Voyage à deux (1967) : le test complet du Blu-ray

Two for the Road

Blu-ray + DVD - Édition limitée Digibook

Réalisé par Stanley Donen
Avec Audrey Hepburn, Albert Finney et Eleanor Bron

Édité par Wild Side Video

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 04/03/2020
Critique

Six traversées de la France en voiture fournissent à Stanley Donen l’occasion d’observer l’inexorable transformation des liens conjugaux.

Voyage à deux

Mark Wallace, un architecte réputé, et Joanna, mariés depuis dix ans, au volant de leur coupé Mercedes, montent à bord d’un avion à destination de Naples, pour un nouveau voyage en Europe. Pas le premier. Des précédentes escapades, la première avec un roadster MG au bout du rouleau, leur reviennent les souvenirs de moments heureux, mais aussi des disputes et des trahisons qui auraient pu conduire à la rupture de leur vie commune…

Voyage à deux (Two for the Road) est le troisième et dernier film, après Drôle de frimousse (Funny Face) en 1957 et Charade en 1963, que Stanley Donen réalisa avec Audrey Hepburn, une des étoiles au firmament de Hollywood depuis Vacances romaines (Roman Holiday, William Wyler, 1953) et Sabrina (Billy Wilder, 1954).

Stanley Donen, alors installé à Londres, souhaitait confirmer que son talent pouvait s’exprimer hors du cadre qui lui avait assuré une renommée planétaire, la comédie musicale, depuis l’indétrônable Chantons sous la pluie (Singin’ in the Rain, 1952). Son choix se porta sur la chronique douce-amère de l’érosion par le temps des relations conjugales, quand la complicité remplace la passion avant que ne s’insinuent l’ennui, les cachoteries, le mensonge, voire l’infidélité…

Voyage à deux

Le scénario de Frederic Raphael (qui venait de recevoir un Oscar pour Darling, réalisé par John Schlesinger en 1965, édité par Tamasa Diffusion dans le coffret John Schlesinger - La trilogie anglaise) découpe le récit sur six étés, de 1954 à 1966, sans suivre l’ordre chronologique que le spectateur pourra assez facilement retracer en se fiant à l’indice le plus visible, la couleur de la voiture de sport du couple. Cette déconstruction du récit, assez inhabituelle pour le genre (et peut-être la cause d’un relatif échec commercial), participe à l’originalité du film tout en donnant une vue impressionniste des relations du couple qui n’évoluent probablement pas aussi linéairement qu’on peut l’imaginer.

Pour donner la réplique à Audrey Hepburn, Stanley Donen finit par retenir Albert Finney qui, après s’être fait connaître sur les planches, fut révélé sur les écrans par Samedi soir et dimanche matin (Saturday Night and Sunday Morning, Karel Reisz, 1960) et par Tom Jones - Entre l’alcove et la potence (Tom Jones, Tony Richardson, 1963). Pour la première fois, Audrey Hepburn aura un partenaire de son âge, après ceux qui auraient pu être son père, tels Humphrey Bogart, William Holden, Fred Astaire ou Cary Grant.

Voyage à deux

-Bitch! -Bastard!

Voyage à deux, jamais mièvre, donne la primauté à la comédie et réserve même une place honorable au burlesque avec l’intrusion dans l’histoire d’un couple d’Américains et de leur petite peste de fille. Mais la comédie, quand elle ne vire pas au drame, garde un ton grinçant, donné dès la première scène. Quand Joanna s’étonne de voir deux jeunes épousés sortant de l’église, manifestement pas heureux, Mark lui dit : « Pourquoi le seraient-ils, ils viennent de se marier ! »

Pour son plaisant mélange des genres, pour la belle photographie de Christopher Challis qui fut le chef opérateur de cinq autres films de Stanley Donen, pour la partition originale de Henry Mancini, compositeur de la musique originale de Diamants sur canapé (Breakfast at Tiffany’s, Blake Edwards, 1961) et du thème principal de la franchise La Panthère Rose (Films) et, bien sûr, pour la qualité des deux interprètes principaux, Voyage à deux, depuis longtemps indisponible, méritait une belle réédition, surtout un an après la disparition de Stanley Donen et d’Albert Finney.

Voyage à deux

Généralités - 5,0 / 5

Voyage à deux (111 minutes) et ses compléments (100 minutes, sans compter le commentaire audio du film) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé, en compagnie d’un DVD-9, dans un Digibook, non fourni pour le test, effectué dur check disc.

Le menu animé et musical propose le choix entre version originale, avec sous-titres imposés, mais idéalement placés sous l’image, à cheval sur la bande noire, et doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 2.0 stéréo.

Un livre de 200 pages, abondamment illustré, par Adrienne Boutang et Marc Frelin, universitaires et historiens du cinéma, intitulé Fragments d’un transfert amoureux, s’ouvre sur la rencontre, à Londres où ils s’étaient expatriés, de Stanley Donen et de Frederic Raphael, tous deux ayant déjà largement démontré leur talent, ce que rappelle une rapide revue de leurs oeuvres. Sont exposés en détai, la genèse du film avec les deux versions du scénario, le recrutement d’Audrey Hepburn et, après le refus de Paul Newman et de Michael Caine, d’Albert Finney, le rejet par Universal, la constitution de la garde-robe d’Audrey Hepburn avec un nombre record de costumes qui « volent parfois la vedette aux dialogues ». Puis commence le tournage, qui s’étalera de mai à octobre 1967, avec une équipe en majorité française, presque exclusivement en extérieurs, du nord au sud de la France, caméra fixée sur le capot pour de nombreuses scènes en voiture pour éviter l’effet artificiel des transparences. La musique sera composée une fois le film terminé… Voyage à deux est une oeuvre hybride, entre deux continents, « à la croisée des genres », avec des « ruptures de ton » entre drame, comédie sophistiquée, road-movie et screwball comedy, « la voiture offrant la vision d’un couple toujours en mouvement ». Suit une analyse pertinente de la structure du scénario : « Loin d’être une coquetterie formaliste, la déconstruction participe au projet du film de restituer un rapport profondément subjectif au monde et au temps, en particulier. Le récit obéit ainsi à une logique poétique qui glisse d’un temps à l’autre par le souvenir, enclenché par des réminiscences sensorielles que les raccords soulignent. » Le livre se termine sur la représentation de l’adultère permise par la tombée en désuétude du code Hays et par Après le voyage, sur l’accueil mitigé du film par la critique et le public. Mais « Voyage à deux poursuivra son chemin dans l’imaginaire collectif, à travers la mémoire cinéphilique et la culture populaire, acquérant, peu à peu, un statut proche du culte. »

Une impressionnante somme d’informations sur le tournage et une remarquable analyse du film !

Voyage à deux

Bonus - 4,5 / 5

Ces suppléments sont, sauf indication contraire, repris de l’édition sortie par Carlotta Films en 2005, depuis longtemps épuisée.

Commentaire audio de Stanley Donen (sous-titré). Après une courte revue de la filmographie de Stanley Donen dont l’auteur n’est pas révélé, le cinéaste justifie son choix du format Cinemascope et des acteurs, commente la mise en scène de certains plans et le tournage, souligne la structure très particulière du scénario de Frederic Raphael avec ses multiples sauts du passé au présent…

Carnets de route de Frederic Raphael (Wild Side, 2019, 36’, en français). L’idée du film lui est venue des voyages en voiture avec sa femme pour rejoindre le sud de la France, à partir de Londres, où ils résidaient alors. Le pitch a immédiatement intéressé Stanley Donen et le scénario, vite et librement écrit, a été accepté par la Fox et a séduit Audrey Hepburn, pressentie dès l’origine du projet. Frederic Raphael prône l’économie des dialogues et regarde Voyage à deux comme le dernier des grands films de Stanley Donen.

Voyage à deux

La mode et le style (2019, en français, 29’), par Sophie Rochas, chef costumière. La fille du couturier Marcel Rochas, recommandée par Hélène Gordon Lazareff, fondatrice du magazine Elle où elle avait travaillé, a rencontré à Paris Stanley Donen qui lui a confié le rôle de chef costumière alors qu’elle n’avait que 23 ans, avec carte blanche pour le choix des costumes qui suivent l’ascension sociale des deux personnages principaux et l’évolution de la mode des années 60.

La fin du voyage (2019, 16’), un entretien avec Sean Hepburn Ferrer, le fils d’Audrey Hepburn. Il se souvient du tournage, alors qu’il avait 4 ans, surtout de la visite du camion des effets spéciaux et de la rupture entre sa mère et son père, Mel Ferrer. Sa mère s’attachait à mener « une vie normale » entre deux tournages.

Récit de voyage, la carrière de Stanley Donen (5’). Stanley Donen, s’il devait sa réputation à la comédie musicale, souhaitait, avec Two for the Road, s’essayer à la comédie dramatique. Le générique a été conçu par le graphiste Maurice Binder, le créateur des génériques des films de James Bond.

Voyages de modes : la garde-robe d’Audrey Hepburn (11’) par Laure Gautier, auteur de Fashion movies : la mode dans le cinéma américain des années 90. Hubert de Givenchy habillait Audrey Hepburn au cinéma depuis Sabrina. C’est à la demande de Stanley Donen qu’elle lui a été infidèle et a porté des costumes reflétant l’air du temps et servant de repères chronologiques.

Bande-annonce.

Voyage à deux

Image - 5,0 / 5

L’image (2.35:1, 1080p, AVC), soigneusement nettoyée, d’une irréprochable stabilité, bien définie, propose des couleurs naturelles, agréablement saturées, après une restauration qui a parfaitement respecté la texture argentique.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 2.0 stéréo de la version originale, très propre lui aussi, assure une parfaite intelligibilité des dialogues et, malgré un inévitable cantonnement dans le medium et une séparation très discrète des deux voies, donne une assez belle ampleur à l’accompagnement musical.

Ce constat vaut pour le doublage, honnêtement fait, mais avec une bande passante légèrement plus resserrée vers le haut du spectre.

Crédits images : © Wild Side

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 12 mars 2020
Voyage à deux, avec son plaisant mélange des genres, la belle photographie de Christopher Challis, la partition originale de Henry Mancini, était depuis longtemps indisponible. Il méritait une belle réédition, un an après la disparition de Stanley Donen et d’Albert Finney.

Lire les avis »

Multimédia
Voyage à deux
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus