Ni à vendre ni à louer : le test complet du DVD

2011. Réalisé par Pascal Rabaté
Avec Jacques Gamblin, Maria de Medeiros et François Damiens

Édité par Ad Vitam

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 25/01/2012
Critique

Après Marjane Satrapi, Joann Sfar et Riad Sattouf, Pascal Rabaté s’est fait une jolie place dans le monde du cinéma dès son premier long métrage Les Petits ruisseaux, adapté de sa propre bande dessinée. Son deuxième film Ni à vendre, ni à louer est joliment pris en main par l’éditeur AdVitam qui livre un superbe master de cette fantaisie burlesque.

C’est enfin le week-end, un week-end de printemps sur le littoral atlantique. Ce week-end-là, deux retraités se rendent dans leur résidence secondaire, une maisonnette aussi vaste qu’un timbre poste, et croisent un couple de punks ayant pour gîte une maison dessinée sur le sable d’une plage. Plus loin, deux imposteurs vêtus d’orange et de vert se mettent au golf non loin d’une procession funéraire. Au même moment, un représentant en parapluies a rendez-vous avec une maîtresse sado-maso dans un hôtel du bord de mer où séjournent deux couples dont l’existence sera chamboulée par un cerf-volant perdu.

Après un joli coup d’essai avec Les Petits ruisseaux, Pascal Rabaté tente de rendre hommage au cinéma de Jacques Tati avec Ni à vendre, ni à louer. Réaliser un film burlesque quasi-muet constitué de saynètes où s’enchaînent les onomatopées et les gags visuels est une gageure mais aussi faut-il que le scénario et l’enjeu dramatique fonctionnent, ce qui n’est malheureusement jamais le cas ici. Certes le cadre est joli, la technique irréprochable, les comédiens issus de la rubrique  » on ne sait jamais comment ils s’appellent  » semblent s’amuser, mais il faut bien l’avouer le spectateur s’ennuie. Les gags ne fonctionnent pas, le rythme est lent, quelques séquences à l’instar du sado-maso prisonnier sont aussi absurdes que dispensables et la musique omniprésente tape sur le système. Finalement ce sont dans les scènes douces et mélancoliques (la partie de Scrabble, le mari disparu) que le film s’en sort le mieux et atteint sa cible.

Cette petite fantaisie confirme cependant le savoir-faire du réalisateur, venu de la bande dessinée, qui sait indubitablement composer de beaux plans mais dans le même genre poético-visuel-quasi-muet, Ni à vendre, ni à louer n’atteint pas la réussite des films du trio Abel-Gordon-Romy.

Technique - 7 / 10

Saluons l’excellent menu principal animé et musical reprenant le visuel de l’affiche avec les caricatures des comédiens.

C’est un peu chiche du point de vue des suppléments. Il faudra se contenter d’une petite séquence d’introduction laissée sur le banc de montage intitulée La météo de Nelly Antignac, dévoilant la vie privée de deux joueurs de golf.

Outre la bande-annonce, quelques planches issues du storyboard mises en parallèle avec les images du film viennent compléter la section des bonus. Notons que le storyboard intégrale de Pascal Rabaté est disponible en bonus DVD-Rom.

Chapeau à l’éditeur qui nous livre un superbe master chatoyant, lumineux et irréprochable. Tourné en numérique, l’image de Ni à vendre, ni à louer jouit d’un piqué ciselé, le cadre large foisonne de détails, la palette colorimétrique est vive et bigarrée, les contrastes sont denses, bref du très bel ouvrage.

On ne s’attendait pas à une piste Dolby Digital 5.1 aussi pétaradante ! Les latérales et les frontales rivalisent d’effets naturels (le vent, la plage) et sonores tandis que la musique omniprésente profite de l’ouverture maximale de l’ensemble des enceintes. Le caisson distille ses basses avec ardeur et ne soyez pas étonnés d’entendre quelques effets sonores sur la centrale puisqu’ils servent pour ainsi dire de dialogues au film de Pascal Rabaté. La stéréo est certes plus  » plate  » mais demeure fulgurante dans son genre.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
7 / 10
Avis
Multimédia
Ni à vendre ni à louer
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus