Le Dernier Round (1926) : le test complet du Blu-ray

Battling Butler

Combo Blu-ray + DVD

Réalisé par Buster Keaton
Avec Buster Keaton, Snitz Edwards et Sally O'Neil

Édité par Elephant Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 20/07/2020
Critique

Une expérience de camping à la montagne, recommandée par ses parents, suffira-t-elle à faire du jeune milliardaire Alfred un homme ?

Le Dernier Round

Fils de bonne famille, le jeune Butler est envoyé camper en montagne par son père, qui pense ainsi l’endurcir. Mais les conditions de campement, très luxueuses, ne s’y prêtent guère. Butler tombe amoureux d’une jeune montagnarde, dont la famille n’apprécie guère l’allure frêle et oisive du jeune homme. Son majordome ayant découvert à la lecture d’un article de journal que Butler avait pour homonyme un célèbre boxeur, il propose à son maître de se faire passer pour le champion pour être mieux accepté par les rustiques montagnards.

Le Dernier round (Battling Butler), sorti en 1926, l’adaptation d’une comédie musicale à succès de 1923 par Walter L. Rosemont and Ballard MacDonald, à laquelle Buster Keaton a ajouté un match de boxe. On y retrouve, sous le nom d’Alfred Butler, un personnage qui peut rappeler le Rollo Treadway de La Croisière du Navigator, sorti deux ans plus tôt : un célibataire oisif, dont le mode de vie douillet est établi par sa pratique du camping : une vaste tente abrite un lit en métal doré, une peau d’ours en guise de tapis, une garde-robe bien garnie, une baignoire… À l’extérieur, le domaine du majordome, l’équipement nécessaire pour les repas, une table et des chaises, une cuisinière, vaisselle et ménagère en argent…

Alfred Butler ne tarde pas à démontrer son inefficacité : parti à la chasse avec son majordome, il ne voit rien à tirer alors que la forêt grouille de gibier à plumes ou à poil. Son seul tir, fusil tenu à l’envers, troue le mouchoir d’une jeune montagnarde. Coup de fusil, coup de chance, coup de foudre : Alfred tombe raide amoureux de la belle !

L’initiative du majordome de faire passer son patron pour un champion de boxe va mettre Alfred dans des situations où Buster Keaton place l’anti-héros de tous ses films : des conditions critiques dont il réchappe, à chaque fois servi par la chance.

Le Dernier round montre toutefois, dans une des scènes finales, celle de l’affrontement dans le vestiaire avec son homonyme le champion de boxe, un personnage beaucoup agressif que celui que Buster Keaton campe généralement. Un personnage que l’aventure qu’il a vécue a transformé : la scène finale où il se promène dans la rue au bras de son épouse, uniquement vêtu d’un boxer short avec canne et chapeau haut de forme, montre qu’il est devenu une sorte d’alliage entre Alfred Butler et Alfred Battling Butler.

Le Dernier round présente une autre particularité en mettant en situation un nombre relativement important de personnages secondaires, alors que La Croisière du Navigator, par exemple, ne comptait que deux personnages et des figurants.

Buster Keaton a réussi à créer un personnage emblématique, maladroit mais sauvé par la chance, et des gags d’une grande fantaisie pour distinguer son cinéma de celui de deux autres génies du comique, ses contemporains Charles Chaplin et Harold Lloyd. Son style a influencé d’autres cinéastes, notamment Jacques Tati et Pierre Etaix et, beaucoup plus près de nous, le Palestinien Elia Suleiman, lui aussi acteur et réalisateur de ses films.

Le Dernier Round

Généralités - 3,5 / 5

Le Dernier round (77 minutes) et son supplément (17 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-25 logé, pour cette édition combo, en compagnie d’un DVD-9, dans un boîtier non remis pour le test.

Pour la première fois disponible en haute définition en France, ce film est proposé par Elephant Films, simultanément avec deux films sortis en 1924, La Croisière du Navigator et Sherlock Junior (Sherlock Jr. ), après une restauration 4 K opérée en 2015 par L’Immagine Ritrovata, utilisée pour l’édition Universal Pictures Home Entertainment sortie en juillet 2019 aux USA.

Le menu fixe et musical propose le film avec un accompagnement musical au format DTS-HD Master Audio 5.1 ou 2.0 stéréo.

Bonus - 3,0 / 5

Séquences commentées par Nachiketas Wignesan, enseignant d’histoire du cinéma à Paris I et Paris III (17’). Septième des douze longs métrages de Buster Keaton, qui fera dire à Martin Scorsese que Buster Keaton a été le premier à savoir filmer la boxe. Dans la séquence de l’entraînement d’Alfred/Keaton, Nachiketas Wignesan souligne le choix insolite de plans qui s’élargissent pour souligner la fragilité du personnage, au lieu de plans rapprochés du visage. La scène contient aussi une pantomime qui pourrait avoir inspiré Jackie Chan dans Le Maître chinois (Zui quan, Woo-Ping Yuen, 1978). Il commente également la belle scène où l’on voit la jeune épouse disparaître dans la lunette arrière de la voiture pour affronter le champion et la métamorphose d’Alfred dans les scènes finales.

Bandes-annonces des trois films de Buster Keaton sortis en juin 2020, Le Dernier round, Sherlock Junior et La Croisière du Navigator. S’y ajoutent celles de Les Fiancées en folie (Buster Keaton, 1925), de L’Homme qui rit (The Man Who Laughs, Paul Leni, 1928), une fascinante adaptation du roman de Victor Hugo, avec Conrad Veidt dans le rôle-titre, et de La Féérie du jazz (King of Jazz, John Murray Anderson, Walter Lantz, 1930), filmé avec le procédé Technicolor à deux couleurs, le rouge et le vert (Two-color Technicolor 100 process) qui permettait de reproduire assez fidèlement les tons de peaux*.

Le Dernier Round

Image - 4,0 / 5

L’image (1.33:1, 1080p, AVC), a bénéficié d’une restauration qui l’a stabilisée, a densifié les noirs et a éliminé toute trace de détérioration de la pellicule (à l’exception d’un plan de 8 secondes à 41’50”, très dégradé). Le bruit a été réduit aux limites du possible, sans compromettre la texture argentique et la stabilité lumineuse a été assurée par un soigneux étalonnage. Toutefois, la teinte sépia assombrit l’image et atténue sensiblement les contrastes. Paradoxalement, les scènes de nuit, en noir et blanc, paraissent plus lumineuses.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 (ou, au choix, 2.0 stéréo) de l’accompagnement musical (avec une citation du thème de Laurel et Hardy) composé et dirigé par Robert Israel pour cette édition, bénéficie d’un spectre ouvert et d’une assez bonne dynamique.

(*) Voir une excellente explication du procédé, en anglais, sur L’Internet à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=8iy_MjegGWY. Le procédé, utilisé à partir de 1922, cèdera pendant un temps la place au Technicolor Three-Strip Camera, avec des prises par trois caméras sur trois pellicules, émulsionnées pour le bleu, le rouge et le vert, puis collées l’une sur l’autre.

Crédits images : © Eléphant Films

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 21 juillet 2020
Marcher sur les pieds de Buster Keaton n’est pas sans risque. C’est ce que démontre Le Dernier round en révélant un personnage différent de ceux généralement campés par le rival de Charles Chaplin et Harold Lloyd. Après une restauration 4 K, voici la première édition du film en haute définition, enrichie d’un complément exclusif.

Lire les avis »

Multimédia
Le Dernier Round
Bande-annonce

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus