Dix huit mois plus tard, désintoxiqué, il décide de découvrir la vérité. Mais il est des souvenirs qu’il vaudrait mieux ne jamais déterrer…

Le trublion Abel Ferrara a toujours été capable du meilleur (Nos funérailles, Bad Lieutenant), comme du pire, c’est le cas de The Blackout. Misant sur une affiche présentant Claudia Schiffer et Béatrice Dalle en train de danser de manière sensuelle, une scène qui n’apparait jamais dans le film, The Blackout demeure insipide de bout en bout. Les comédiens ont l’air d’avoir accepter de signer ce  » scénario  » par amitié pour le réalisateur car comment expliquer autrement la présence de Dennis Hopper au générique de ce navet ?

Dès les premières séquences, on se moque royalement des turpitudes et de la descente aux enfers de cet acteur en crise joué par un Matthew Modine en roue libre qui sniffe tout ce qui se trouve à sa portée et boit toutes les mignonnettes des minibars. Béatrice Dalle passe son temps à emballer le comédien mais prouve qu’avec un anglais niveau sixième, n’importe qui peut faire du cinéma. Reste la jolie présence de Claudia Schiffer qui n’a certes rien à défendre, mais dont le personnage apporte un semblant d’âme à cette catastrophique entreprise. Indigeste et ridicule.

Technique - 4 / 10

Le menu principal est cheap, animé et musical. Aucun supplément n’est proposé, aucun menu contextuel n’est à signaler. Le DVD comprenait quelques séquences coupées.

On était loin d’imaginer une telle catastrophe ! Ce Blu-ray propose un encodage 1080i absolument immonde. La gestion des contrastes est insignifiante, les flous abondent, le piqué est inexistant, les fourmillements sont légion, les points blancs et noirs auraient bien mérité un bon coup de Clearasil et ne parlons pas de la colorimétrie, délavée au possible. Le grain est aléatoire, les noirs confus, les rayures verticales ne sont pas rares (voir la scène de la plage à 1h02), la compression AVC n’accentue que très légèrement la clarté. Si vous avez déjà le DVD gardez-le, si vous n’avez aucune édition, n’en achetez aucune car le film ne vaut rien.

On serait beau joueur, on dirait que l’éditeur se rattrape un peu du côté du son, mais même là les mixages anglais et français ne valent rien, d’autant plus que nous nous trouvons face à deux mixages Dolby Digital 5.1. Les dialogues paraissent complètement étouffés - la version française s’en sort d’ailleurs mieux concernant le report des voix -, la musique est sensiblement spatialisée mais de manière trop aléatoire, tandis que quelques effets latéraux tendent à prendre le pas sur tout le reste. Et ce n’est pas la peine de monter le volume puisque le problème d’intelligibilité reste le même, si ce n’est pire. Les deux pistes stéréo s’en tirent honorablement.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
4 / 10
Avis
Multimédia
The Blackout
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus