Le Clair de terre (1970) : le test complet du Blu-ray

Combo Blu-ray + DVD

Réalisé par Guy Gilles
Avec Patrick Jouané, Annie Girardot et Edwige Feuillère

Édité par Lobster Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 14/10/2020
Critique

Pierre ne tient pas en place. Il annonce à ses amis qu’il va quitter Paris pour Tunis, là où il a passé son enfance, là où sa mère est morte…

Clair de Terre

Pierre vit à Paris avec son père. Il retourne en Tunisie où il est né et rencontre une ancienne institutrice. Elle réveille de vieux souvenirs d’enfance, dont celui de sa mère décédée…

Le Clair de terre, le troisième long métrage de Guy Gilles, produit par la société de production fondée par Claude Lelouch, Les Films 13, sort en 1970, après L’Amour à la mer (1964), et Au pan coupé (1968). Il réalisera cinq autres longs métrages. Presque tous ses films sont accompagnés par les partitions de son ami des années d’enfance et de jeunesse passées à Alger, Jean-Pierre-Stora.

Le Clair de terre s’ouvre sur la place des Vosges, le point de départ d’une visite guidée du Marais par Elina Labourdette, très lyrique. Ce qui amuse Pierre, assis tout près, dans le square Louis XIII. La visite se poursuit à l’hôtel de Beauvais, au 68 de la rue François Miron, où le jeune Mozart, âgé de 7 ans, séjourna pendant cinq mois. Une occasion pour Guy Gilles de démontrer qu’il a l’oeil pour repérer des devantures insolites et pour composer de belles photos à partir de rien, de murs décrépits, de volets à la peinture craquelée, de graffitis…

Clair de Terre

Plus encore qu’avec les deux films précédents, Guy Gilles ouvre dans son récit mille petites parenthèses, des saynètes avec des inconnus surpris par une caméra fouineuse, en réalité l’oeil de Pierre, dans des situations parfois grotesques : dans une vitrine de la rue Saint-Antoine, un couple rebondit sur un lit pour en tester le confort. Pierre s’arrête tous les dix mètres pour faire le plein d’images de Paris qu’il va quitter le lendemain. Il emportera dans son voyage le même portrait d’une femme qu’on a vue dans L’Amour à la mer et Au pan coupé, peint par la mère de Guy Gilles.

C’est mieux pour moi de partir… je ne peux plus vivre à Paris

Pierre, comme tous les personnages principaux des films de Guy Gilles, ressent toujours le désir de partir, de quitter l’endroit où il est pour un autre, dont il partira pour aller il ne sait où. Cette fois, l’envie lui a pris de retourner à Tunis où il rencontre Madame Larivière, une institutrice qui a connu sa mère, « fine, douce et gaie ». Elle l’aide à préciser les contours estompés du souvenir qu’il garde d’elle, cette femme qui apparait dans un de ses rêves et lui dit : « Ne crains rien. Si la vie nous sépare, les souvenirs du temps où nous nous connûmes dureront ».

Le Clair de terre place en tête de distribution Patrick Jouané, l’acteur fétiche de Guy Gilles, un jeune inconnu auquel il avait attribué un petit emploi dans L’Amour à la mer et le rôle principal d’Au pan coupé. La jeunesse chaotique de l’acteur le prédisposait à incarner les personnages marginaux du cinéma de Guy Gilles, mal dans leur peau, ne tenant jamais longtemps en place, pas faits pour le bonheur.

Clair de Terre

Le Clair de terre, plus que les deux films précédents, fait défiler une suite précipitée d’images, comme si l’on tournait trop vite les pages d’un album de photos, qui donnent une vision impressionniste des lieux visités, le quartier du Marais ou Pigalle de nuit dans la première partie du film, Sidi Bou Saïd et La Goulette dans la seconde.

Guy Gilles a réussi à attirer Edwige Feuillère pour tenir le rôle de Madame Larivière et, une fois encore, à faire apparaître dans son film une belle galerie d’acteurs connus, Roger Hanin, dans le rôle du père de Pierre, professeur de piano, Micheline Presle en antiquaire, Jacques François en éditeur, Annie Girardot, la chanteuse Lucienne Boyer, qui lança en 1930 la chanson Parles-moi d’amour, Marthe Villalonga qui jure de rendre visite à Pierre quand elle « descendra sur Paris ».

Ni la sensibilité et la cohérence de l’oeuvre, ni la qualité des dialogues, ni l’originalité de la mise en scène n’y feront : les films de Guy Gilles n’attireront que peu de spectateurs dans les salles, en dépit d’un accueil généralement favorable de la critique et de l’attribution, en 1972 du Prix Jean Vigo à Absences répétées, accompagné de la plus belle chanson de Jeanne Moreau, écrite par Guy Gilles et composée par Jean-Pierre Stora.

Saluons donc cette édition d’une version restaurée, la première en haute définition, de Le Clair de terre que sort Lobster Films en même temps que L’Amour à la mer et Au pan coupé, les deux premiers longs métrages d’un cinéaste injustement méconnu malgré la rétrospective donnée par la Cinémathèque française à l’automne 1994, dix-huit mois avant sa mort.

Clair de Terre

Généralités - 4,0 / 5

Le Clair de terre (103 minutes) et son supplément (10 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-25 logé, dans cette édition combo, en compagnie d’un DVD-5, dans un boîtier de 14 mm, au format DVD.

Le menu fixe et musical, avec la chanson des crédits composée par Jean-Pierre Stora, chantée par Hervé Vilard, propose le film au format audio non compressé LPCM 2.0.

Piste d’audiodescription au même format et sous-titres pour malentendants.

Le film a été restauré, par Lobster Films pour l’image, par L.E. Diapason pour le son.

Bonus - 3,0 / 5

Genèse du Clair de terre par Jean-Pierre Stora (10’). Guy Gilles voulait tourner le film à Alger, avec Simone Signoret, qui avait donné son accord, mais n’a pas pu y donner suite en raison du report de la date du tournage dans l’attente d’une autorisation du gouvernement algérien qui n’est jamais venue. Michèle Morgan, pressentie pour le rôle de Madame Larivière, recommanda à Guy Gilles qu’il soit attribué à Edwige Feuillère.

Clair de Terre

Image - 5,0 / 5

L’image (1.66:1, 1080p, AVC) offre des couleurs ravivées, bien contrastées. La restauration a éliminé les traces de dégradation de la pellicule, contrôlé le bruit, sans dénaturer la texture du 35 mm.

Son - 4,5 / 5

Le son LPCM 2.0, très propre, sans souffle, restitue clairement les dialogues, dans un bon équilibre avec l’ambiance et l’accompagnement musical, délivré sans distorsions ni saturations.

Crédits images : © Droits réservés

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 15 octobre 2020
Le troisième des huit longs métrages formant l’œuvre cohérente d’un cinéaste injustement méconnu, au style personnel, resté à l’écart des tendances la Nouvelle vague, à découvrir avec deux autres de ses films, L’Amour à la mer et Au pan coupé, édités simultanément.

Lire les avis »

Multimédia
Le Clair de terre
Bande-annonce
Le Clair de terre
Extrait

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus