Eytan Fox : Les moyens-métrages : le test complet du DVD

1990. Réalisé par Eytan Fox
Avec Gil Frank, Hanoch Re'im et Tzufit Grant

Édité par Bach Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 30/07/2015
Critique

Eytan Fox, les moyens métrages

La Perm (After /Time Off) : Yonatan, un jeune soldat est humilié par Erez, son lieutenant. À la veille du déploiement de son bataillon au Liban, le peloton peut profiter d’une journée de permission à Jérusalem. Yonatan croise par hasard Erez et le suit sans se faire remarquer.

Gotta Have Heart : Dans une petite ville d’Israël, des jeunes se retrouvent régulièrement à un cours de danse. Guri va partir à l’école d’architecture de Tel Aviv. Il sort avec une jeune fille, Mitzi, mais ne laisse pas indifférent Nohav.

La Perm (1990) est le film de fin d’études cinématographiques d’Eytan Fox. L’exploration, avec une étonnante économie de dialogues, des relations ambiguës entre deux hommes, une oscillation entre mépris et attirance, c’est aussi l’ébauche de Yossi & Jagger (2002) qui commencera à lui assurer une réputation internationale et qui aura une suite, réalisée dix ans après, Yossi.

Entre temps, sont sortis Tu marcheras sur l’eau (Walk on Water, 2004) sur la traque d’un ex-nazi par un agent du Mossad, et The Bubble (2006) sur la vie, les moeurs et les opinions politiques d’un groupe de jeunes de Tel Aviv. Son dernier long métrage, Cupcakes (2013), une sorte de comédie musicale, montre un groupe d’amis surpris d’avoir été sélectionnés pour défendre les couleurs de leur pays dans une compétition internationale de la chanson.

Ces cinq longs métrages sont tous disponibles sur DVD. Ne manque que Le Chant des sirènes (Shirat Ha’Sirena, 1994).

L’oeuvre d’Eytan Fox, porte drapeau du cinéma gay israélien, nous amène à nous souvenir de son prédécesseur, Amos Guttman.

La représentation différente qu’ils donnent de l’homosexualité tient à l’évolution des moeurs. La plupart des films d’Amos Guttman ont été réalisés avant la dépénalisation de l’homosexualité, intervenue en 1988 en Israël. Alors que les personnages de son cinéma sont tous des marginaux, ceux d’Eytan Fox sont bien intégrés dans la société, même s’ils peuvent rester attentifs à ce que leur orientation sexuelle ne soit pas étalée au grand jour.

Gotta Have Heart est, à cet égard, emblématique de l’évolution du regard sur l’homosexualité : Guri, qui a fait croire que Mitzi était sa petite amie, choisit finalement de faire tomber le masque en invitant Nohav pour la dernière danse.

Ces deux moyens métrages, contenant l’esquisse des éléments qui constitueront le cinéma d’Eytan Fox, sont une aide précieuse à la connaissance du cinéaste proposée par Bach Films.

Eytan Fox, les moyens métrages

Technique - 7,5 / 10

Présenté dans un fin digipack noir illustré de photos des films, le DVD-9 s’ouvre sur un menu fixe et musical. Les deux films sont présentés en version originale avec sous-titres français incrustés dans l’image, un peu trop haut placés.

En supplément, une présentation d’Eytan Fox (19’) par Yannick Delhaye, critique et documentariste. Il passe rapidement en revue les autres films d’Eytan Fox, compare son cinéma à celui d’Amos Guttman, rappelle le contexte historique de La Perm : l’incursion en 1982 de Tsahal au Liban…

Suit Eytan Fox, un cinéaste dans la bulle (26’), un documentaire réalisé par Yannick Delahaye en 2015, dans lequel interviennent notamment Ariel Schweitzer, historien spécialiste du cinéma israélien, et Thomas Sotinel, critique au Monde. Le document insiste sur la volonté d’Eytan Fox de renverser les tabous en montrant les homosexuels dans des institutions, comme l’armée, mais aussi en révélant, dans The Bubble, la relation sexuelle entre un Israélien et un Palestinien. Il souligne aussi le choix fait par Eytan Fox d’un cinéma « aimable », accessible, qui atteindra un large public, moins radical que celui d’Amos Guttman, resté assez méconnu.

L’image (1.33:1, couleurs), très stable, est, dans l’ensemble, assez propre : les quelques petites égratignures (des rayures horizontales fugaces) se font à peine remarquer. Les couleurs, très fraîches dans Gotta Have Heart, sont juste très légèrement délavées dans La Perm. Contraste et définition sont corrects, un peu faibles occasionnellement dans les quelques scènes de nuit.

Le son Mpeg 2.0 mono, très propre, restitue avec clarté dialogues, ambiance et la musique qui accompagne les deux films. Le spectre reste assez ouvert, avec une bonne dynamique dans les aigus et des basses assez discrètes.

Eytan Fox, les moyens métrages

Crédits images : © Bach Films

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7,5 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 30 juillet 2015
Ces deux moyens métrages permettent de découvrir les débuts d’Eytan Fox, porte-drapeau du cinéma gay israélien, qui réalisera « Tu marcheras sur l’eau » en 2004 et de « The Bubble » en 2008, primé dans de nombreux festivals.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus