Pieds nus dans le parc (1967) : le test complet du Blu-ray

Barefoot in the Park

Réalisé par Gene Saks
Avec Robert Redford, Jane Fonda et Charles Boyer

Édité par Paramount Pictures

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 09/02/2021
Critique

Cette comédie sentimentale doit beaucoup au charmant duo formé par Jane Fonda et Robert Redford, encore au début de leur longue carrière.

Pieds nus dans le parc

À travers Central Park, une calèche emmène Corie et Paul Bratter jusqu’au Plaza Hotel où ils ont réservé une chambre pour leur lune de miel : les journaux vont s’empiler pendant six jours (et six nuits) derrière une porte condamnée par l’écriteau « Do not disturb ». Le septième jour est celui du retour à la réalité. Paul, stagiaire dans un cabinet d’avocats, va devoir, en sortant du bureau, entreprendre l’ascension de cinq étages pour découvrir le minuscule appartement déniché par Corie dans un modeste immeuble en brownstone de Greenwich Village. Les meubles n’ont pas pu être livrés, un trou dans la verrière laisse entrer le froid de l’hiver, le chauffage ne fonctionne pas, la salle de bains n’a pas de baignoire et l’exiguïté de la chambre n’autorisera qu’un « grand » lit simple…

Pieds nus dans le parc (Barefoot in the Park, 1967), l’adaptation d’une pièce à succès de Neil Simon sortie à Broadway en 1963, est le premier film de Gene Saks. Acteur de télévision depuis 1951, il a parallèlement réalisé huit longs métrages, adaptés, l’un d’une comédie musicale, les sept autres de pièces de théâtre, dont quatre écrites par Neil Simon, le plus connu étant Drôle de couple (The Odd Couple, 1968), avec le tandem Jack Lemmon-Walter Matthau.

Pieds nus dans le parc est mis en scène de façon très théâtrale. L’essentiel de l’action se déroule, dans le petit studio des jeunes mariés exception faite d’une échappée dans un restaurant albanais clandestin de Staten Island et d’un apéritif dans le grenier squatté par l’excentrique Monsieur Velasco.

Comme sur les planches, les acteurs forcent le trait avec insistance : l’essoufflement des personnages après qu’ils aient gravi les cinq étages (plus la volée de marches du perron) est exploité sans retenue, les acteurs semblant sur le point de rendre leur dernier soupir .

Pieds nus dans le parc a, pourtant, deux atouts dans sa manche pour nous faire passer un moment agréable. La fine drôlerie et le rythme des dialogues de l’adaptation faite par Neil Simon lui-même. Et le charme des deux acteurs principaux.

Pieds nus dans le parc

Robert Redford, après des débuts dans des séries, avait entamé sa carrière sur le grand écran avec un premier petit rôle dans Le Mal de tuer (War Hunt, Denis Sanders, 1962), avant que deux films avec Natalie Wood, Daisy Clover (Inside Daisy Clover, Robert Mulligan, 1965) et, surtout, Propriété interdite (This Property Is Condemned, Sydney Pollack, 1966) n’assurent sa notoriété. Il allait devenir une figure majeure du cinéma américain, avec plus de 80 rôles, la production d’une cinquantaine de documentaires et de séries documentaires, la réalisation d’une suite de neuf films, commencée en beauté avec Des gens comme les autres (Ordinary People), salué en 1981 par quatre Oscars, dont celui du meilleur réalisateur. Il fut aussi le cofondateur en 1978 du Festival de Sundance, la grand-messe du cinéma indépendant, et créa en 1979 le Sundance Institute, une association à but non lucratif pour la promotion du cinéma indépendant international.

Jane Fonda, encore au début de sa longue carrière d’actrice, était cependant un peu plus connue, après quatorze longs métrages (dont deux réalisés par son ex-mari Roger Vadim), notamment pour son duo avec Lee Marvin, oscarisé pour sa prestation dans Cat Ballou (Elliot Silverstein, 1965), une amusante parodie de western avec Nat King jouant le choeur grec en s’accompagnant à la guitare.

Pieds nus dans le parc offrait une belle opportunité aux deux trentenaires de démontrer leur talent et tester leur charme. Ils sont accompagnés par Charles Boyer qui, après un début en 1920 dans un film de Marcel L’Herbier, L’Homme du large (édité dans le coffret 2 films de Marcel L’Herbier : El Dorado + L’homme du large), et cinq autres films tournés en France, allait faire une longue carrière à Hollywood. Le rôle de la mère de Corie est tenu par Mildred Natwick : après des débuts dans des rôles secondaires en excellente compagnie, avec John Ford, Vincente Minnelli et Joseph L. Mankiewicz, elle apparut surtout dans des séries, avant de faire ses adieux dans Les Liaisons dangereuses (Dangerous Liaisons, Stephen Frears, 1988, à rééditer).

Pieds nus dans le parc a bien résisté aux intempéries : en dépit d’une mise en scène conventionnelle, il reste, après plus de cinquante ans, un agréable divertissement pour la qualité de ses dialogues et le charme du couple formé par Jane Fonda et Robert Redford.

Pieds nus dans le parc

Généralités - 2,0 / 5

Pieds nus dans le parc (106 minutes) tient sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier bleu standard.

Le menu fixe et muet propose le film dans sa version originale, en anglais, au format audio Dolby TrueHD 2.0 mono et dans un doublage en français, en allemand et en japonais, les trois au format audio Dolby Digital 2.0 mono.

Bonus - 0,0 / 5

Rien, pas même une bande-annonce.

Image - 5,0 / 5

L’image, légèrement recadrée de 1.85:1 à 1.78:1 (1080p, AVC), lumineuse, stable, a bénéficié d’une restauration opérée pour l’édition sortie par Paramount en septembre 2020, qui l’a débarrassée de toute trace de dégradation de la pellicule, sans en altérer la texture, et en a ravivé les couleurs, délicatement étalonnées.

Son - 4,5 / 5

Le son Dolby TrueHD 2.0 mono de la version originale, très propre lui aussi, pratiquement sans souffle, assure la clarté des dialogues et délivre avec finesse le plaisant accompagnement musical de Neal Hefti, le futur compositeur du thème de Batman.

Le doublage en français, limité au format Dolby Digital 2.0, desservi par des dialogues peu naturels, trop en avant et affectés par un excès de réverbération, n’a pas été pris en compte pour l’attribution de la note.

Crédits images : © Paramount Pictures, Hal Wallis Productions

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 10 février 2021
Pieds nus dans le parc a bien résisté aux intempéries : en dépit d’une mise en scène conventionnelle, il reste, après plus de cinquante ans, un agréable divertissement pour la qualité de ses dialogues et le charme du couple formé par Jane Fonda et Robert Redford.

Lire les avis »

Multimédia
Pieds nus dans le parc
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus