Les Misérables (1998) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Bille August
Avec Liam Neeson, Geoffrey Rush et Uma Thurman

Édité par Sony Pictures

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 10/04/2013
Critique

Après vingt ans de travaux forcés pour avoir volé du pain, Jean Valjean est libéré sur parole en 1812. Sa rencontre avec un évêque qui l’héberge puis l’innocente du vol. Ce qu’il commet envers lui va lui réveler que le genre humain peut être bon. Dix ans plus tard, il dirige, sous une fausse identité, une petite fabrique dans la ville de Vigau dont il est devenu le maire. Apprécié de tous pour sa bonté et sa justice, il vit paisiblement. Mais son passé ne tarde pas à le rattraper sous les traits de l’inspecteur Javert, qui fut autrefois son geôlier.

L’histoire, tout le monde la connaît. La question est de savoir si le traitement est à la hauteur du l’oeuvre monumentale de Victor Hugo. La réponse est oui si l’on se dit qu’il s’agit de la transposition d’une version abrégée. Cette 18è adaptation, si l’on compte les adaptations cinématographiques et télévisuelles antérieures, signée ici Bille August, est suffisamment respectueuse du livre original pour placer le spectateur en territoire connu. Liam Neeson est un Jean Valjean solide, Geoffrey est suffisamment diabolique dans le rôle de Javert et Uma Thurman campe une Fantine attachante. Comme c’est souvent le cas dans les autres Misérables, la première partie reste la plus prenante jusqu’à l’adoption de Cosette par Valjean, le récit peine ensuite à éveiller l’intérêt entre les amours de Marius et Cosette d’un côté, les barricades de 1832 de l’autre, le tout mâtiné de la traque de Valjean par Javert. Le tout a du mal à trouver un rythme soutenu et les raccourcis sont vraiment osés. Il n’en demeure pas moins que la mise en scène est solide, le cadre soigné, l’interprétation au diapason et reste dix fois, cent fois supérieure à l’abominable version chantée sortie en 2013 réalisée par Tom Hooper…même si le happy end laisse pantois.

Technique - 6,25 / 10

La jaquette reprend le visuel de l’affiche du film. Le menu principal est animé sans grande surprise et musical.

Oh un making of ! Oui, mais de trois minutes…les comédiens et le réalisateur Bille August sont branchés en mode promotionnel et font leur boulot à coup d’ « amazing » et « terrific ». Quelques images du tournage sont rapidement dévoilées.

La restauration est évidente, aucune scorie n’est à déplorer, sauf que l’apport HD demeure limité et seulement probant sur les séquences diurnes tournées en extérieur. La gestion du piqué est aléatoire, les contrastes corrects mais les noirs affichent parfois une certaine porosité. Certains plans tirent agréablement leur épingle du jeu, surtout les scènes parisiennes, la stabilité est de mise, les couleurs retrouvent une évidente vivacité et le cadre large est assez détaillé. Notons tout de même quelques baisses de la définition, à l’instar du dernier affrontement entre Valjean et Javert. Les plans sur Liam Neeson apparaissent étonnamment plus doux, un peu flous, et marquées par un grain très appuyé.

Les pistes anglaise et française disposent d’un mixage DTS-HD Master Audio 5.1. La version originale se révèle un poil moins dynamique que son homologue aux dialogues plus assurés. Cependant, dans les deux cas, l’action se concentre essentiellement sur les frontales. Les enceintes latérales distillent bien quelques ambiances naturelles mais dans l’ensemble, peu d’éléments marquent véritablement les tympans. En anglais comme en français, la composition de Basil Poledouris jouit d’un écrin acoustique probant.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
6,25 / 10
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Sabrina Piazzi
Le 11 avril 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)