My Beautiful Boy (2018) : le test complet du Blu-ray

Beautiful Boy

Édition Limitée

Réalisé par Felix Van Groeningen
Avec Steve Carell, Timothée Chalamet et Maura Tierney

Édité par Metropolitan Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 28/06/2019
Critique

L’adaptation du bouleversant récit de l’engagement du journaliste David Sheff pour aider son fils à s’échapper de l’emprise de la drogue.

My Beautiful boy

Nic Sheff, brillant élève, abandonne ses études à peine entré à l’université. Son père, David, journaliste, découvrant que Nic se drogue à la méthamphétamine, réussit à le convaincre de suivre une cure de désintoxication. L’un et l’autre ont consigné par écrit le cauchemar qu’ils ont vécu.

My Beautiful Boy (Beautiful Boy) réalisé en 2018 par le Belge Felix van Groeningen, est une adaptation, coécrite avec Luke Davies, des deux livres, celui de David Sheff, Beautiful Boy: A Father’s Journey Through His Son’s Addiction (publié en janvier 2009), et celui de son fils Nic, Tweak: Growing Up On Methamphetamines (publié en février 2008), le récit de leur confrontation à l’addiction à la drogue.

My Beautiful Boy est le premier film que Felix van Groeningen tourne aux USA. On sentait bien que ça le démangeait depuis Alabama Monroe (The Broken Circle Breakdown), sorti en 2012, sur la passion de Didier et d’Élise l’un pour l’autre et pour le bluegrass. Le scénariste américain Luke Davies, coauteur du scénario, a, dans la foulée, cocréé avec David Michôd la série Catch-22, un développement du film Catch 22 (Mike Nichols, 1970).

My Beautiful Boy est aussi le quatrième des films de Felix van Groeningen édités en vidéo en France, après La Merditude des choses (De helaasheid der dingen, 2009), Alabama Monroe et Belgica (2016).

My Beautiful boy

Moins âpre que la plupart des nombreux films sur l’addiction à la drogue, en particulier que Moi Christiane F. 13 ans, droguée, prostituée… (Christiane F - Wir kinder vom bahnhof Zoo, Uli Edel, 1981), My Beautiful Boy décrit sans détours le parcours du drogué, ses tentatives de se voiler la face par le déni, le recours aux mensonges pour échapper aux soins, où à des agressions visant les proches (Nic vole les économies de son jeune frère pour se procurer une dose de crystal meth)… Le film souligne la souffrance éprouvée par la famille, son découragement à chaque rechute et épingle aussi les méthodes des centres de désintoxication, notamment la présentation exagérément de leurs résultats et leur réflexe à s’exonérer de toute responsabilité en cas d’échec.

Timothée Chalamet, après des débuts remarqués à la télévision, notamment dans saison 2 de Homeland, donne une nouvelle démonstration de son talent d’acteur, qu’avait solidement confirmé sa prestation dans Call Me by Your Name de Luca Guadagnino qui lui valut une nomination aux Oscars en 2017.

Steve Carell (The Office, la série version US créée en 2005, Foxcatcher, Café Society…) est parfaitement crédible dans le personnage de David qu’il interprète avec sobriété, de même que, dans le rôle de sa seconde épouse, Maura Tierney, l’infirmière Abby Lockhart de 189 des 331 épisodes d’Urgences (ER) et qu’on reverra bientôt dans la saison 5 de l’excellente série The Affair.

My Beautiful Boy est prenant et bouleversant en dépit d’un montage qui tend à relâcher la tension par le recours trop fréquent à des flashbacks inutiles et d’une illustration musicale à la fois disparate et envahissante.

My Beautiful boy

Généralités - 4,0 / 5

My Beautiful Boy (91 minutes) et ses maigres suppléments (7 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 et un DVD-9 logé dans un boîtier non fourni pour le test, effectué sur check disc.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, avec sous-titres optionnels, ou dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 5.1.

Comme toutes les éditions Metropolitan Vidéo, celle-ci inclut une piste d’audiodescription (au format DTS-HD Master Audio 2.0) et des sous-titres pour malentendants.

Bonus - 1,5 / 5

Les acteurs (4’). Les acteurs s’envoient des fleurs. Réalisateur et producteurs surenchérissent.

Les coulisses (3’). David Sheff rappelle que 150 personnes meurent d’overdose chaque jour aux USA, avant que ne reprennent les envois de fleurs.

Bandes-annonces de My Beautiful Boy, Blindspotting, Green Book : Sur les routes du Sud, Last Flag Flying - La dernière tournée, et Second Chance, en VO ou VF, à votre choix.

My Beautiful boy

Image - 4,5 / 5

L’image (1.85:1, 1080p, AVC) bien résolue, sans excès de lissage, propose une délicate palette de couleurs, soigneusement étalonnées, bien contrastées, avec des noirs denses et une texture agréable dans les scènes d’intérieur comme dans les paysages de la côte californienne.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale assure parfaite intelligibilité des dialogues. Une utilisation modérée des canaux latéraux réussit à créer une discrète sensation d’immersion dans l’ambiance.

Ces observations valent pour le doublage en français, plutôt bien fait.

Crédits images : © Francois Duhamel - Courtesy of Amazon Studios

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 29 juin 2019
Le récit bouleversant d’un long et douloureux combat contre l’addiction à la drogue. Inspiré d’une histoire vraie, très réaliste, un film à voir.

Lire les avis »

Multimédia
My Beautiful Boy
Bande-annonce VOST
My Beautiful Boy
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus