The Nightingale (2018) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Jennifer Kent
Avec Aisling Franciosi, Sam Claflin et Baykali Ganambarr

Édité par Condor Entertainment

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 21/05/2021
Critique

Une soif de vengeance pousse une jeune femme à entreprendre une périlleuse traversée de la Tasmanie pour faire payer le meurtrier de sa famille.

The Nightingale

Clare, une jeune Irlandaise déportée par les Anglais en Tasmanie, a purgé sa peine en 1825. Elle demande de pouvoir vivre librement, mais se heurte au refus du lieutenant Hawkins, un Anglais qui veut continuer à abuser d’elle. Il finira par la laisser pour morte après avoir tué son mari et son bébé. Clare, résolue à se venger, poursuit Hawkins, muté à Launceston, à l’autre bout de l’île.

The Nightingale est le deuxième long métrage de l’Australienne Jennifer Kent, réalisatrice et auteur du scénario. Formée à l’art dramatique, elle a entamé en 1992 une carrière d’actrice, essentiellement dans des séries télévisées. Puis, après avoir été, en 2003, assistante de production de Lars von Trier pour l’inoubliable Dogville, elle s’est lancée en 2014 dans l’écriture et la réalisation de Mister Babadook (The Babadook), un film fantastique insolite et effrayant salué à Gérardmer par le Prix spécial du jury, le Prix de la critique et le Prix du public. C’était le développement de Monster, le premier film de Jennifer Kent, un court métrage de 11 minutes sorti en 2005.

The Nightingale, salué par de nombreux prix en Australie, présenté dans plusieurs festivals, notamment à Venise qui lui décerna le Prix spécial du jury en 2018, nous arrive directement en vidéo.

The Nightingale

The Nightingale est un film d’aventures, sur le thème de la vengeance. La noirceur absolue du lieutenant Hawkins, la brutalité frontale et la violence graphique de plusieurs scènes donnent au film un aspect manichéen, avec des personnages réduits à l’état d’esquisse. Cette relative superficialité est compensée par une dimension historique, le rappel de la colonisation par le Royaume Uni de l’Australie, terre de déportation et théâtre de violents affrontements entre l’armée Britannique et les Aborigènes. La « Black War » aux allures de génocide, réduisit la population des natifs en Tasmanie de 6 000 à 300, de 1803 à 1833.

Une grande part de l’action se déroule dans une forêt aux arbres immenses, un environnement en adéquation avec le ratio d’image de 1.37:1, inattendu pour un récit d’aventures, soigneusement mis en image par le chef-opérateur Radek Ladczuk que Jennifer Kent avait déjà employé pour son premier long métrage.

The Nightingale bénéficie d’une solide distribution. Présente dans tous les plans, Clare est interprétée par l’Irlandaise Aisling Franciosi, actrice récurrente de l’excellente série The Fall, créée par Allan Cubitt (2013-2016, 17 épisodes). Son ennemi juré, sa cible, le lieutenant Hawkins, est campé par Sam Claflin, révélé en 2010 par son incarnation de Richard dans la minisérie Les Piliers de la Terre (The Pillars of the Earth), la brillante adaptation du roman de Ken Follett. On l’a souvent revu, dans des emplois bien différents, par exemple en face d’Emilia Clarke dans Avant toi (Me Before You, Thea Sharrock, 2016) et en face de Shailene Woodley dans À la dérive (Adrift, Baltasar Kormákur, 2018). Dans le rôle de Billy, le pisteur aborigène, un inconnu, Baykali Ganambarr. Meilleur espoir masculin à Venise en 2018.

The Nightingale

Généralités - 4,0 / 5

The Nightingale (137 minutes) et ses suppléments (46 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier non fourni pour le test, effectué sur check disc.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, en anglais, gaëlique et palawa kani, un dialecte aborigène, avec sous-titres optionnels et le choix entre deux formats audio, DTS-HD Master Audio 5.1 ou Dolby Digital 2.0 stéréo (doublage en français DTS-HD High Resolution 5.1 ou DD 2.0 stéréo).

Bonus - 2,5 / 5

L’histoire et les personnages (28’). Réalisatrice, producteur et acteurs parlent des personnages et de l’intrigue, située dans une page sombre de l’histoire de la Tasmanie. À coloration promotionnelle, cette paraphrase de l’histoire n’ajoute pas grand-chose au visionnage du film.

Dans les coulisses du tournage (18’) La réalisatrice, accompagnée du directeur artistique, de la créatrice des costumes, de la maquilleuse, des acteurs… souligne son souci d’authenticité, avec l’assistance d’un consultant averti des coutumes aborigènes, l’usage du palawa kani, la langue d’une des onze tribus de Tasmanie… Elle justifie le choix du ratio 1.37:1 par son désir de mettre en avant les personnages dans le cadre et d’éviter toute référence au genre du documentaire touristique. Si ce supplément apporte un peu plus que le précédent, il agace par les coups d’encensoirs que s’échangent les membres de l’équipe.

The Nightingale

Image - 5,0 / 5

L’image numérique (1.37:1, 1080p, AVC) avec une bonne définition sur toute la profondeur de champ, même sous la lumière tamisée des scènes en forêt, propose une palette de couleurs délibérément désaturées, sous les ciels souvent bouchés, à l’aune de l’âpre noirceur du récit. La fermeté des contrastes et la densité des noirs assurent un bon confort de vision, dans toutes les conditions d’éclairage.

Son - 5,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale (avec une alternative Dolby Digital 2.0 stéréo) restitue clairement les dialogues. Une donne dynamique et une répartition cohérente du signal sur les cinq canaux créent une convaincante sensation d’immersion dans l’action.

Ce constat vaut pour le doublage, au format DTS-HD High Resolution 5.1, un format rarement utilisé, aujourd’hui désuet. Une alternative Dolby Digital 2.0 stéréo est également disponible.

Crédits images : © Causeway Films, Made Up Stories

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 21 mai 2021
The Nightingale, Prix spécial du jury à Venise en 2018, nous arrive directement en vidéo. Un captivant film d’aventures, sur le thème de la vengeance, situé en Tasmanie au début du XIXème siècle, au temps où l’Empire britannique avait entrepris l’élimination des aborigènes.
À découvrir.

Lire les avis »

Multimédia
The Nightingale
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus