La Croisière du Navigator (1924) : le test complet du Blu-ray

The Navigator

Combo Blu-ray + DVD

Réalisé par Buster Keaton
Avec Buster Keaton, Kathryn McGuire et Frederick Vroom

Édité par Elephant Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 20/07/2020
Critique

Un homme et la jeune femme qui vient de rejeter sa demande en mariage se retrouvent accidentellement sur un paquebot à la dérive, sans équipage.

La Croisière du Navigator

Rollo Treadway, un riche héritier oisif, demande à son majordome d’acheter deux billets pour une croisière : il vient de décider de se marier… aujourd’hui ! Ses projets tombent à l’eau : Betsy O’Brien, une riche voisine, décline l’offre, tout à fait inattendue. Qu’importe, Rollo partira seul en croisière… mais pas sur le bon navire ! Il a embarqué, par erreur, sur le Navigator, un bateau dont les espions d’un petit état vont larguer les amarres pour qu’il se perde en mer, avant d’être armé par l’ennemi. Toujours par erreur, Betsy monte à bord du Navigator au moment précis où il quitte le quai pour aller dériver en pleine mer…

La Croisière du Navigator (The Navigator), sorti en 1924, entre Sherlock Junior (Sherlock Jr. , 1924) et Les Fiancées en folie (Seven Chances, 1925), est le quatrième long métrage de Buster Keaton.

La Croisière du Navigator, une fois le personnage principal présenté, n’a recours qu’à très peu de cartons pour expliciter une histoire dans laquelle, il est vrai, l’action domine. Il révèle les recettes du comique de Buster Keaton. Aucune grimace à la Louis de Funès chez le personnage qu’il a créé, un petit homme au visage impavide mis dans des situations burlesques, typiques des slapstick comedies. Sa particularité est de s’exposer aux pires dangers par sa seule maladresse, une maladresse qui va, par un heureux coup de chance, à chaque fois le sauver.

La Croisière du Navigator

Buster Keaton ajoute au comique de situation des gags surréalistes. Quand Rollo, pour aller demander la main de Betsy, son chauffeur n’a qu’à faire un demi-tour, les deux maisons se faisant face, l’une du côté des numéros pairs, l’autre des numéros impairs de la même rue. Cette première trouvaille sera judicieusement exploitée : pour se remettre de la déception d’avoir été éconduit, Rollo rentrera à pied : « une longue marche me fera du bien ».

La Croisière du Navigator dévoile des dizaines d’autres brillantes idées. Pour tenter de colmater une fuite d’eau par l’arbre d’hélice, Rollo, revêtu d’un scaphandre, dix mètres sous la surface, pose un panonceau « Danger ! Travaux » et, avant de commencer sa besogne, prend soin de se laver les mains dans un seau, qu’il renversera pour le vider, avant de s’essuyer consciencieusement les mains.

Buster Keaton a réussi à créer un personnage emblématique, maladroit mais sauvé par la chance, et des gags d’une grande fantaisie pour distinguer son cinéma de celui de deux autres génies du comique, ses contemporains Charles Chaplin et Harold Lloyd. Son style a influencé d’autres cinéastes, notamment Jacques Tati et Pierre Etaix et, beaucoup plus près de nous, le Palestinien Elia Suleiman, lui aussi acteur et réalisateur de ses films.

La Croisière du Navigator

Généralités - 3,5 / 5

La Croisière du Navigator (65 minutes) et son supplément (26 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-25 logé, pour cette édition combo, en compagnie d’un DVD-9, dans un boîtier non remis pour le test.

Pour la première fois disponible en haute définition en France, ce film est proposé par Elephant Films, simultanément avec Sherlock Junior et Le Dernier Round (Battling Butler, 1926), après une restauration 4 K opérée en 2017 par L’Immagine Ritrovata, utilisée pour l’édition Universal Pictures Home Entertainment sortie en juillet 2019 aux USA.

Le menu fixe et musical propose le film avec le choix, pour l’accompagnement musical, entre deux formats, DTS-HD Master Audio 5.1 ou 2.0 stéréo.

Bonus - 3,0 / 5

Analyse de séquences par Nachiketas Wignesan, enseignant d’histoire du cinéma à Paris I et Paris III (26’). La Croisière du Navigator, coréalisé avec Donald Crisp, en permettant à Buster Keaton d’affirmer son style personnel, connut un énorme succès. C’est un de ses assistants qui lui suggéra comme lieu de tournage un bateau voué au démantèlement. Trois temps dans le gag keatonien : 1. Le personnage doit agir pour se tirer d’une situation délicate. 2. On pressent qu’il ne va pas y arriver. 3. Sa maladresse et le hasard vont régler le problème. Le personnage créé par Buster Keaton « anti-héros passif (…) sans prise sur la réalité (…) mais qui renaît parfois en héros », est très différent de celui, « dominant (…) parfois agressif », créé par Charles Chaplin. Trois séquences sont analysées pour définir les principales caractéristiques du film où l’horreur se mêle à la comédie.

Bandes-annonces des trois films de Buster Keaton sortis en juin 2020, La Croisière du Navigator, Sherlock Junior et Le Dernier Round. S’y ajoutent celles de Les Fiancées en folie (Buster Keaton, 1925), L’Homme qui rit (The Man Who Laughs, Paul Leni, 1928), une fascinante adaptation du roman de Victor Hugo, avec Conrad Veidt dans le rôle-titre, et La Féérie du jazz (King of Jazz, John Murray Anderson, Walter Lantz, 1930), filmé avec le procédé Technicolor 100 à deux couleurs, le rouge et le vert (Two-color Technicolor 100 process) qui permettait de reproduire assez fidèlement les tons de peaux*.

La Croisière du Navigator

Image - 4,5 / 5

L’image (1.33:1, 1080p, AVC) a bénéficié d’une restauration qui l’a stabilisée et a éliminé presque toutes les traces de détérioration de la pellicule, à l’exception de quelques très occasionnelles taches ou rayures. Le bruit a été réduit aux limites du possible, sans compromettre la texture argentique et un soigneux étalonnage a ravivé les blancs, densifié les noirs pour aboutir à un dégradé de gris presque idéal.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 (ou 2.0 stéréo) de l’accompagnement musical, composé et dirigé par Robert Israel pour cette édition, un peu démonstratif, mais convenant bien au film, bénéficie d’un spectre ouvert et d’une assez bonne dynamique.

(*) Voir une excellente explication du procédé, en anglais, sur L’Internet à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=8iy_MjegGWY. Le procédé, utilisé à partir de 1922, cédera pendant un temps la place au Technicolor Three-Strip Camera, avec des prises par trois caméras sur trois pellicules, émulsionnées pour le bleu, le rouge et le vert, puis collées l’une sur l’autre. Une célèbre utilisation de nouveau procédé, que Walt Disney adopta dès 1932, fut Le Magicien d’Oz (The Wizard of Oz), en 1939.

Crédits images : © Eléphant Films

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 21 juillet 2020
Ce film emblématique de l’humour pince-sans-rire de Buster Keaton, un feu d’artifices de gags surréalistes, nous arrive pour la première fois en haute définition, après une exemplaire restauration 4 K. En prime, un complément inédit.

Lire les avis »

Multimédia
La Croisière du Navigator
Bande-annonce

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus