Lastman - Saison 1 : le test complet du Blu-ray

2016. Réalisé par Jérémie Périn

Édité par Wild Side Video

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 17/01/2018
Critique

Lastman - Saison 1

Richard Aldana, un jeune boxeur, doit soudain assurer la garde de Siri, âgée d’une douzaine d’années, la fille de son meilleur ami Dave McKenzie, directeur d’un club de boxe enlevé et assassiné par une société secrète, l’Ordre du Lion, dirigé par Rizel. Ce dernier traque Siri qu’il pense être la clef qui lui permettra d’accéder à un monde légendaire, celui de la Vallée des Rois

Lastman (26 x 12 minutes), réalisée par Jérémie Périn, également à l’œuvre dans l’équipe de scénaristes, sous la houlette du showrunner Laurent Sarfati, est l’adaptation de la bande dessinée de Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville. Publiée par Casterman à partir de 2013, elle doit être composée de 12 tomes, dont 10 sont parus à ce jour.

Cette première série animée française pour adultes utilise les codes du japanime, avec un graphisme épuré évocateur, comme l’accompagnement musical, des années 80. Elle nous arrive sur Blu-ray et DVD, assez longtemps après sa diffusion sur France 4, dans une édition riche en bonus.

Lastman ne reprend pas le matériau des BD, seulement certains de ses personnages : les créateurs de la série ont choisi d’imaginer de nouveaux développements dans un prequel situé une dizaine d’années avant le début des aventures de Richard Aldana.

Lastman - Saison 1

Lastman, par l’esthétique de ses images, par des actions parfois très violentes, par des dialogues plutôt crus et quelques scènes de sexe, se démarque radicalement de l’animation française. Ce qui confronta ses créateurs à certaines difficultés qu’ils exposent dans un long entretien en supplément de la série qui n’a pu être achevée que par un recours au crowd funding.

Le manque de fluidité de l’animation, souvent mécanique, s’explique probablement par le petit budget alloué par la production, ce que paraît confirmer la meilleure qualité de l’animation d’autres séquences. Cette relative faiblesse est en grande partie compensée par l’inventivité du scénario et du graphisme, par la symbiose entre l’accompagnement musical et sonore et par la qualité du doublage.

Lastman a fait souffler un vent nouveau sur l’animation française. Reste à savoir si cela suffira à susciter d’autres tentatives. Ou peut-être une saison 2 à laquelle le cliffhanger final entrouvre une porte.

À suivre…

Lastman - Saison 1

Généralités - 3,5 / 5

Lastman, saison 1 (26 x 12 minutes) et ses généreux suppléments (170 minutes) utilisent tout l’espace disponible des deux Blu-ray double couche (trois disques dans l’édition DVD).

Le menu fixe et musical propose la série dans sa version originale, en français, au format DTS-HD Master Audio 5.1, et dans un doublage en anglais au format DTS-HD MA 2.0 stéréo.

Sous-titres en anglais et en espagnol.

Wild Side propose aussi un Coffret Limité Blu-ray + DVD, avec les mêmes bonus vidéo, agrémentés d’un joli petit lot de goodies.

Lastman - Saison 1

Bonus - 4,5 / 5

Sur le disque 1 :

Making of Lastman (92’). Yves Bigerel, alias Balak, coauteur de la BD publiée par Casterman en 2013 et coscénariste de la série, et le réalisateur Jérémie Périn sont interrogés par Marc Aguesse. L’idée d’une adaptation édulcorée regardable par les enfants a été écartée d’emblée, le producteur, France Télévisions, envisageant alors l’ouverture d’une case « BD pour adultes » sur France 4. Au lieu de se calquer sur la bande dessinée, la série invente un prequel, avec Laurent Sarfati comme directeur de l’écriture, et s’inspire de l’univers de séries comme Buffy contre les vampires et Supernatural, pour mettre en situation un monstre par épisode.

La sélection du pilote de Lastman dans le cadre d’un appel à projet par France Télévisions a déclenché, en 2014, le lancement de l’écriture par sept scénaristes dirigés par Laurent Sarfati, l’élaboration du storyboard, le recrutement de l’équipe d’animation, le choix des compositeurs, le doublage pendant deux semaines…

La défaillance d’un des deux studios prestataires et le retrait du deuxième diffuseur ont entraîné un manque d’argent alors que restait à réaliser l’animation de douze épisodes. Un plan B a été mis en œuvre : le lancement d’un kickstarter, un appel aux dons qui a permis, durant l’été 2016, de récolter plus de 200 000 euros et attiré l’attention du public. Il restait une contrainte : terminer la série très vite pour qu’elle puisse être diffusée avant que France 4 ne ferme sa case d’animation pour adultes, soit avant le 15 décembre 2016.

Dernier coup dur : en dépit des estimations du diffuseur, certains épisodes la série ont été interdits aux moins de 16 ans, ce qui empêchait le replay ! Mais un compromis a pu être trouvé : les épisodes visés purent être visionnés, mais seulement à partir de 22h00. Ils ont, aussi, été piratés et postés sur Youtube. La diffusion a eu un impact favorable sur la vente de la BD au moment où sortait le tome 9.

Lastman - Saison 1

Sur le disque 2 :

Commentaires de trois épisodes (39’) par Jérémie Périn et Laurent Sarfati. D’abord, de l’épisode 5 où apparaît Howard, le vrai héros de la série, et les « roitelets », ces démons ouvrant le volet fantastique de la série. Puis de l’épisode 14, avec son mélange de genres, où l’on en apprend plus sur la vraie nature de Siri. Enfin, de l’épisode final, à l’animation et au mixage sonore complexes.

Suivent un comparatif film/storyboard (5’) mettant en évidence la similitude entre les deux medias, les différences résultant surtout de la finalisation des images, des personnages, des décors, des éclairages…, puis Épisode 1 en animatique, version alternative (12’) présentée dans un mélange de séquences achevées et d’esquisses du storyboard, un clip musical (4’) illustré de séquences tirées de différents épisodes, une interview de deux scénaristes (4’) où les deux femmes de l’équipe, Laury Rovelli et Léonie de Rudder, évoquent le travail collégial, avec brainstorming autour d’une grande table, le plaisir d’écrire dans une série feuilletonnante dont les personnages évoluent, les décors (2’), avec Mikael Robert, directeur artistique, chargé de veiller à la cohérence visuelle des fonds d’images, constitués de décors urbains des années 80.

Ensuite, place au son, avec un module doublage (5’) avec répétitions supervisées par le directeur artistique et le réalisateur, une interview des musiciens (5’) Fred Avril et Philippe Monteil, l’un avec un penchant pour la musique orchestrale, l’autre pour la musique électronique, mais l’objectif commun de retrouver le style des années 80 et, enfin, les influences musicales (3’), celles de musiciens, Queen, Burt Bacharach, Prophet, François de Roubaix, Pierre Henry, Kraftwerk…, celles de films, New York 1997 de John Carpenter, Forbidden Planet, La Planète sauvage, Phantom of the Paradise

Lastman - Saison 1

Image - 4,5 / 5

L’image (1.78:1, 1080p, AVC), sans défaut de compression, est stable, lumineuse, avec une délicate palette de couleurs, soigneusement étalonnées, de bons contrastes et des noirs profonds.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale en français, avec un forte dynamique et un spectre ouvert, donne une belle présence à l’ambiance et restitue la musique avec finesse. Les dialogues sont en général clairs, mais parfois un peu couverts par l’accompagnement musical. Faible sensation d’immersion, le son étant centré sur les voies frontales.

Le doublage en anglais (DTS-HD MA stéréo), naturel, présente à peu près les mêmes caractéristiques.

Lastman - Saison 1

Crédits images : © Wild Side

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 18 janvier 2018
Lastman, par l’inventivité de son scénario et de son graphisme, par la symbiose entre l'image et son accompagnement musical et sonore et par la qualité de son doublage, fait souffler un vent nouveau sur l’animation française. On espère une suite.

Lire les avis »

Multimédia
Lastman - Saison 1
Bande-annonce VF
Lastman - Saison 1
Unboxing VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus