Les Parapluies de Cherbourg : le test complet du Blu-ray

1964. Réalisé par Jacques Demy
Avec Catherine Deneuve, Nino Castelnuovo et Anne Vernon

Édité par ARTE ÉDITIONS

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 20/12/2013
Critique

Guy est amoureux de Geneviève. Il a 20 ans, elle en a 18. C’est le premier amour fou. Geneviève vit avec sa mère, une jeune et jolie veuve qui tient un magasin de parapluies, Guy travaille dans un garage. Ils sont heureux et veulent se marier. Mais Guy n’a pas fait son service militaire, et il vient de recevoir sa feuille de route…

« Les Parapluies de Cherbourg, c’est un film contre la guerre, contre l’absence, contre tout ce qu’on déteste et qui brise le coeur ». Jacques Demy

Coloré, intense, dynamique, bouleversant, le cinéma de Jacques Demy demeure unique dans l’histoire du cinéma français, comme une partition, un opéra où chaque acte serait caractérisé par un long métrage. Dès son premier long métrage, Lola (1960), Jacques Demy impose un univers poétique singulier teinté d’amertume, de rêves brisés, de coïncidences, d’amours contrariées où les hommes sont souvent absents et les femmes livrées à elles-mêmes. Il en est de même dans Les Parapluies de Cherbourg. Ce troisième long métrage fait partie des Palmes d’Or les plus controversées de l’histoire du Festival de Cannes. Sélectionné dans cinq catégories aux Oscars, Prix Louis Delluc en 1964, Prix Méliès du meilleur film du Syndicat français des critiques du cinéma en 1965, le film de Jacques Demy divise la critique, mais le public du monde entier lui fait un triomphe. Mis en musique par Michel Legrand,  » mis en couleurs d’origine  » (le premier film en couleurs de Jacques Demy) comme l’indique le carton introductif, Les Parapluies de Cherbourg est l’un des plus beaux films du metteur en scène, un plaisir de tous les instants, un festival de couleurs et d’émotions. Jacques Demy créé un nouveau genre, la comédie  » en chanté « , tous les dialogues étant intégralement chantés par les personnages.

En mettant à bas les conventions de la comédie musicale, le réalisateur sait à quoi il risque d’être exposé, mais ira jusqu’au bout de son entreprise malgré une production difficile. Refusant catégoriquement de tourner en studio, il filme dans certains quartiers de Cherbourg dont il a fait repeindre quelques façades où les costumes des personnages puissent se fondre y compris dans les papiers peints. Michel Legrand signe une de ses plus grandes partitions (magnifique Non, je ne pourrai pas vivre sans toi), indissociable des images de Jacques Demy. Les acteurs, de Catherine Deneuve en passant par Nino Castelnuovo, Marc Michel (le personnage de Roland, revenu de Lola), bien qu’ils ne chantent pas avec leurs véritables voix, sont aussi magnifiques que bouleversants.

Aujourd’hui, ce film fait office de précurseur dans sa forme mais également par son sujet puisqu’il aborde explicitement la guerre d’Algérie et ses conséquences physiques et morales. Ce chef d’oeuvre continue de transporter les spectateurs. Une véritable symphonie (le film est divisé en trois parties distinctes) magique et inclassable, d’une virtuosité technique bluffante, Les Parapluies de Cherbourg demeure un monument du genre.

Généralités - 4,5 / 5

La très belle jaquette est glissée dans un boîtier classique de couleur bleue, lui-même glissé dans un surétui cartonné, comprenant également un livret exclusif de 70 pages. Le menu principal est animé sur une des séquences du film. L’ensemble est étincelant avec des couleurs à foison.

Bonus - 4,0 / 5

Chronique d’une restauration (6’) : Réalisé en 2013 à l’occasion de la restauration des Parapluies de Cherbourg, ce module donne la parole à Agnès Varda, Rosalie Varda-Demy, Thierry Delannoy (de Digimage), Mathieu Demy et Jérôme Bigueur (coloriste chez Digimage et responsable de l’étalonnage de la version restaurée), qui reviennent sur la résurrection du chef d’oeuvre de Jacques Demy. Toutes les étapes sont abordées sans côté technique incompréhensible, chacun expliquant point par point comment les scories ont été éradiquées, comment les couleurs ont retrouvé leurs vivacités originales, et comment le son a été élargi afin de correspondre aux normes acoustiques plus contemporaines, sans dénaturer le mixage de base et ses partis pris.

Extraits de « Il était une fois…Les Parapluies de Cherbourg » (11’) : Ces aperçus sont constitués d’entretiens avec Jacques Demy, ainsi que de passionnés et de proches tels que Agnès Varda, Michel Legrand, Rosalie Varda-Demy, Christophe Honoré, Gérard Vageois, Benjamin Stora, etc… Mis en valeur par des photos issues de différents tournages, ces entretiens illustrent la passion du cinéma de Jacques Demy de 1964 à 1976.

L’univers de Jacques Demy - extraits (7’) : L’éditeur joint ensuite un court extrait de L’univers de Jacques Demy, réalisé par Agnès Varda en 1993, pourtant présent dans son intégralité sur les précédentes éditions DVD des Parapluies de Cherbourg. Ces sept minutes donnent tout de même un rapide aperçu de cet excellent documentaire de 87 minutes. Ayant demandé deux années de tournage, ce film foisonne d’entretiens passés avec tous les comédiens, amis, techniciens ou compagnons de route ayant côtoyé Jacques Demy. Comme le résume Agnès Varda « Après avoir fait un film de fiction sur l’enfance de Jacques (Jacquot de Nantes), mon intention était de faire un documentaire, relativement objectif, sur lui adulte et cinéaste. J’ai recueilli des témoignages et suscité des réactions. J’ai moi-même apporté des souvenirs et des documents sur lui, mais j’ai souvent passé le relais à ses amis, à ses proches, aux acteurs et actrices qui ont travaillé avec lui, à des fans et à trois demoiselles qui ne l’ont pas connu ». Ce film contient son lot de larges extraits des longs métrages, de clichés personnels, d’archives diverses dont une visite éclair de Jim Morrison et François Truffaut sur le tournage de Peau d’âne. Même Harrison Ford témoigne sur sa rencontre avec Jacques Demy qui désirait tourner Model Shop avec lui en 1968. L’acteur américain se souvient des repérages faits avec le cinéaste dans quelques model shops de Los Angeles. On y ressent l’amertume du comédien qui avait été évincé par la production sous prétexte qu’il n’aurait aucun avenir dans le cinéma…

Le film vu par Virginie Ledoyen (2008, 3’) : À l’occasion de la sortie en DVD des Parapluies de Cherbourg dans le coffret Intégrale Jacques Demy, la comédienne Virginie Ledoyen fait part de toute son admiration pour le film qui nous intéresse. Cette déclaration d’amour à Jacques Demy et à son univers, était l’une des plus belles du coffret Intégrale Jacques Demy. Cette parfaite introduction est richement illustrée par des photos de tournage.

S’ensuivent trois petits segments inédits :

Prix Louis Delluc (1964, 4’) : Michel Legrand, Anne Vernon et Catherine Deneuve répondent aux questions des journalistes à l’occasion de la remise du Prix Louis-Delluc à Jacques Demy pour Les Parapluies de Cherbourg.

Catherine Deneuve et les Parapluies (1978, 1’) : ce court extrait du journal télévisé de TF1 montre l’actrice évoquer son personnage et l’histoire du film de Jacques Demy.

Jacques Demy et Mag Bodard (1983, 3’) : dans cet entretien croisé, Jacques Demy et sa productrice évoquent les difficultés de production des Parapluies de Cherbourg.

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce de 1964 (très belle et comprenant un extrait parlé du film !), la bande-annonce de la ressortie 2013, et un clip promotionnel pour la collection Jacques Demy disponible chez le même éditeur. N’oublions pas le superbe livret richement illustré de 70 pages, comprenant (en anglais et en français) des interviews d’époque, des propos d’Agnès Varda, des extraits du scénario, des photos diverses et variées, etc.

Image - 4,5 / 5

Le master SD anciennement édité était issu de la restauration effectuée par les Laboratoires Eclair pour les trente ans du film, sous la supervision d’Agnès Varda, pour le compte d’Opening. Le nouveau négatif avait permis de tirer des copies destinées à être projetées dans les salles du monde entier. C’était en 1992, autant dire que cette restauration n’atteignait pas les miracles d’un lifting récent, mais s’en tirait parfois honorablement. L’univers coloré et pastel de Jacques Demy était joliment saturé avec une palette chatoyante de rouges, roses, jaunes, verts, bleus et mauves. Quelques picotements dans les arrière-plans, plus particulièrement dans la boutique de parapluies, posaient divers problèmes de définition, en raison de l’amoncellement de couleurs disparates. Le grain était respecté et pas déplaisant, malgré une perte de la définition et de netteté sur certains plans au début du film. Bien que la copie affichait déjà une indéniable propreté, un étalonnage fluide et un respect des désirs artistiques de Jacques Demy, le Blu-ray des Parapluies de Cherbourg remet les pendules à l’heure.

La palette colorimétrique « made in sixties » qui manquait d’harmonie est ici le point fort de cette édition HD restaurée 2K à partir du négatif original 35 mm argentique. Dès les premières séquences dans le garage où travaille Guy, les couleurs aux tons pastel retrouvent leur éclat d’origine (attention peinture fraîche pourrait-on afficher avec des teintes roses vives et rouges vermillons), tandis que les faibles tremblements, pompages et sautes ont retrouvé une stabilité grâce à une compression de haute volée et un codec AVC solide. Pour les couleurs, les restaurateurs de chez Digimage ont utilisé les trois négatifs de la sélection trichrome, chacun prenant en charge une couleur spécifique, le rouge, le bleu et le vert. Ces trois éléments superposés ont permis de retrouver la colorimétrie originale, qui a ensuite connu un nouvel étalonnage. Même chose concernant les contrastes, beaucoup plus concis et les arrière-plans nettement plus assurés sur l’édition SD avec juste une séquence un poil plus déséquilibrée au moment de la parade. Cette très belle copie, au piqué souvent étonnant et ferme ravit les yeux !

Son - 4,5 / 5

La composition de Michel Legrand fait partie du patrimoine et renferme de splendides envolées passionnées jusqu’au dénouement final qui redouble d’intensité dramatique. Chacun a les airs des Les Parapluies de Cherbourg dans la tête. Egalement restauré en HD, le son a subi un dépoussiérage depuis la dernière sortie du film en DVD en 2008. L’écoute n’était pas véritablement transcendante et ce nouveau mixage DTS-HD Master Audio 5.0 frôle cette fois la perfection. En effet, à part quelques saturations dans les aigus, la sublime composition de Michel Legrand trouve ici un coffre inédit, un nouvel écrin acoustique rendant hommage au film en chanté de Jacques Demy, jamais entaché par un souffle quelconque. Ce mixage éclatant combine les notes perçantes de piano, les accords jazzy et les « dialogues » plus doux, avec une fluidité et une ampleur quasi-exemplaires. Les latérales soutiennent l’ensemble joliment et sans esbroufe. La DTS-HD Master Audio Stéréo s’en tire également avec tous les honneurs et contentera ceux qui ne seraient pas équipés sur la scène arrière.Les sous-titres anglais et français pour sourds et malentendants sont également disponibles.

Crédits images : Leo Weisse © 1993 ciné-tamaris

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
1
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
jean-marc
Le 6 janvier 2014
Pas si "boulversifiant" que ce que vous nous faire croire la critique.
Le film est tout de même assez longuet, pour ne pas dire chiant. Il faut aimer le style !
Avatar
Franck Brissard
Le 3 décembre 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus