Note du disque

Avis

Moyenne

3,3
5
2
4
0
3
1
2
0
1
1

Je donne mon avis !

Avatar
Sabrina Piazzi
Le 3 janvier 2013
Pas de commentaire.
Avatar
jean-marc
Le 12 novembre 2012
J'étais content de pouvoir enfin voir ce film qui avait été tourné à l'époque en vrai 3D. Ben... Malheureusement, si le film du grand Hitchcok est toujours aussi excellent, il n'en reste pas moins que la 3D n'est pas époustouflante, et que le fourmillement semble être double par rapport à un film 2D de cette époque (c'est peut-être bien lié à la technologie utilisée + film assez ancien tout de même).
Enfin bon ça m'a fait un peu plaisir tout de même, vu que c'était de la 3D vintage :) et que ça me disait bien de voir ce que ça pouvait donner.
Avatar
P.
Le 20 janvier 2011
Je signale à tous les acheteurs éventuels de ce DVD qu'il est proposé dans un format 16/9 recadré et non dans son format d'origine 4/3. Résultat : le haut et le bas de l'image sont amputés et certaines scènes en deviennent ridicules, comme celle où l'on ne voit que le front de Grace Kelly, alors que son visage apparaît en entier dans le format original. Du coup, la mise en scène d'Hitchcock en est faussée, puisque cela modifie tous les angles de vue et supprime certains détails du décor qui ont pourtant leur importance. Quel gâchis !

Lire tous les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur

(publicité)
(publicité)

Le Crime était presque parfait : le test complet du Blu-ray 3D

Dial M for Murder

Combo Blu-ray 3D + Blu-ray 2D

1954. Réalisé par Alfred Hitchcock
Avec Ray Milland, Grace Kelly et Robert Cummings

Édité par Warner Bros.

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 12/12/2012

Critique

Tony Wendice, une ancienne gloire du tennis, s’est marié avec Margot pour sa richesse. Mais celle-ci le trompe depuis peu avec Mark Halliday, un jeune auteur de romans policiers. Craignant que sa femme le quitte et le laisse sans le sou, Tony fait appel au capitaine Lesgate et le charge d’assassiner Margot en échange d’une grosse somme d’argent.

Comme il n’aura de cesse de le faire quand l’inspiration venait à lui manquer, en 1954 Alfred Hitchcock jette son dévolu sur une pièce de théâtre à succès de Frederick Knott créée en 1952, Dial M for Murder qui devient dans nos contrées Le Crime était presque parfait. Réalisé après La Loi du silence, ce chef-d’oeuvre intemporel marque la fin du contrat Warner mais aussi et surtout le début d’une série de monuments cinématographiques, l’âge d’or et l’apogée de la carrière du maître du suspense avec Fenêtre sur cour, La Main au collet, Sueurs froides, La Mort aux trousses, Psychose, Les Oiseaux.

Réalisé en 3D stéréoscopique à l’aide de deux caméras synchrones, procédé qui fleurit dans les salles de cinéma afin de rameuter les téléspectateurs plantés devant la télévision, Le Crime était presque parfait respecte l’unité de lieu de la pièce originale en évitant de tomber dans le théâtre filmé grâce à une mise en scène minutieuse et virtuose. Ce film est également la première des trois collaborations de Grace Kelly avec Alfred Hitchcock qui restera l’une des comédiennes préférées du réalisateur et qui s’imposera surtout comme l’archétype des célèbres blondes glaciales au tempérament de feu du cinéma.

Cette adaptation très fidèle de la pièce demeure l’un des plus grands films d’Alfred Hitchcock, un modèle de narration pure (la tension est constante), de montage (le film va à cent à l’heure malgré son intrigue bloquée entre quatre murs), de mise en scène, de direction d’acteurs (Ray Milland, Grace Kelly, John Williams, Robert Cummings sont exceptionnels) qui a longtemps et injustement été considéré comme l’une des oeuvres mineures du Maître.

Généralités - 1,0 / 5

On ne sait quelle mouche a piqué Warner pour livrer une jaquette et un surétui cartonné-lenticulaire aussi laids mettant en avant l’estampille 3D. De plus, le menu principal horriblement fixe est accompagné d’une musique bruitée insupportable tirée d’on ne sait où. L’horreur absolue !

Bonus - 2,0 / 5

En 2005, Le Crime était presque parfait avait bénéficié d’une édition collector 2 DVD qui comprenait un documentaire sur la 3D au cinéma dans les années 50 et un long making of de plus de 50 minutes. Exit ces deux formidables modules, Warner n’a ici conservé qu’un segment d’une vingtaine de minutes réalisé par Laurent Bouzereau en 2004 (Hitchcock et Le crime était presque parfait) et donnant la parole aux cinéastes et historiens du cinéma Peter Bogdanovich, Robert Osborne, M. Night Shyamalan, Richard Franklin (Psychose 2), Richard Schickel, ainsi que la fille d’Alfred Hitchcock, Patricia. Visiblement, tous connaissent le film par coeur, le remettent dans le contexte de la carrière d’Alfred Hitchcock et passent en revue quelques séquences clé (c’est le cas de le dire) du Crime était presque parfait, ainsi que le casting. Quelques photos issues du tournage viennent illustrer ce module sympathique mais bien trop court, d’autant plus que le tournage en 3D n’est jamais mentionné.

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce.

Image - 4,0 / 5

Le test a été réalisé sur la version 2D. Hélas, nous sommes quelque peu désappointés par cette copie remastérisée et restaurée qui certes, n’est pas aidée par les partis-pris d’Hitchcock de filmer la quasi-entièreté du film dans un décor unique, mais tout de même. S’il n’y a rien à redire concernant la propreté immaculée et la clarté de ce Blu-ray (bien que la première bobine fasse craindre le pire), la gestion des contrastes apparaît souvent trop légère, le grain est aléatoire, quelques décrochages sur les fondus enchainés demeurent constatables et de nombreux flous sporadiques s’invitent à la partie. Si la texture n’est pas si désagréable et la colorimétrie à l’avenant, l’encodage a du mal à trouver un équilibre conséquent, le piqué est peu probant et les détails manquent à l’appel. N’oublions pas les fourmillements irritants sur les séquences tournées sur transparence, à l’instar de tous les plans montrant le portail. Aller, 4/5 quand même parce-que le résultat surpasse le master SD.

Son - 4,0 / 5

La version originale jouit d’une piste DTS HD Master Audio 1.0 qui fait ce qu’elle peut pour instaurer un confort acoustique plaisant, bien que trop sage du point de vue de la délivrance des dialogues. La musique de Dimitri Tiomkin est néanmoins dynamique à souhait. Le doublage français (Dolby Digital 1.0) est un peu grinçant et s’accompagne d’un léger souffle.

Configuration de test

  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.