Creepshow - Saison 1 (2019) : le test complet du Blu-ray

Creepshow

Réalisé par Gregory Nicotero
Avec Adrienne Barbeau, Giancarlo Esposito et Christopher Nathan

Édité par ESC Editions

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 16/02/2021
Critique

Des fans nostalgiques ressuscitent les terrifiantes créatures qu’avaient inspirées à George A. Romero les BD horrifiques d’EC Comics des années 50.

Creepshow - Saison 1

Creepshow, est une anthologie fantastico-horrifique orchestrée par Greg Nicotero, showrunner et producteur de la série, inspirée par le film à cinq sketches réalisé par George A. Romero en 1982 sur un scénario original de Stephen King qui, la même année, publiait, sous le même titre, un roman graphique proposant, lui aussi, quatre histoires.

Ces deux oeuvres trouvaient leurs racines dans trois collections de bandes dessinées d’horreur, The Crypt of Terror, rebaptisé Tales from the Crypt, The Vault of Horror et The Haunt of Fear, éditées sous la houlette de Bill Gaines par EC Comics dès le début des années 50.

Ces romans graphiques inspireront pendant sept saisons, de 1989 à 1996, les 96 épisodes de la série télévisée Les contes de la crypte (Tales from the Crypt) dont 39 épisodes furent édités en France par Opening, en 2006 dans un digipack de 13 DVD, puis en 2007 en huit volumes de 1 à 3 DVD. La seule intégrale, éditée aux USA sur 20 DVD, est depuis longtemps épuisée. Chaque histoire était présentée par l’hôte de l’anthologie, The Crypt Keeper.

La série Creepshow cite clairement ses sources : la première page du comic book s’affiche avec son accroche, Strange, eerie, terrifying tales of suspense and horror!!! Le générique s’ouvre sur un personnage ricanant réduit à un état quasi-squelettique, et chaque histoire est introduite par quelques cadres dessinés qui se transforment en personnages et décors réels. Le passage de la réalité à la bande dessinée intervient, dans les deux sens, à plusieurs reprises.

Creepshow, divisé en six épisodes contenant chacun deux histoires sans lien entre elles, propose en fait, dans cette première saison, douze épisodes d’une durée variant de 15 à 29 minutes .

Creepshow - Saison 1

Épisode 1. Gray Matter (23 minutes) : sur les effets indésirables de la bière consommée sans modération, une adaptation de la nouvelle de Stephen King / The House of the Head (23 minutes) : une tête tranchée sème le désordre dans la maison de poupée d’Evie, une fillette de huit ans.

Épisode 2. Bad Wolf Down (20 minutes) : pendant la seconde guerre mondiale, en France, une « louve-garou » s’interpose entre GIs et soldats nazis. / The Finger (24 minutes) : un collectionneur d’objets trouvés ramasse le doigt d’un animal inconnu à partir duquel se reconstitue une main, puis un bras…

Épisode 3. All Hallow’s Eve (20 minutes) : quatre adolescents, membres du Club du Dragon d’or, accompagnés d’un enfant, font du porte à porte le soir de Halloween… pour la dernière fois. /The Man in the Suitcase (24 minutes) : Dans une valise qu’il croyait être la sienne, ramassée dans l’aéroport, un adepte de la fumette découvre le corps replié d’un homme.

Épisode 4. The Companion (20 minutes) : Harry, 13 ans, harcelé par Billy, se réfugie dans une maison abandonnée, près d’un étrange épouvantail. / Lydia Layne’s Better Half (23 minutes), ou la soirée cauchemardesque de la « femme de l’année ».

Épisode 5. Night of the Paw (29 minutes) : Un croquemort trouve une patte de singe permettant à chacun de ses détenteurs de réaliser trois voeux… pour le meilleur et pour le pire. / Times Is Tough in Musky Holler (15 minutes) : l’heure est venue de faire payer le prix de leurs abus de pouvoir aux édiles destitués d’une petite ville.

Épisode 6. Skincrawlers (20 minutes) Le nouveau traitement Skin Deep du docteur Herbert Sloan vous donne une ligne de rêve en moins de cinq… minutes ! / By the Silver Water of Lake Champlain (24 minutes). Le Loch Ness est hanté par Nessie. Pourquoi le Lac Champlain n’abriterait-il pas sa créature fantastique, Champy .

Creepshow, en prenant délibérément le parti d’une représentation du genre faite pendant les années 50, diffuse un cocktail de mystère, d’horreur, de gore, de violence, le tout épicé d’humour noir, un mélange au parfum un peu désuet, mais plutôt agréable. La série, réservée aux adultes aux USA (TV-MA), a été diffusée en France fin mars 2020 par Paris Première.

Le plaisir procuré par les douze histoires aux effets spéciaux réussis varie selon l’intérêt du scénario et la qualité de la réalisation. Nous avons particulièrement apprécié les épisodes 1. 3 et 6. Greg Nicotero a annoncé en septembre 2020 la production d’une saison 2 avec, dans la distribution, Kiefer Sutherland et une gigantesque mygale. On ignore encore, à l’heure où s’écrivent ces lignes, la date de sa première diffusion.

Creepshow - Saison 1

Généralités - 2,0 / 5

Creepshow, saison 1 (6 doubles épisodes d’une durée cumulée de 265 minutes) et ses suppléments (33 minutes) tiennent sur deux Blu-ray BD-50 logés dans un boîtier non fourni pour le test.

Le menu animé et musical propose les épisodes dans leur version originale, en anglais, avec sous-titres optionnels, et dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 5.1.

L’édition DVD offre le même contenu.

Bonus - 2,0 / 5

Cinq très courts métrages nous invitent dans les coulisses du tournage.

Ressuscité (6’) Greg Nicotero, fameux spécialiste des effets visuels et des maquillages (notamment de The Walking Dead), confie que Creepshow de George A. Romero fut son film préféré avec Les Dents de la mer (Jaws). Stephen King et les scénaristes John Skipp, David J. Schow et John Esposito ont répondu à son appel pour créer une série en son hommage.

Le sang neuf (6’) Greg Nicotero rappelle que les histoires imaginées par David J Schow, Stephen King et les autres ont suscité l’envoi par e-mail de nombreux pitches.

Agir avec effroi (8’). Comme l’avait fait George A. Romero dans les années 80 pour revivifier un genre alors méprisé, Greg Nicotero a tenu à engager des acteurs connus comme Adrienne Barbeau qui apparaît dans deux épisodes, Giancarlo Esposito, DJ Qualls (Z Nation), Tricia Helfer (Battlestar Galactica)…

Cercle complet (6’). Le scénariste Joe Hill, auteur de l’histoire du monstre du lac Champlain, fils de Stephen King, rappelle avoir tenu, encore enfant, un petit rôle dans un des sketches du Creepshow de George A. Romero. Il se souvient des monstres créés par l’expert des effets visuels et du maquillage, Tom Savini.

Le passé est présent (7’). Greg Nicotero a confié la réalisation de trois épisodes à John Harrison, le compositeur de la musique du film de 1982, pour assurer une certaine continuité avec la série. Tom Savini, créateur des maquillages du film, a réalisé l’épisode du monstre du lac.

L’édition sortie par RLJ Entertainment aux USA en juin 2020 offrait un livret de 28 pages dans le graphisme des comic books et, surtout, un commentaire audio de chacun des épisodes (et même deux pour l’épisode 5) ainsi qu’une invitation de 2h10 dans les coulisses de la série, dont l’édition française n’a repris que 33 minutes.

Creepshow - Saison 1

Image - 5,0 / 5

L’image numérique (1.78:1, 1080p, AVC), lumineuse, bénéficie d’une définition pointue révélant tous les détails des cadres, de couleurs bien saturées, de contrastes fermes avec des noirs très denses.

Son - 5,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale, avec une bonne dynamique, une large bande passante et une sollicitation occasionnelle du caisson de basses, renforce l’impression d’immersion dans l’ambiance assurée par une répartition équilibrée du signal sur les cinq canaux.

Ces observations valent pour le doublage en français, au même format.

Crédits images : © Shudder, The Cartel, AMC Studios, Cartel Pictures, Striker Entertainment

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 17 février 2021
Cette anthologie en forme d’hommage à George A. Romero, nous propose une plongée dans l’univers fantastico-horrifique des magazines édités par EC Comics dans les années 50. Un cocktail de mystère, d’horreur, de gore, de violence, le tout épicé d’humour noir, à la saveur un peu désuète, mais plutôt agréable.

Lire les avis »

Multimédia
Creepshow - Saison 1
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus