Les 4 fils de Katie Elder (1965) : le test complet du Blu-ray

The Sons of Katie Elder

Réalisé par Henry Hathaway
Avec John Wayne, Dean Martin et Michael Anderson Jr.

Édité par Paramount Pictures

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 29/01/2021
Critique

Henry Hathaway et John Wayne ont conjugué leurs talents pour réussir un classique du western, joliment photographié.

Les 4 fils de Katie Elder

Les quatre fils de Katie Elder sont réunis à Clearwater, Texas, pour l’enterrement de leur mère. Ils découvrent que celle-ci était dans la misère. Leur père avait perdu son ranch au jeu, un jeu truqué, avant d’être assassiné par Morgan Hastings. Les frères mènent alors l’enquête…

Les 4 fils de Katie Elder (The Sons of Katie Elder) est réalisé en 1965 par Henry Hathaway, à partir d’une histoire originale du scénariste Talbot Jennings, deux fois nommés aux Oscars, pour Les Révoltes du Bounty (Mutiny on the Bounty, Frank Lloyd, 1935) et pour Anna et le Roi de Siam (Anna and the King of Siam, John Cromwell, 1946). Le récit linéaire combine deux thèmes familiers du western, celui de l’usurpation de terres et celui de la vengeance.

Les 4 fils de Katie Elder réunit John Wayne et Henry Hathaway pour la cinquième et avant-dernière fois, avant True Grit - 100 dollars pour un shérif (True Grit, 1969). Fraîchement remis d’une lourde opération pour son cancer pulmonaire, le Duke joue lui-même les scènes d’action et s’impose largement sur le reste du casting, y compris sur Dean Martin qu’il retrouve six ans après Rio Bravo (Howard Hawks, 1959). On remarque, dans le clan des méchants, George Kennedy, dans la peau d’un tueur à gages, et Dennis Hopper. Une seule femme dans la distribution, Martha Hyer, surtout là pour la décoration. Son personnage, très secondaire, est presque éclipsé par la présence de Katie Elder, une femme qui n’apparaît jamais sur l’écran : le film, sans aucun flashback, s’ouvre sur son enterrement.

Les 4 fils de Katie Elder

Les 4 fils de Katie Elder, filmé en Arizona, au Colorado, et principalement au Mexique, doit beaucoup à la contribution du chef-opérateur chevronné Lucien Ballard (150 titres à son actif !). Il a aiguisé ses armes avec quatre films réalisés par Josef von Sternberg, Morocco (Coeurs brûlés) (Morocco, 1930, dont Henry Hathaway était l’assistant-réalisateur), La Femme et le pantin (The Devil Is a Woman, 1935), Crime et châtiment (Crime and Punishment, 1935) et l’oublié Sa majesté est de sortie (The King Steps Out, 1936). Il a collaboré avec les meilleurs cinéastes. Avec Stanley Kubrick pour L’Ultime razzia (The Killing, 1956), avec Blake Edwards pour The Party (The Party, 1968), avec Sam Peckinpah pour cinq films, dont La Horde sauvage (The Wild Bunch, 1969)…

Les 4 fils de Katie Elder, bien qu’il donne une place importante aux dialogues, contient une scène d’action d’anthologie, au bord d’une rivière bordée d’arbres gigantesques, de l’espèce taxodium mucronatum, ou cyprès de Montezuma, pouvant vivre 2 000 ans ou plus, très photogéniques avec leurs racines monstrueuses servant de remparts contre les balles. On a aussi droit à une bagarre à poings nus entre les quatre frères, au rythme d’une ballade irlandaise, qu’on croirait sortie d’un film de John Ford.

Avec, en prime, une belle partition du prolifique Elmer Bernstein (plus de 250 compositions pour le cinéma et la télévision), Les 4 fils de Katie Elder est un bel échantillon d’un genre finissant, certainement le meilleur western produit à Hollywood en 1965 avec Les Prairies de l’honneur (Shenandoah) d’Andrew V. McLaglen.

Depuis longtemps introuvable, il méritait donc amplement sa réédition, la première en haute définition.

Les 4 fils de Katie Elder

Généralités - 2,0 / 5

Les 4 fils de Katie Elder (122 minutes) tient sur un Blu-ray BD-50 logé dans le boîtier bleu standard.

Le menu fixe et muet propose le film dans sa version originale, en anglais, au format audio Dolby TrueHD mono, et dans des doublages en français et en allemand, au format Dolby Digital mono.

Pas d’édition DVD sortie simultanément.

Bonus - 0,0 / 5

Rien, pas même une bande-annonce.

Image - 3,5 / 5

L’image (2.35:1, 1080p, AVC) déploie des couleurs naturelles, soigneusement étalonnées, nettement moins saturées que celles du technicolor, avec des ciels plus pâles : un choix discutable. La restauration n’a laissé subsister que peu de traces de dégradation de la pellicule et contrôlé le bruit, avec quelques fluctuations, mais en respectant assez bien la texture du 35 mm.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby TrueHD mono de la version originale, très propre, restitue clairement les dialogues, dans un bon équilibre avec l’accompagnement musical et l’ambiance. Une assez bonne dynamique donne du punch à la fusillade au bord de la rivière.

Le doublage en français, au format standard Dolby Digital mono, place trop en avant des dialogues affectés par un léger excès de réverbération. Il n’a pas été pris en compte pour l’attribution de la note.

Crédits images : © Paramount, Hal B. Wallis

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
2
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 29 janvier 2021
Depuis longtemps introuvable, un des derniers grands westerns hollywoodiens, avec tous les ingrédients du genre parfaitement mitonnés par Henry Hathaway, nous revient, pour la première fois en haute définition.
Avatar
Philippe
Le 2 octobre 2004
Très bon Western pour ceux qui ont aimé Rio Bravo, Eldorado ou Rio Lobo

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus