Happy New Year : le test complet du Blu-ray

New Year's Eve

2011. Réalisé par Garry Marshall
Avec Michelle Pfeiffer, Zac Efron et Robert De Niro

Édité par Warner Bros.

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 14/06/2012
Critique

Happy New Year célèbre l’amour, l’espoir, le pardon, les secondes chances et les nouveaux départs, à travers les histoires entremêlées de couples et de célibataires, racontées au milieu du rythme effréné et des promesses de la ville de New York pendant la nuit la plus éclatante de l’année.

Après le beau succès public rencontré par Valentine’s Day (213 millions de dollars à travers le monde et plus d’un million de spectateurs en France), le réalisateur Garry Marshall reprend la même recette, à savoir une pluie de stars au générique, des bons sentiments à la pelle, l’amour dans tous ses états, plusieurs sketches entremêlés, des personnages qui s’entrecroisent, en plaçant cette fois ses petites histoires à New York le soir du réveillon du Nouvel An. S’il se révèle (un peu) moins futile que Valentine’s Day, Happy New Year en possède toutefois les mêmes défauts à savoir des personnages agaçants et à peine esquissés, un rythme trèèèèès lent, une esthétique clinquante, un film tourné comme une série télé, des gags pauvres qui tombent à plat, et des scènes tragi-comiques qui dégoulinent comme de la mélasse, le tout souligné par des pianos et des violons omniprésents.

Cette fois encore, il est amusant de voir ce que Garry Marshall donne à faire à son casting de luxe composé tout de même de Michelle Pfeiffer, Robert De Niro, Halle Berry, Cary Elwes, Jessica Biel, Til Schweiger, Carla Gugino, Katherine Heigl, Jon Bon Jovi, Ashton Kutcher, Sarah Jessica Parker, Hilary Swank, Zac Efron, Lea Michele, etc.

Chaque acteur semble sortir de chez son dentiste et arbore un sourire Ultra-Brite pour faire ce qu’on leur a demandé de faire. Robert De Niro n’en finit pas d’agoniser mais préfère attendre les douze coups de minuit, Katherine Heigl coupe de l’ananas à chaque plan, Jon Bon Jovi et Lea Michele chantent (faux), Hilary Swank appuie sur un interrupteur, Ashton Kutcher dessine (mal), Jessica Biel a des contractions (pour de faux), Carla Gugino fait accoucher (pour de faux), Sarah Jessica Parker court en talons hauts. Il est assez dingue de voir cette belle brochette d’acteurs réaliser le minimum syndical. Seul le duo formé par Michelle Pfeiffer et Zac Efron apporte finalement un peu d’humanité à l’entreprise et sert de fil conducteur, assez solide, pour maintenir l’ensemble à flot, contrairement à Valentine’s Day qui coulait dès le premier quart d’heure. Espérons que ce concept ne donne pas encore envie à Garry Marshall de réaliser encore un opus (Thanksgiving ? La Fête des mères ?), mais vu l’échec relatif du film au box-office, il est fort probable que ce sera la Saint-Glinglin.

Généralités - 3,0 / 5

Le boitier classique renferme le Blu-ray à la sérigraphie soignée. Le menu principal demeure malheureusement fixe et musical.

Bonus - 3,0 / 5

On aura beau dire ce qu’on veut sur le film, le réalisateur Garry Marshall, affichant 77 ans au compteur, demeure chaleureux, visiblement fier de son film, et intervient sur la quasi-totalité des suppléments.

On commence tout d’abord par deux documentaires de 6 minutes chacun, donnant la parole au réalisateur ainsi qu’à la quasi-entièreté du casting, autant vous dire qu’il y a du monde, chacun déclamant son bonheur de faire partie du film, de donner la réplique à tel, blablabla. Ces invités de marque partagent leurs souvenirs personnels liés au Nouvel An, tandis que les images issues du tournage (notamment sur Time Square) viennent illustrer l’ensemble de ces propos, qui sont certes sympathiques, mais qu’on oublie aussitôt.

Un autre segment de 5 minutes se focalise sur les performances musicales de Jon Bon Jovi et de Lea Michele (issue de la série Glee). Des images des sessions d’enregistrement des chansons nous sont rapidement dévoilées et nous retrouvons également d’autres images des prises de vue.

Garry Marshall introduit ensuite chacune des dix scènes coupées au montage (pour une raison de rythme, sic !), d’une durée totale de 17 minutes. Si certaines séquences ne durent qu’une poignée de secondes et demeurent d’un intérêt limité, nous retiendrons néanmoins l’apparition plutôt marrante de John Stamos, ainsi qu’un (faux) micro-trottoir dans lequel les New-yorkais s’expriment sur le Nouvel-An. Après, les autres scènes n’apportent rien à l’histoire, si ce n’est que Jon Bon Jovi cuisine des pancakes et qu’Alyssa Milano s’est faite couper sa scène avec De Niro.

S’ensuit une version longue du bêtisier qui sert de générique de fin, rapidement agaçant quand on se rend compte que ces gags sont mis en scène et n’ont pour la plupart rien de spontané.

L’interactivité se clôt sur le commentaire audio de Garry Marshall, uniquement disponible en version originale non sous-titrée, durant lequel le réalisateur apporte peu d’éléments et se contente de présenter chaque star dès leur apparition à l’écran.

Image - 5,0 / 5

Warner signe un sans-faute avec ce transfert HD qui restitue les partis-pris esthétiques du film tout en les transcendant. Cela est d’autant plus visible sur les plans montrant la foule en liesse réunie sur Time Square. Le relief est perceptible tout du long, le panorama urbain est magnifique et permet d’admirer New York enneigé sous tous les angles, tandis que les contrastes affichent une redoutable densité. La colorimétrie est riche, les détails foisonnent, les scènes diurnes sont lumineuses à souhait, le grain cinéma est respecté, la profondeur de champ est palpable, bref, les prises de vue ayant été réalisées en Haute définition, ce Blu-ray en met plein la vue.

Son - 4,5 / 5

La version anglaise encodée en DTS-HD Master Audio 5.1 écrase littéralement les autres pistes, dont la pauvre Dolby Digital 5.1 française, et offre de fabuleuses conditions acoustiques. Dès le logo Warner-New Line, toutes les enceintes sont mises à contribution jusqu’à la fin. Les basses sont percutantes, les ambiances naturelles sont omniprésentes, les voix saisissantes et les chansons du film (Bon Jovi, Lea Michele) jouissent d’un éclat digne d’un véritable concert. La piste française fait ce qu’elle peut pour sauver les meubles, mais demeure bien trop en retrait, les latérales peinent à distiller une atmosphère surround mais la balance frontale s’en sort un petit peu.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis
Multimédia
Happy New Year
Bande-annonce VOST
Happy New Year
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus