Chargement en cours…

L'avis de la rédaction
10 / 10
Technique :
Lecteurs :
Aucun avis, soyez le premier !

L'Etrange affaire Angélica : le test complet du DVD

Estranho Caso de Angélica, O

Portugal, Espagne, France, Brésil - 2010

Réalisé par Manoel de Oliveira

Avec Pilar López de Ayala, Leonor Silveira, Luís Miguel Cintra, Ricardo Trêpa, Filipe Vargas, Carmen Santos, Ana Maria Magalhães, Isabel Ruth, José Manuel Mendes, Paulo Matos, Adelaide Teixeira, Ricardo Aibéo, Sara Carinhas, Sofia de Portugal, António Reis, Susana Sá, Luís Machado, Andreia Vasconcelos, Daniela Costa, Sónia Botelho da Silva, José Carlos Coutinho, Maria Luísa Maia Pinto, Susana Figueiredo, Maria Marques Gomes

Critique par Sabrina Piazzi. Publiée le 15 février 2012

Critique

Une nuit, Isaac, jeune photographe et locataire de la pension de Dona Rosa à Régua, est appelé d’urgence par une riche famille afin de faire le dernier portrait de leur fille Angélica, une jeune femme morte juste après son mariage.

Dans la maison en deuil, Isaac découvre Angélica et reste sidéré par sa beauté. Lorsqu’il porte à son oeil l’objectif de son appareil photo, la jeune femme semble reprendre vie, pour lui seul. Isaac tombe instantanément amoureux d’elle.

Dès lors, Angélica le hantera nuit et jour, jusqu’à l’épuisement.

Non seulement Manoel de Oliveira est le premier réalisateur centenaire en activité mais en plus son dernier film témoigne d’une extraordinaire jeunesse qui en rendraient jaloux plus d’un. L’Etrange affaire Angélica est un projet qui remonte à 1952. Le cinéaste portugais pensait alors que le cinéma ne lui permettait pas de raconter cette histoire. Persuadé que la caméra était incapable de filmer les rêves et les pensées, le réalisateur avait donc mis de côté ce projet. Finalement, Manoel de Oliveira a repris puis réadapté le scénario original tout en préservant une intemporalité singulière en habillant ses personnages comme dans les années 50. C’est d’ailleurs de là que provient toute la magie de L’Etrange affaire Angélica. Plusieurs cinémas se fondent, celui des années 2000, celui des années 50 et même celui de Georges Méliès avec des trucages poétiques qui créent une émotion indéfectible, le tout accompagné des notes délicates des compositions de Chopin.

Agé de 103 ans, Manoel de Oliveira s’interroge sur la vie après la mort. Quand le photographe, impeccablement campé par Ricardo Trepa, se rend compte qu’une jeune femme décédée lui sourit quand il la regarde à travers l’objectif de son appareil, celui-ci voit dans le personnage d’Angélica une sorte de libération, grâce à la façon dont elle lui sourit et à la manière dont il voit son esprit se séparer de son corps. La mort n’est qu’une étape, la vie continue après.

Le cinéaste partage ici son intense vision de l’amour, un sentiment abstrait, violent et absolu, capable de tuer un jeune homme qui se consume petit à petit. Parallèlement, il célèbre également le cinéma, l’art capable de ressusciter les comédiens ou plus simplement les hommes et les femmes disparus. L’Etrange affaire Angélica est un conte merveilleux, libre et aérien, d’une folle élégance et furieusement poétique, merveilleusement réalisé et photographié, échappant à tous les genres, à toutes les époques et confirme l’éternelle jeunesse de Manoel de Oliveira.

4,0 / 5 Généralités

Le boîtier DVD est glissé dans un surétui et la sérigraphie du disque reprend judicieusement le personnage d’Isaac en train de photographier. Le menu principal fixe et musical est très élégant.

4,0 / 5 Suppléments

Outre une très belle galerie photos, une biographie du réalisateur et la bande-annonce, vous trouverez tout d’abord un reportage de 15 minutes filmé lors de l’avant-première de L’étrange affaire Angélica à la Cinémathèque française le 21 février 2011 en présence de Manoel De Oliveira, du comédien Ricardo Trepa et de quelques invités prestigieux tel Michel Piccoli. Quelques propos croisés du réalisateur et de l’acteur viennent illustrer ce module, et permettent d’en savoir un peu plus sur la genèse du film dont l’histoire a été écrite dans les années 50 ! La vie, la condition humaine, l’amour absolu, y sont évoqués avec une passion communicative.

L’éditeur joint également un superbe et rare court-métrage de 28 minutes co-réalisé par Manoel de Oliveira et Jean Rouch en 1996 intitulé En une poigné de mains amies. Jean Rouch résume ce projet : «En dégustant un vieux porto, je parlais avec Manoel des ponts du Douro, et tout de suite, nous fûmes du même avis : de tous ces ponts, la grande oeuvre d’art, dans cette capitale de l’architecture moderne, était le pont que Gustave Eiffel y avait jeté avant de construire sa tour à Paris. En mois de cinq minutes, le projet fut construit : Manoel écrirait un poème que nous filmerions avec nos copains. Et comme dans tous les rêves d’enfants, nous le réalisâmes en moins d’une semaine, en sillonnant les rives du Douro à pied, en voiture, en hélicoptère, revenant sur nos pas, à la poursuite de nuages merveilleux, Manoel et moi hurlant les stances d’un poème inspiré par le vent, le fleuve et l’amitié ». Ce poème traduit par Jean Rouch autour du pont conçu par Gustave Eiffel qui enjambe le Douro « filmé par Jean Rouch et ses copains » nous permet de voir l’osmose entre les deux cinéastes en extase devant le fleuve (un ami dit Manoel de Oliveira) tandis que Jean Rouch rêve d’un pont parisien reliant Montmartre à Montparnasse. On les écouterait pendant des heures…

Les images aériennes et embarquées nous montrent le pont Maria Pia, ce magnifique viaduc ferroviaire qui franchit le Douro à Porto, sous toutes ses coutures. Magnifique.

4,0 / 5 Image

Ce master en met plein les yeux et retranscrit judicieusement les superbes partis-pris esthétiques alliant les couleurs désaturées de la chambre d’Isaac, de superbes ambiances nocturnes, des contrastes denses et des séquences extérieures diurnes lumineuses. Le relief est fort appréciable, les noirs profonds, les textures palpables et certains plans fixes transforment votre écran en de véritables tableaux. Quelques ambiances sensiblement ouatées entraînent quelques baisses de la définition mais l’ensemble demeure de très haute qualité.

4,0 / 5 Son

Contrairement à ce qu’indique la jaquette, la piste portugaise n’est pas proposée en Dolby Digital 5.1 mais bel et bien en stéréo. Cela n’est pas très grave puisque celle-ci se révèle saisissante et parvient même à créer un semblant de spatialisation des compositions de Chopin qui traversent le film. Les dialogues sont clairs, les ambiances annexes sont subtiles (la pluie fine) et instaurent une atmosphère intimiste fort plaisante.

Acheter ce DVD sur Amazon (23,48 €)

Configuration de test :

  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
L'Etrange affaire Angélica - DVD

(publicité)

(publicité)Fermer