Les Contes de Canterbury (1971) : le test complet du DVD

Racconti di Canterbury, I

Réalisé par Pier Paolo Pasolini
Avec Hugh Griffith, Laura Betti et Ninetto Davoli

Édité par Carlotta Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 24/11/2002
Critique

Un an après l’illustration du recueil des contes de Giovanni Boccaccio, Il decameron, Pier Paolo Pasolini s’attache, en 1971, à réaliser une évocation des Contes de Canterbury, écrits par Chaucer au cours de la seconde moitié du XIVe siècle, quelques années seulement après Il decameron.

Il choisit huit contes, destinés à distraire les voyageurs sur la route de Canterbury.

Le conte du marchand, nous dit l’histoire d’un riche commerçant, January (solidement campé par Hugh Griffith, avec son oeil égrillard) qui, réalisant son grand âge, décide de se marier. Mais ni à une femme instruite, ni à une vieille femme de 30 ans, mais à une toute jeune. Il pense toutefois que May (délicieusement interprétée par Josephine Chaplin) est beaucoup trop jeune pour faire une épouse. Mais il se ravise aussitôt qu’il aperçoit… les fesses de la pucelle ! Pour son infortune, il n’est pas tombé sur une oie blanche ; de plus, il devient aveugle. La jeune épouse a vite fait de profiter de la situation et de s’abandonner aux étreintes de Damien, un jeune et beau soupirant. Mais la cécité de January n’était que passagère et il surprend les deux tourtereaux dans une position sans équivoque. Pourtant, May a la présence d’esprit de le convaincre qu’il a eu une hallucination, comme cela arrive souvent… aux aveugles qui recouvrent la vue !

Dans le conte du cuisinier, Ninetto Davoli (qui joue dans chacun des trois volets de la Pier Paolo Pasolini - La Trilogie de la vie : Le Décaméron + Les Contes de Canterbury + Les Mille et une nuits), rend un hommage explicite à Charlie Chaplin, en interprétant Perkin, un vagabond farceur, qui conduit inexorablement tous ses poursuivants à un plongeon dans la rivière au moment où ils croient mettre la main sur lui.

Pasolini fait une lecture sans fard d’une oeuvre ribaude en diable où l’on rote et l’on pète sans vergogne, où les mauvais penchants de la nature humaine et son formidable appétit pour la vie sont crûment exposés. C’est Pasolini lui même, dans la peau de Chaucer, qui assure la transition entre deux contes.

« Les contes de Canterbury » sont de la même veine que ceux du « Decameron », encore un peu plus truculents, avec plus de fantaisie dans les costumes, étincelants de mille couleurs. Le tout filmé en Angleterre, en décors naturels.

Généralités - 4,5 / 5

Un grand coup de chapeau à Carlotta Films pour la superbe présentation du digipack, illustré de photos dans un camaïeu de tons lie-de-vin, reprises sur la sérigraphie des disques et, avant tout, pour la qualité de la restauration !

Pas la moindre anicroche avec les menus, clairs et esthétiques. Le découpage en 10 chapitres, avec vignettes animées et sonorisées, permet d’accéder sans faillir au conte de son choix. On peut, à la volée, passer de l’italien au français, afficher ou masquer les sous-titres français.

Un magnifique hommage à Pasolini, dans une belle édition, du niveau de celle de Salò ou les 120 jours de Sodome, due au même éditeur.

La version anglaise s’impose, sans l’ombre d’un doute. C’est dans cette langue que le film a été tourné, y compris par les acteurs italiens.

Bonus - 3,5 / 5

L’ami pasolinien : Entretien avec Ninetto Davoli (11’19” - VOST). Cet entretien en italien, illustré de scènes du film, réalisé par Amaury Voslion en 2002, est l’élément essentiel des suppléments, hélas trop chiches pour un film de cette importance. N’oublions pas, cependant, que le meilleur cadeau est la remastérisation quasi-irréprochable du film.
Ninetto Davoli, un des acteurs fétiches de Pasolini et son ami de toujours, nous raconte comment il a évoqué, sans le singer, le « Tramp », le fameux personnage incarné par Charlot et combien les compliments de Josephine Chaplin sur la qualité de sa prestation lui sont allés droit au coeur.

Diaporama de photos (1’57”). Une intéressante sélection de photos extraites du film et de photos de plateau, en noir et blanc et en couleurs, sur fond sonore de chansons napolitaines.

Bande-annonce d’époque en VOST (4’33”).

Image - 4,5 / 5

Restauration correcte : la propreté de la photo, un bon rendu, très stable, des couleurs (un peu plus flatteuses que celles du Decameron), rendent un hommage mérité au soin méticuleux qu’apportait Pasolini à la composition de l’image. On pardonnera une méchante zébrure qui parasite l’écran à 50’48”.

Son - 3,5 / 5

Le son mono d’origine est honnête, malgré quelques saturations occasionnelles. La version anglaise, dite « officielle », est de meilleure qualité que les autres versions, en particulier de la version italienne, dite « originale », desservie par le timbre métallique des voix.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Panasonic 36PG50F 16/9 82 cm
  • Philips 957
  • Panasonic 36PG50F
  • Enceintes frontales Energy XL-16B, arrières Sony SS-SR15, Caisson de graves Pioneer S-W150-S