Comme chiens et chats : le test complet du DVD

Cats & Dogs

2001. Réalisé par Lawrence Guterman
Avec Jeff Goldblum, Elizabeth Perkins et Alexander Pollock

Édité par Warner Bros.

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 18/03/2002
Critique

Qui pourrait croire, en regardant son toutou adoré, petite boule de poils, aux yeux humides d’amour canin, la truffe luisante, la langue pendante, à laquelle s’accroche désespérément un filet de bave et la patte levée sur le canapé du salon ; comment croire, donc, que cet être décérébré, incapable de faire la différence entre un arbre et un fauteuil, pourrait être la dernière ligne de défense contre des chats despotiques qui rêvent de prendre l’ascendant sur la race humaine ?

Aucun propriétaire de chien, je vous l’assure.

Mais d’un autre côté, qui pourrait douter, en regardant votre chat, posant fièrement, le poitrail gonflé d’orgueil félin, vous narguant les yeux mi-clos, tandis que d’une patte fourbe, il pousse le pot de fleurs vers le rebord de la commode, le condamnant ainsi à une chute vertigineuse, qui le réduira en morceaux et tâchera par la même occasion le tapis persan du salon ; qui douterais, redis-je, que ces créatures, au demeurant craquantes, ne sont pas les êtres machiavéliques décrits par le film ?

Aucun propriétaire de chat, je vous l’assure.

C’est pourtant le parti pris du premier film de Lawrence Gutterman, ex-infographiste, qui a notamment travaillé sur Fourmiz, dans lequel de paisibles matous et toutous à leur mémère se livrent à une guéguerre millénaire et high tech pour dominer le monde.

Parodie de films d’action tels que M:I : Mission Impossible et Matrix, « Cats and Dogs » ravira les enfants (et les éternels gamins) mais ennuiera fort les parents ; car, contrairement a Shrek et son irrévérence, ce film est bien trop sage et ne supporte pas une lecture au second degré.

Généralités - 4,5 / 5

Présenté et attendu pendant l’été 2001 comme un méga blockbuster, capable de venir à bout des dinosaures de Jurassic Park III ou des primates de La Planète des singes, « Comme chiens et chats », sort dans une édition presque confidentielle, suite à ses faibles performances en salles.

La jaquette cartonnée Warner le place d’office dans la collection Kids. L’illustration est réussie, mais bien plus drôle que le film : elle représente des chats et des chiens qui se fixent méchamment, fardés de gadgets high-tech. Le recto, comme toujours chez Warner, est riche et précis en détails, mais victime d’une terrible faute de goût : les tons passent du jaunâtre par le bleu clair jusqu’au bleu foncé, couleurs qui font penser à la couverture délavée d’un livre resté trop longtemps sur l’étal d’un marchand. Bref, cela fait penser à quelque chose d’invendable.

Côté menu, Warner rattrape le coup. On insère le disque sérigraphié (chose rare), et là, un splash screen apparaît, non pas pour choisir la langue du menu, mais pour choisir son camps : chien ou chat. Astuce originale et très amusante.

Un écran intercalaire nous indique que l’on se connecte à telle base secrète. Les menus principaux sont conçus sur le même principe, mais adoptent des looks différents : bleuté pour les chiens, rouge pour les chats. Truffés de petites annotations, de petites animations amusantes, ces menus méritent qu’on prenne le temps de les regarder. Le même thème musical les illustre, mais le rythme est plus accéléré pour les chats. On notera au passage que lorsque l’on configure le menu en anglais, la musique est moins dynamique.

Les écrans des bonus sont aussi différenciés selon le choix de départ, toujours dans l’esprit du menu principal, avec les mêmes illustrations sonores.

En ce qui concerne le chapitrage et le choix des langues, ce sont des menus communs aux deux choix, fixes et muet.

Dernière astuce : si les menus sont différents selon le choix de départ, les bonus cachés, même si on les retrouve à la même place, sont différents si on les active depuis le centre canin ou la base féline.

Bonus - 4,0 / 5

Voilà un DVD qui regorge de suppléments, mais, pour la plupart, ne présentant aucun intérêt.

Tout d’abord, le gros morceau du DVD : le commentaire audio du réalisateur, du comédien qui double Tinkles le chat, du producteur et du chef décorateur, voilà qui promet. Mais, au final, seul les anglophones pourront en profiter car Warner a oublié les sous-titres, comme souvent.

Les coulisses du tournage, divisés en deux documents : Le making of « Chiens et chats », qui narre la création du film, très superficiellement ; un reportage un peu difficile pour les nerfs tant le commentaire de Sean Hayes (la voix de Tinkles le chat) est fatigant. La seconde partie - « Nouveaux tours de chiens » - détaille les effets spéciaux, du dressage aux images de synthèse, en passant par les animatroniques ; sans être exhaustif, il présente l’avantage d’être intéressant.

Le Casting et équipe technique donne les voix françaises du film, chose que l’on ne voit pas dans les autres films (pour Shrek, c’était le casting américain qui était crédité, même en VF).

Une bande-annonce est disponible en 16/9 et en Dolby Surround. A savoir que deux autres bandes-annonces sont disponibles, mais en bonus cachés, dont une très drôle où Mr. Tinkles commente l’état du cinéma en tirant à boulets rouges sur les adversaires du moment.

Une comparaison story-board/scène finale, qui prend la place de la touche « scène inédite ».

Les deux derniers bonus cachés donnent droit aux croquis préparatoires des armes félines pour l’un, et à un casting hilarant de Mr. Tinkles dans plusieurs films clefs.

Côté DVD-Rom, on continue avec le classique lien Internet, des photos, des fonds d’écran, l’identité secrète des animaux, et surtout une fin alternative, dont les possesseurs de lecteurs de salon n’auront pas la primeur.

Image - 4,5 / 5

Pour un film vieux de six mois, on aurait pu espérer une copie en parfait état, or certaines scènes (peu nombreuses il est vrai) présentent des faiblesses dans la profondeur des noirs, et une énorme rayure fait une furtive apparition.

Si l’on excepte ces petits défauts, l’image est excellente et la compression à la hauteur.

Son - 5,0 / 5

L’espace sonore virtuel 5.1 est parfaitement mis en scène et utilisé tout au long du film. Les effets sont là, souvent subtils et parcimonieux (un fourré qui frétille derrière vous est l’annonce d’un mauvais coup des chats). On l’aurait voulu plus déménageant tout de même.

L’utilisation de la voix de Gilbert Melki pour le doublage de Butch l’espion, canin aguerri mais aigri, est ce que l’on appelle une fausse bonne idée, tant sa performance est fade (à l’instar de Jamel dans Dinosaure et de Muriel Robin dans Tarzan). Il semble oublier qu’il doit interpréter un chien et non un humain. Sinon, beau travail des ingénieurs du son, qui ont réussi à transposer l’ambiance sonore conforme à l’originale, et ce, dans toutes les langues doublées sur ce DVD.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Samsung 16/9 70 cm
  • Sharp DV-560S
  • Pioneer 609 RDS
  • Pack JBL SCS 75
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
2
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Olivier
Le 12 mars 2005
Amis des animaux, ici les héros sont des chiens et des chats. Et c'est la guerre !
Film divertissant pour toute la famille. Des bons trucages comiques. Des effets sur toutes les enceintes.
Avatar
jean-philippe
Le 6 octobre 2003
Un film tout public pour les amateurs de chiens ET de chats.
Assez réussi et divertissant, mais ne vous attendez toutefois pas a des effets speciaux dignes de la guerre des etoiles.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus