La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz

La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz : le test complet du DVD

Ensayo de un crimen

1955. Réalisé par Luis Buñuel
Avec Ernesto Alonzo, Miroslava Stern et Rita Macedo

Édité par Films sans Frontières

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 23/04/2002
Critique

Dans El, un quinquagénaire bigot découvre l’amour sur le tard, et surtout la jalousie excessive qui va avec.
Dans La Vie criminelle d’Archibald de la Cruz, un jeune garçon souhaite la mort de sa nourrice ; et celle-ci, victime d’une balle perdue, s’écroule le cou ensanglanté, sa jupe relevée au-dessus des genoux. Devenu adulte, Archibald associera cette envie de donner la mort au désir.
Le premier film, psychologiquement violent et plutôt sombre, prend pour sujet une des plaies du quotidien. Le second est une délicieuse comédie sur un sujet peu ordinaire.
Deux films aux thèmes très proches, puisque au-delà de la jalousie et des fantasmes, ils traitent avec maestria du choc entre les désirs de l’homme en tant qu’individu et le carcan social dominé par la religion - l’une des cibles habituelles de Buñuel. De ce choc naissent des comportements excessifs.
Le personnage de El ira jusqu’à séquestrer sa femme, prenant au pied de la lettre la formule religieuse qui veut que la femme soit (tel un objet) sienne ; tandis qu’Archibald de la Cruz voudra tuer toutes les femmes qui lui plaisent, peut-être parce que l’ordre social ne lui accorde le droit de n’avoir qu’une seule femme.
Finalement, El finira par perdre la tête et s’enfermera dans un monastère (Buñuel assimile le lieu d’étude religieuse à un asile de fou où l’endoctrinement s’érige sur les ruines de la raison). Archibald, trouvera le bonheur avec la seule femme qu’il aura réussi à tuer (symboliquement bien sûr).
Mais c’est avant tout la verve contestataire d’un génie du siècle, la parole d’un esprit libre, que nous font découvrir ces deux films exceptionnels, à l’image de la carrière de leur auteur, exceptionnelle elle aussi.

Généralités - 4,0 / 5

Sobre et efficace. C’est le cas pour la majorité des parutions Film-Sans-Frontières. La jaquette est élégante. Côté recto, une affiche recto de « La vie criminelle… », superbe ; le verso est illustré par une photo de production du même film, sur laquelle d’élégantes lettrines donnent toutes les informations nécéssaires.
Côté menu, c’est un peu moins heureux : des photos de production teintes en rouge ; on aurait aimé autre chose. Mais un thème musical est tout de même là pour égayer le tout. On ne s’attendait de toute façon pas à un menu 3D et à des transitions fignolées. Une édition collector ne serait pas rentable.

Bonus - 3,5 / 5

Moins riche que sur Olvidados, Los, ce DVD offre tout de même deux chefs-d’œuvre pour le prix d’un, d’où l’indulgence de la note.
Il y a toutefois une fiche historique bien documentée qui replace les deux films dans leurs contexte, et surtout, qui explique le choix d’éditer les deux films sur le même disque.
On trouvera aussi la sempiternelle filmo du réalisateur, exhaustive, comme toujours.
Peut-être ces messieurs de Films-Sans-Frontières pourrraient-ils nous proposer une édition en coffret des Buñuel de leur catalogue avec un DVD supplémentaire truffé de bonus.

Image - 3,0 / 5

El présente l’image la moins bien conservée. Outre les accidents de pellicule, on notera une défaillance dans la profondeur des noirs (l’image semble palpiter), La Vie criminelle d’Archibald de la Cruz est de meilleure tenue bien qu’une restauration soit nécessaire, car dans les deux cas l’image manque de piqué.

Son - 3,0 / 5

Côté son, c’est l’inverse. El bénéficie d’une meilleure bande sonnore, bien qu’un peu étouffée, alors que La Vie criminelle d’Archibald de la Cruz souffre de crépitements sur un bon quart du film, malgré un générique tonitruant (le fait que l’année de réalisation y soit mentionnée laisse à penser que les génériques de début et de fin on été conçus des années après). Ici, aussi une restauration éclaircirait à merveille deux voix qui se feront entendre encore longtemps.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Samsung 16/9 70 cm
  • Sharp DV-560S
  • Pioneer 609 RDS
  • Pack JBL SCS 75

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus