De sang-froid (1967) : le test complet du Blu-ray

In Cold Blood

Édition Mediabook Collector Blu-ray + DVD + Livret

Réalisé par Richard Brooks (I)
Avec Robert Blake, Scott Wilson et John Forsythe

Édité par Wild Side Video

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 21/05/2021
Critique

Un des chefs-d’oeuvre de Richards Brooks, inspiré par le bestseller de Truman Capote, nous revient dans une édition définitive.

De sang-froid

Perry Smith, en liberté conditionnelle, a rendez-vous à Kansas City avec Dick Hickock qu’il a connu en prison. Ils ont appris d’un détenu qui avait travaillé comme journalier chez les Clutter, à Holcomb, Kansas, que le fermier gardait toujours une grosse somme d’argent, au moins 10 000 dollars, dans un coffre. Peu après minuit, le 15 novembre 1959, ils pénètrent dans la maison où dorment Herb Clutter, sa femme Bonnie et leurs deux enfants, Nancy, 16 ans, et Kenyon, 15 ans, résolus à voler l’argent avant de fuir au Mexique.

De sang-froid (In Cold Blood), sorti en 1967, le dix-huitième des vingt-quatre longs métrages de Richard Brooks, s’inscrit parmi ses réalisations majeures avec Bas les masques (Deadline - U.S.A. , 1952), Graine de violence (Blackboard Jungle, 1955), La Chatte sur un toit brûlant (Cat on a Hot Tin Roof, 1958), Elmer Gantry, le charlatan (Elmer Gantry, 1960) et Doux oiseau de jeunesse (Sweet Bird of Youth, 1962).

Richard Brooks, scénariste de la plupart de ses propres films, s’était aussi illustré en contribuant à l’écriture de Les Tueurs (The Killers, Robert Siodmak, 1946), de Feux croisés (Crossfire, Edward Dmytryk, 1947) et de Key Largo (John Huston, 1948).

De sang-froid est l’adaptation du roman In Cold Blood, publié initialement sous forme de feuilleton dans The New Yorker en 1966, que son auteur, Truman Capote, avait étiqueté « nonfiction novel ». Il relate, en effet, le quadruple assassinat de la famille Clutter qui avait ému l’Amérique et fasciné le romancier, le conduisant à rassembler, pendant cinq ans, toute la documentation possible et à interroger, à de multiples reprises, les deux meurtriers pendant leur incarcération. Cet intense investissement assura le succès du livre, aujourd’hui considéré comme le chef-d’oeuvre du romancier, dont le titre souligne, tout à la fois, l’absence de compassion des deux meurtriers pour leurs victimes (avec, pour seul butin, 43 dollars, un poste de radio portable et une paire de jumelles) et leur froide exécution par la société. Rappelons que Truman Capote a également contribué à l’écriture de plusieurs scénarios dont celui du chef-d’oeuvre de Jack Clayton, Les Innocents (The Innocents, 1961), l’adaptation de la nouvelle de Henry James, The Turn of the Screw.

De sang-froid

L’adaptation de Richard Brooks simplifie la structure très éclatée du roman, mais s’affranchit de la chronologie : la commission des meurtres n’est montrée, pudiquement, qu’après l’interrogatoire des deux hommes par la police et quelques flashbacks éclairent l’enfance difficile de Perry Smith.

De sang-froid renforce son aspect documentaire avec la ressemblance de deux acteurs presque inconnus à Perry Smith et Dick Hickock et le choix du noir et blanc, en clair-obscur, de Conrad L. Hall qui recevra trois Oscars de la meilleure photo pour Butch Cassidy et le Kid (Butch Cassidy and the Sundance Kid, George Roy Hill, 1969), et pour deux films de Sam Mendes, American Beauty (1999) et Les Sentiers de la perdition (Road to Perdition, 2002). Il fut le chef-opérateur de deux autres films de Richard Brooks, Les Professionnels, en 1966, et du moins connu The Happy Ending, en 1969. Impossible d’oublier le plan où la pluie semble faire couler des larmes sur le visage de Perry, juste avant son exécution.

Wild Side rend un bel hommage à Richard Brooks avec ce troisième mediabook qui lui est consacré après Elmer Gantry, le charlatan (Elmer Gantry, 1960) et Lord Jim (1965). Le cinéaste est bien représenté dans nos catalogues vidéo, bien qu’on ait toujours à regretter l’absence d’À la recherche de Mr. Goodbar (Looking for Mr. Goodbar, 1977).

De sang-froid

Généralités - 3,5 / 5

De sang-froid (134 minutes) et ses suppléments (91 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé, en compagnie d’un DVD-9, dans les couvertures d’un mediabook conçu, en noir et blanc, par Thierry Couquard.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, en anglais, avec sous-titres imposés, et dans un doublage en français, avec le choix entre deux formats audio DTS-HD Master Audio 5.1 et 2.0 (sur le DVD, choix entre DTS 3.1 ou Dolby Digital 2.0 mono pour la version originale, DD 5.1 ou 2.0 mono pour le doublage).

Un livre de 80 pages, écrit par Philippe Garnier, intitulé De sang-froid : du réalisme au fétichisme, rappelle la genèse du film devenu « un classique du cinéma », la longue enquête de Truman Capote, assisté par sa cousine Nelle Harper Lee (future auteur de To Kill a Mockingbird), le succès du livre, la préférence donnée à Richard Brooks sur Otto Preminger et Billy Wilder, son investissement dans l’écriture du scénario, avec un découpage qui soutient la tension dramatique. Le livret se poursuit sur le rôle de l’enquêteur, Alvin Dewey, sur le choix des acteurs, sur le tournage qui débute dans la maison des Clutter, sur le chaleureux accueil du film par la critique, sur les petites libertés prises par Truman Capote dans sa relation des faits… Un utile complément, abondamment illustré de photos du film (certaines reproduites sous forme de bandes dessinées par Thierry Coquard), de photos de plateau en noir et blanc et en couleurs.

De sang-froid

Bonus - 4,0 / 5

Présentation du film par Patrick Brion (39’). Richard Brooks, cinéaste de tous les genres, adaptateur de Joseph Conrad, Fiodor Dostoïevski, F. Scott-Fitzgerald, a été choisi par Columbia, titulaire des droits du roman de Truman Capote, pour réaliser l’adaptation du bestseller In Cold Blood. Soucieux d’authenticité, conforté par sa qualité de coproducteur et le succès de son film précédent, Les Professionnels, il a pu résister aux pressions pour imposer des acteurs peu connus et tourner en noir et blanc, là où s’étaient déroulés les faits.

Entretien avec Richard Brooks pour l’émission Cinéma Cinémas (18’). Dans cet entretien, réalisé par Claude Ventura et Philippe Garnier, diffusé par Antenne 2 le 25 janvier 1985 à l’occasion de la ressortie du film en France, Richard Brooks rappelle qu’il a pu le réaliser comme il l’entendait, en obtenant de Truman Capote qu’il n’ait pas à lui soumettre le scénario (dont l’écriture lui a demandé un an) et, des producteurs, la liberté du choix des acteurs (il a refusé Steve McQueen et Paul Newman), des lieux de tournage, hors des studios, d’imposer le noir et blanc. « Je ne peux voir la peur qu’en noir et blanc », affirme-t-il.

La musique originale de Quincy Jones, par Stéphane Lerouge (30’), concepteur d’Écoutez le cinéma, une collection CD de bandes originales de films, débutée en 2000, éditée par Universal Music. Le trompettiste et arrangeur Quincy Jones, fan de cinéma dès l’enfance, formé par Nadia Boulanger, a composé et dirigé l’accompagnement de films, dont Le Prêteur sur gages (The Pawnbroker, Sidney Lumet, 1964), Guet-apens (The Getaway, Sam Peckinpah, 1972) et La Couleur pourpre (The Color Purple, Steven Spielberg, 1985), avant d’être frustré par les délais trop courts imposés par les studios, la mauvaise qualité des pistes optiques mono et compressées, l’absence de reconnaissance de son travail (nommé sept fois, il n’a jamais obtenu d’Oscar). Il a été choisi très tôt par Richard Brooks, avant même les acteurs, et a pu s’imprégner de l’histoire, des lieux, rencontrer les deux meurtriers, pour composer une partition en contrepoint de l’image, emblématique de son art, très originale, jamais invasive, avec un inattendu duo de contrebasses.

Bande-annonce (3’).

Les suppléments sont proposés sur le seul Blu-ray, à l’exception de la bande-annonce, également sur le DVD.

De sang-froid

Image - 5,0 / 5

L’image (2.35:1, 1080p, AVC), d’une irréprochable propreté, offre des blancs lumineux, des noirs denses et un dégradé de gris parfaitement étalonné, mettant en valeur l’originale beauté de la photographie en clair-obscur de Conrad L. Hall. Avec un contrôle du grain respectueux de la texture argentique, on tient là un modèle de restauration.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale (avec le choix du format mono d’origine DTS-HD MA 2.0), très propre lui aussi, restitue clairement les dialogues, occasionnellement un peu caverneux. Ils ne sont pas affectés par le remixage multicanal qui aère sensiblement la musique de Quincy Jones.

Ces remarques valent pour le doublage en français, aux mêmes formats, avec des dialogues clairs, mais manquant de naturel.

Crédits images : © Columbia Pictures Corporation, Pax Enterprises

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 21 mai 2021
Une adaptation inspirée du bestseller de Truman Capote relatant le massacre d’une famille qui avait secoué l’Amérique au début des années 60 . Un hommage de plus rendu à Richard Brooks par Wild Side Video avec cette magnifique édition du film, soigneusement restauré.

Lire les avis »

Multimédia
De sang-froid
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus