Dogman (2018) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Matteo Garrone
Avec Marcello Fonte, Edoardo Pesce et Alida Baldari Calabria

Édité par Le Pacte

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 14/12/2018
Critique

Dogman

Quelques barres d’immeubles décrépis au milieu d’un terrain vague, en bordure de la mer. C’est là que Marcello exploite sa boutique de toilettage de chiens, sous l’enseigne Dogman. Pour arrondir les fins de mois et payer des vacances de plongée sous-marine à sa fille Alida, 10 ans, il revend un peu de cocaïne à quelques habitués. Une vie tranquille, jusqu’à la sortie de prison de Simoncino, une brute qui terrorise le quartier…

Dogman est le neuvième long métrage de Matteo Garrone qui s’est acquis une réputation internationale en 2004 avec Gomorra, une glaçante descente dans l’univers de la Camorra, la mafia napolitaine.

Dogman est centré sur le personnage de Marcello, un petit homme fragile, tout le contraire de Simoncino, qu’il dit être son ami, sans que le scénario nous éclaire sur les raisons d’une si improbable amitié, laissant le soin au spectateur d’imaginer que Marcello voit probablement en lui ce qui lui manque, une force et une agressivité qui le font craindre de tous. Le drame se noue quand Simoncino force Marcello à lui donner la clé de sa boutique pour, nuitamment, percer le mur qui la sépare de celle d’un commerce d’achat d’or.

Le percement d’un mur en Italie, voilà qui ne manquera pas de raviver le souvenir du film réalisé par Mario Monicelli en 1958, Le Pigeon (I Soliti ignoti), dans le registre de la farce. Mais Dogman s’inscrit résolument dans celui du drame : Marcello passe un an derrière les barreaux pour avoir refusé de dénoncer son « ami ».

Dogman

Le scénario, dont l’écriture a mobilisé six personnes, s’inspire d’un fait réel de 1988, l’histoire du toiletteur de chiens Pietro De Negri, dit Il Canaro, et de sa terrible vengeance des humiliations d’un certain Giancarlo Ricci, un voyou de la banlieue romaine. C’est peut-être cette origine qui a poussé Matteo Garrone à opter pour une réalisation sans fioritures, brute et efficace, un peu à la manière d’un documentaire, un genre auquel il s’est essayé au début de sa carrière. Le choix du lieu de tournage, Castel Volturno, une ancienne station balnéaire au nord de Naples, devenue un refuge de migrants, concourt efficacement à l’ambiance sombre de l’oeuvre.

Dogman fait de Marcello un homme doux, sensible, affectueux avec sa fille, attentif au bien-être des chiens, pour mieux montrer, en donnant au film une dimension politique, à quelles extrémités peut conduire la précarité des conditions de vie dans un quartier déshérité et, aussi, l’isolement dans lequel se retrouve Marcello à sa sortie de prison, suspecté par tous d’être l’auteur du cambriolage.

Le film doit beaucoup au talent de Marcello Fonte, venu du théâtre, l’interprète de Marcello (« une gueule d’Italien comme il n’en existe plus », dit Matteo Garrone dans l’entretien en bonus), salué pour sa remarquable performance par trois prix, dont le Prix d’interprétation masculine au dernier festival de Cannes.

Dogman

Généralités - 3,5 / 5

Dogman (103 minutes) et ses suppléments (37 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier de 11 mm, glissé dans un étui.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, avec sous-titres imposés, mais idéalement placés sur la bande noire sous l’image, et dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 5.1.

Piste d’audiodescription DTS 2.0 et sous-titres pour malentendants.

Bonus - 3,5 / 5

Entretien avec Matteo Garrone et Marcello Fonte (19’). Matteo Garrone indique que le projet du film remonte à une douzaine d’années. Le scénario s’inspire librement d’un fait divers, mais s’en éloigne aussi pour, comme dans ses films précédents, raconter une fable et, en dépassant la violence, approfondir le personnage principal, un homme tourné vers l’amour et qui aimerait être aimé de tous, entraîné, malgré lui, dans un engrenage de violence. Il peut rappeler certains personnages du cinéma muet, ceux qu’interprétaient Buster Keaton ou Charles Chaplin. Marcello Fonte a commencé sa carrière d’acteur à 18 ans, comme doublure dans Gangs of New York (Martin Scorsese, 2002). Il a mis tout son vécu, avec des débuts difficiles, dans le personnage de Marcello. Il voit dans Dogman un film sur l’amour et la peur, sur le combat d’un homme qui essaie de préserver le peu qu’il possède.

Making of Dogman (15’). Marcello Fonte dit être né près d’une décharge, sous un toit de tôle ondulée. Dans un environnement qui n’est pas loin de ressembler à Castel Volturno. Pas facile d’être face à une caméra… et pas sans risques : on le voit, le visage en sang après une scène, un peu trop réaliste, de brutalités que lui inflige Simoncino. Le documentaire donne une bonne idée de l’ambiance du tournage, en insistant sur la dernière séquence où l’on voit Marcello Fonte porter, sans trucage, l’acteur Edoardo Pesce qui doit faire au moins deux fois son poids !

Extrais du storyboard (3’) dessiné par Giueppe Liotti, devenu illustrateur de bandes dessinées avec les séries Les Fils de la Louve, Narcos, Compte à rebours et qui poursuit la création de storyboards.

Dogman

Image - 5,0 / 5

L’image (2.40:1, 1080p, AVC), finement résolue, lumineuse, agréablement contrastée, avec des noirs denses, propose des couleurs soigneusement étalonnées, dans une palette plutôt froide s’accordant à l’ambiance assez glauque du film.

Son - 5,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale restitue clairement les dialogues et un accompagnement musical très rare (les deux plongées de Marcello avec sa fille, une des scènes finales et les crédits). L’utilisation modérée des cinq voies réussit à créer une impression d’immersion dans l’ambiance, discrète, mais cohérente.

Ce constat vaut pour le doublage en français. Parfois un peu monotone, il fait perdre une partie de la couleur locale assurée par les dialogues.

Crédits images : © Greta De Lazzaris

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 14 décembre 2018
Inspiré d’un fait divers, Dogman détaille l’engrenage qui conduira à une terrible vengeance un homme faible et doux. La sensible interprétation du personnage valut à Marcello Fonte le Prix d’interprétation masculine au dernier festival de Cannes.

Lire les avis »

Multimédia
Dogman
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus