Occupied - Saison 1 (2015) : le test complet du Blu-ray

Okkupert

Réalisé par Erik Skjoldbjaerg
Avec Veslemøy Mørkrid, Ingeborga Dapkunaite et Ragnhild Gudbrandsen

Édité par ARTE ÉDITIONS

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 26/11/2015
Critique

Occupied - Saison 1

Dans un futur proche, Jesper Berg, le nouveau premier ministre de la Norvège, annonce qu’il a décidé d’honorer une promesse électorale en arrêtant l’extraction du pétrole en Mer du Nord, le pays pouvant désormais satisfaire ses besoins en énergie par ses centrales nucléaires au thorium. L’Union Européenne, très dépendante du pétrole de la Mer du Nord, réagit à cette annonce en demandant à la Russie, les USA ayant quitté l’OTAN, d’intervenir en Norvège pour assurer, par tous les moyens, la reprise de l’exploitation des plates-formes pétrolières.

Occupied (Okkupert) a été créé par Erik Skjoldbjaerg et Marianne Lund, à partir d’une idée originale de Jo Nesbø, célébrissime auteur de romans policiers. L’un d’eux, HeadHunters (Hodejegerne), fut brillamment adapté pour le grand écran en 2011 par le cinéaste norvégien Morten Tyldum auquel on doit aussi Imitation Game (2014).

Occupied vient s’ajouter à la liste déjà longue de méritantes séries scandinaves : Wallander (Suède) (2005, 3 saisons), The Killing (Forbrydelsen, 2005, 3 saisons), Millennium (2010), Borgen (2010, 3 saisons), The Bridge (Broen, 2011, 3 saisons), Real Humans (Äkta människor, 2012, 2 saisons) et L’héritage empoisonné (Tjockare än vatten, 2014).

Occupied - Saison 1

Occupied est, bien sûr, une série purement fictionnelle. Mais le conflit ukrainien qui éclata au moment des premiers tours de manivelle semble lui avoir donné une touche réaliste. Les productrices nous disent, dans un supplément, qu’elles avaient pris le soin, avant le tournage, de s’assurer auprès d’un diplomate russe que son pays ne prendrait pas ombrage du rôle qu’on lui fait tenir. Mais l’actualité a quelque peu changé la donne !

Le scénario, bien construit, ménage une constante progression dramatique : on sent, épisode après épisode, que les concessions faites par le premier ministre norvégien à l’ambassadrice de la Russie dans l’espoir d’éviter le déclenchement d’une guerre entre deux nations d’inégale puissance auront leurs limites.

À l’intérieur du cadre d’un conflit entre nations, Occupied se concentre sur les réactions aux événements de quelques personnages : le premier ministre, son garde du corps, l’ambassadrice de Russie, un journaliste et son épouse exploitante d’un restaurant, le ministre de l’intérieur… Faut-il composer avec l’occupant et tenter de sauvegarder certaines libertés ? Ou faut-il, au contraire, résister, violemment au besoin ?

Si l’on accepte de rentrer dans le jeu, on appréciera cet efficace thriller politique, un peu manichéen mais pas trop, servi par d’intelligents dialogues, rythmé par des scènes d’action, des moments de suspense et des rebondissements bien amenés.

La diffusion par ARTE France a commencé le 19 novembre. Le dénouement de l’épisode 10 ouvre grand la porte à une suite. À ce jour, pas d’annonce d’une éventuelle saison 2, dans l’attente du verdict de l’audimat.

Occupied - Saison 1

Technique - 7 / 10

Les dix épisodes de 45 minutes d’Occupied tiennent sur deux disques BD-50 (trois disques pour l’édition DVD) logés dans un boîtier bleu, glissé dans un étui. Le menu animé et musical propose le choix entre la version originale (en trois langues : norvégien, anglais et russe, avec sous-titres optionnels) au format DTS-HD Master Audio 2.0 stéréo, et un doublage en français en DTS-HD MA 5.1.

Sous-titres pour malentendants.

En supplément, un entretien avec Erik Skjoldbjaerg (12’) qui dit avoir été inspiré par l’observation d’un microcosme fait par la série Sur écoute (The Wire). Le comportement de quelques individus confrontés au choix entre des compromissions, en échange de leur sécurité, ou la mise en jeu de leur vie, pour la défense de leurs libertés, lui est apparu comme un thème porteur.

Suit un entretien avec Marianne Gray et Gudny Hummelvoll (8’) : l’idée de la série vint à Jo Nesbø en 2009 de l’attitude de sa famille pendant la seconde guerre mondiale : son père a servi dans la Wehrmacht alors que, du côté de sa mère, on était pour les alliés. Elles ne manquent pas d’idées pour une éventuelle saison 2.

L’image, au format inhabituel de 2:1 (1080i, AVC), aux couleurs froides, souffre d’un grain assez fort et d’une faible définition, particulièrement gênants dans les séquences peu éclairées. Celles en pleine lumière s’en tirent mieux, mais avec des arrière-plans manquant toutefois de netteté.

Le son (DTS-HD Master Audio 5.1 pour la VF, DTS-HD MA 2.0 pour la VO) est à la hauteur des attentes, encore qu’on puisse regretter le choix du format multicanal pour le doublage, au détriment de la version originale. Les dialogues sont clairs dans les deux versions, bien équilibrés avec les bruits d’ambiance et l’accompagnement musical (peu inspiré et intrusif). Le volume sonore de la VF est sensiblement plus faible que celui de la VO.

Occupied - Saison 1

Crédits images : © Yellow Bird

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 26 novembre 2015
Occupied, une autre remarquable série scandinave ! La Norvège annonce la fermeture de ses plateformes pétrolières en Mer du Nord. Avec la bénédiction de l’Europe, la Russie prend les rênes du pays. Un passionnant thriller politique, tourné peu de temps avant l’annexion de la Crimée !

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus