Le Mirage de la vie (1959) : le test complet du Blu-ray

Imitation of Life

Combo Blu-ray + DVD

Réalisé par Douglas Sirk
Avec Lana Turner, John Gavin et Sandra Dee

Édité par Elephant Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 20/06/2016
Critique

Le Mirage de la vie

Souhaitant devenir actrice, Lora Meredith, dans l’attente d’un premier rôle, vivote dans un petit appartement de Coney Island avec sa fillette Susie. Elle recueille Annie Johnson, une jeune noire sans abri et Sarah-Jane, sa fille, que sa peau claire pousse à se faire passer pour une blanche. Lora fait la rencontre de Steve, un photographe…

Le Mirage de la vie (Imitation of Life, 1959), le dernier film de Douglas Sirk, est le remake d’Images de la vie (Imitation of Life), réalisé par John M. Stahl en 1934. Dans cette première version, c’est Beatrice, interprétée par Claudette Colbert, qui recueille Delilah et sa fille Peola. Et les deux femmes se sortent de la misère… en commercialisant leur recette de crêpes.

Le Mirage de la vie s’inscrit, après une belle série de comédies (dont Qui donc a vu ma belle ?, 1952), dans la suite de huit brillants mélodrames à la réalisation desquels s’est consacré Douglas Sirk, commencée en 1953 avec All I Desire.

Le thème central du film est le racisme. La rencontre de Lora et Annie se situe en 1949. Si les temps ont changé depuis la première version, marquée par la Grande dépression de 1929, l’égalité des droits entre les Afro-Américains et les Blancs est bien loin de leur ouvrir les mêmes chances de réussite sociale. C’est pourquoi Sarah-Jane cache son sang noir, à ses camarades d’école, à son petit ami, comme à ses premiers employeurs.

Le rôle de Lora est tenu par Lana Turner. Dès son premier film, La Ville gronde (They Won’t Forget par Mervyn LeRoy, 1937), elle attire l’attention par un physique flatté par une apparition dans un pull-over trop petit qui lui vaudra d’être surnommée The Sweater Girl, jusqu’à ce que sa prestation dans Le Facteur sonne toujours deux fois, dans la première version réalisée par Tay Garnett en 1946, fasse reconnaître ses talents d’actrice. Susie, sa fille, est interprétée par la jeune Sandra Dee, qui venait de recevoir le Golden Globe du meilleur espoir féminin pour son rôle dans le film de Robert Wise, Femmes coupables (Until They Sail, 1957).

Le Mirage de la vie, comme Ecrit sur du vent (un autre film de Douglas Sirk réalisé trois ans plus tôt, également testé) a conservé une grande part de son pouvoir de séduction grâce à la photographie de Russell Metty, oscarisé pour le Spartacus de Stanley Kubrick, et qui fut le chef opérateur de 11 films de Douglas Sirk de 1953 à 1959. 


Le Mirage de la vie

Technique - 7,5 / 10

Le Mirage de la vie (124 minutes) est proposé dans cette édition combo sur deux supports, un Blu-ray (BD-50) et un DVD-9 (une édition sur un seul DVD sort en même temps), logés dans un boîtier Blu-ray, glissé dans un fourreau aux couleurs de la collection Cinema MasterClass d’Elephant Films. Le menu animé et musical propose le choix entre la version originale, avec sous-titres optionnels, et un doublage en français, les deux au format DTS-HD Master Audio 2.0 mono.

En supplément, l’habituelle présentation du film par Jean-Pierre Dionnet (18’). Après avoir rapidement évoqué la version tournée en 1934 par John M. Stahl, il parle des acteurs, principalement de Lana Turner, dont la vie fut au moins aussi mouvementée que celle des femmes qu’elle a incarnées à l’écran : elle avait dix ans quand son père fut assassiné dans une rue de San Francisco et, juste avant le tournage du film Le Mirage de la vie, elle fut violemment agressée par son amant, le gangster Johnny Stompanato ; pour la secourir, sa fille Cheryl, âgée de 14 ans, poignarde l’assaillant ; elle sera acquittée pour légitime défense.

Suivent une galerie de photos et la bande annonce d’autres titres de la collection.

L’image (1080p, AVC) est au format 2.0:1, le Superscope, assez répandu dans les années 50. Lumineuse, elle a été très soigneusement nettoyée. La texture argentique a été respectée, au prix d’un bruit vidéo qui n’est principalement détectable que sur les grands aplats, comme les fonds de ciels. La définition est pointue et les teintes saturées du technicolor ont été retrouvées.

Le son DTS-HD Master Audio 2.0 mono est, lui aussi, très propre, avec un souffle occasionnel discret et peu de distorsions. Le doublage français, les dialogues, placés trop en avant de l’accompagnement musical et de l’ambiance, sont étouffés par l’étroitesse de leur spectre.

Le Mirage de la vie

Crédits images : © Elephant Films

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7,5 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 20 juin 2016
Le Mirage de la vie est le chant du cygne de Douglas Sirk, le dernier titre d’une brillante série de mélodrames. Une fable sur le rêve américain et le racisme dont la réédition était attendue.

Lire les avis »

Multimédia
Le Mirage de la vie
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus