L'Enfer des hommes (1955) : le test complet du Blu-ray

To Hell and Back

Combo Blu-ray + DVD

Réalisé par Jesse Hibbs
Avec Audie Murphy, Marshall Thompson et Charles Drake

Édité par Elephant Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 16/02/2021
Critique

La reconstitution fidèle des faits d’armes d’Audie Murphy, le soldat américain le plus décoré de la seconde guerre mondiale.

L'Enfer des hommes

Audie Murphy quitte l’école à 12 ans pour subvenir aux besoins de sa mère et de ses frères et soeurs vivant chichement dans une petite métairie du Texas. Il s’engage dans l’infanterie en juin 1942, à 17 ans, en trichant sur son âge. Sa compagnie, affectée en Afrique du Nord, débarque en Sicile, participe à la campagne d’Italie, avant de débarquer en Provence. Promu, caporal, sergent, puis sous-lieutenant, il s’illustre en bloquant, à lui seul, l’assaut d’une colonne allemande de chars dans la poche de Colmar.

L’Enfer des hommes (To Hell and Back), sorti en 1955, est l’un des onze longs métrages réalisés par Jesse Hibbs, dont huit westerns aujourd’hui oubliés, avant qu’il ne se dédie au tournage de séries télévisées, parmi lesquelles Rawhide qui allait faire la renommée de Clint Eastwood, en tête de distribution.

Le scénario de L’Enfer des hommes, écrit par Gil Doud, lui aussi oublié, s’appuie fidèlement sur l’autobiographie, vite devenue un bestseller, publiée en 1949 par Audie Murphy. Le film fut un énorme succès commercial : il battit tous les records de recettes jusqu’à être détrôné par Les Dents de la mer (Jaws, Steven Spielberg, 1975).

Audie Murphy - gage supplémentaire d’authenticité - s’interprète lui-même, dix ans plus tard. Démobilisé après avoir été grièvement blessé dans la poche de Colmar, il a mis à profit son statut de héros national pour s’engager dans une carrière d’acteur. Parmi 45 films de qualité diverse, surtout des westerns et quelques films de guerre, on a notamment retenu aujourd’hui La Charge victorieuse (The Red Badge of Courage, 1951), un film de John Huston encore inédit en vidéo en France, et Une Balle signée X (No Name on the Bullet, 1959), un western de Jack Arnold. Sa carrière fut brutalement interrompue, à 48 ans, par le crash d’un petit avion privé.

L’Enfer des hommes, s’il doit beaucoup à la fidélité de son scénario aux exploits d’Audie Murphy, vaut aussi par le soin apporté à la réalisation, avec des effets pyrotechniques convaincants, de nombreuses scènes d’action, allant de la destruction de nids de mitrailleuses en Sicile à la résistance décisive à l’attaque d’une compagnie de Panzer en Alsace.

L'Enfer des hommes

Généralités - 4,5 / 5

L’Enfer des hommes (106 minutes) et son supplément (16 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier (non fourni pour le test), en compagnie d’un DVD-9, glissé dans un étui aux couleurs de la collection Cinéma MasterClass.

Le menu fixe et musical propose le film dans sa version originale, en anglais avec sous-titres optionnels, et dans un doublage en français, les deux au format DTS-HD Master Audio 2.0 mono.

La Collection Cinéma MasterClass : La collection des Maîtres, lancée par Elephant Films en décembre 2012 avec Anna Karénine (Anna Karenina, Julien Duvivier, 1948) et Atlantique Latitude 41 (A Night to Remember, Roy Ward Baker, 1958), riche aujourd’hui de quelques 200 titres, renferme des oeuvres essentielles : les dernières réalisations d’Alfred Hitchcock au Royaume Uni, les films de Josef von Sternberg avec Marlene Dietrich, les mélodrames de Douglas Sirk, sept films de jeunesse inédits de Shôhei Imamura, six films de Seijun Suzuki, également inédits, dix films de Zoltan Korda… dans des versions restaurées, complétées par des bonus. Un précieux filon pour le cinéphile.

L'Enfer des hommes

Bonus - 3,5 / 5

L’Enfer des hommes, entretien avec Laurent Aknin (16’, Elephant Films, 2020). L’Enfer des hommes, « c’est avant tout Audie Murphy, un mythe américain ». À la fin de la guerre, aidé par James Cagney, il réussit à devenir, « avec ses limites », un acteur populaire de westerns. Il sera aussi un des tous premiers cas officiellement reconnus de syndrome de stress post-traumatique. L’Enfer des hommes, « un film de guerre classique », doté d’un solide budget et de l’appui de l’armée américaine, est l’un des sept films que Jesse Hibbs, « un excellent technicien », réalisa avec Audie Murphy de 1954 à 1958. Audie Murphy n’a pas eu la chance que des réalisateurs de premier plan s’intéressent à lui, sauf Jack Arnold pour Une Balle signée X (No Name on the Bullet, 1959) qui lui assigne son seul rôle de méchant révélant le « côté obscur » de l’acteur, « un héros ambigu ».

Bande-annonce.

Bandes annonces de six films de guerre édités par Elephant Films : Les Cinq secrets du désert (Five Graves to Cairo, Billy Wilder, 1943), La Bataille de Midway (Midway, Jack Smight, 1976), Les Anges de l’enfer (Hell’s Angels, Howard Hughes, 1930), La Sentinelle du Pacifique (Wake Island, John Farrow, 1942), La Kermesse des aigles (The Great Waldo Pepper, George Roy Hill, 1975) et L’Aigle s’est envolé (The Eagle Has Landed, John Sturges, 1976).

L'Enfer des hommes

Image - 3,5 / 5

L’image (2.35:1, 1080p, AVC) a bénéficié d’une restauration, probablement celle opérée, à partir d’un négatif original, pour la seule édition sur Blu-ray, sortie en Australie par Umbrella en 2019, qui a effacé les marques de détérioration de la pellicule, avec quelques oublis (par exemple le court plan d’une rivière à 40’30”), sans dénaturation de la texture du 35 mm, au prix d’un grain parfois trop visible sur les fonds de ciel. Lumineuse, fermement contrastée, elle déploie des couleurs agréablement saturées, soigneusement étalonnées, bien que subsiste une occasionnelle instabilité lumineuse.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 2.0 mono d’origine de la version originale, propre lui aussi, dans une bande passante inévitablement concentrée dans le medium, restitue clairement les dialogues dans un bon équilibre avec l’ambiance, qui tire parti d’une assez forte dynamique, et l’accompagnement musical.

Ces observations valent pour le doublage en français, au même format, correctement équilibré, mais à un volume sonore plus élevé.

Un mixage 4-Track Stereo avait été opéré pour la ressortie du film en 1959. On peut regretter l’absence d’un son multicanal pour assurer l’immersion du spectateur dans les nombreux combats, d’autant plus qu’un effort en ce sens avait été fait par Universal Pictures Home Entertainment pour l’édition DVD US de 2004, dotée d’une piste DTS ES 6.1.

Crédits images : © Universal International Pictures

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 17 février 2021
La relation des actes de bravoure pendant la seconde guerre mondiale du soldat américain le plus décoré ne pouvait être plus réaliste : le héros, Audie Murphy, tient son propre rôle, dans cette reconstitution spectaculaire de ses faits d’armes.

Lire les avis »

Multimédia
L'Enfer des hommes
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus