Opéras américains : Moby Dick + Show Boat + Porgy and Bess (2009) : le test complet du DVD

Avec Patrick Summers, Jay Hunter Morris et Bill Irwin

Édité par EuroArts

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 05/10/2016
Critique

Opéras américains : Moby Dick

Moby Dick. Le capitaine Ahab, commandant le Pequod, est obsédé par Moby Dick : c’est le nom qu’il a donné au cachalot blanc qui lui a arraché une jambe et qu’il veut capturer contre vents et marées, au risque de mettre en danger la vie de son équipage rassemblant Starbuck, le second, Greenhorn, dont c’est le premier embarquement, Queequeg, un harponneur polynésien, Pip, le mousse et tous les autres matelots.

Show Boat. Le capitaine Andy Hawks et sa femme Parthy dirigent la revue Cotton Blossom à bord d’un navire basé à Natchez, sur les rives du Mississippi. Les deux acteurs principaux de la troupe, soudainement partis, sont remplacés par leur fille Magnolia, dite Nola, et un bel inconnu flambeur, Gaylord Ravenal. Coup de foudre entre ces deux-là qui convolent en justes noces au nez et à la barbe de Parthy Hawkes.

Porgy and Bess. Un petit port de pêche sur l’île de Kittiwah, Caroline du Sud, au début des années 50. Porgy, un mendiant handicapé, est amoureux de Bess, une jeune femme sous l’emprise de Sportin’ Life, un mauvais garçon. Porgy la défend contre l’agression de Crown, un débardeur…

Ce coffret rassemble une sélection de productions du dynamique Opéra de San Francisco, inauguré en 1932, trois oeuvres emblématiques de l’art lyrique américain : Show Boat, une comédie musicale composée par Jerome Kern sur un livret adapté par Oscar Hammerstein II du roman d’Edna Ferber et créée à Brodway en 1927, Porgy and Bess, composé en 1935 par George Gershwin sur un livret d’Ira Gershwin et de DuBose Heyward et Moby Dick, composé par Jake Heggie en 2010 sur un livret de Gene Scheer, inspiré du roman écrit par Herman Melville en 1851.

Moby Dick propose une partition riche et aérienne, aux accents wagnériens, qui réussit à se hisser au niveau de deux autres opéras de Benjamin Britten inspirés par la mer, Peter Grimes (1945) et Billy Budd (1951, d’après une nouvelle de Herman Melville). La folie du capitaine Ahab a aussi inspiré une bonne cinquantaine d’adaptations pour le grand et le petit écran, dont le fameux Moby Dick réalisé par John Huston en 1956 avec Gregory Peck. Le livret, réduisant à 60 pages les 600 du roman, se résume au récit de la vie à bord du Pequod, brille par deux touchants duos entre Grenhorn et Queequeg, puis entre Starbuck et Ahab, ce dernier montrant la double nature du capitaine, tout à la fois père aimant et monstre aveuglé par son désir de vengeance. Une oeuvre à découvrir.

Porgy and Bess est une brillante démonstration du talent de George Gershwin qui réussit à associer à une partition d’une richesse ravélienne, jazz et negro spirituals, avec des mélodies qui sont devenues des standards impérissables, comme It Ain’t Necessarily So, I Got Plenty of Nothing et, surtout, Summertime. Qu’aurait-il pu nous offrir encore s’il n’avait pas disparu à l’âge de 39 ans ?

Show Boat est la plus légère des trois oeuvres présentées, un vaudeville où les dialogues se substituent aux récitatifs des deux opéras, où l’humour et la bonne humeur dominent (le mélodrame du début de l’acte II est vite estompé). La composition de Jerome Kern déborde de vitalité et d’inspiration. La conjugaison de son talent avec celui du librettiste Oscar Hammerstein nous a valu une chanson immortelle, Ol’ Man River.

Ces trois interprétations ont en commun une valeur artistique qui en fait des références grâce à des solistes de réputation internationale, Eric Owens et Laquita Mitchell pour Porgy and Bess, Jay Huntert Morris et Stepehn Costello pour Moby Dick, Heidi Tober, Michael Todd Simpson et Bill Irvin pour Show Boat. Mais aussi grâce au haut niveau de professionnalisme du San Francisco Opera Orchestra, de son choeur et de son corps de ballet, à la délicatesse et à la précision de la baguette de John DeMain et de Patrick Summers (pour Moby Dick), au style des décors, à la rigueur de la mise en scène…

Opéras américains : Show Boat

Technique - 7 / 10

Chacune des oeuvres, Moby Dick (142 minutes), Porgy and Bess (158 minutes) et Show Boat (144 minutes), tenant sur un DVD-9, est complétée pas un DVD-5 de suppléments. Trois formats audio sont proposés, Linear PCM stéréo, Dolby Digital 5.1 et DTS Digital Surround 5.1.

Les disques, les premières livraisons en France de l’éditeur EuroArts, sont logés, deux par deux, dans trois boîtiers de 14 mm glissés dans un mince étui cartonné, avec un livret illustré de 12 pages indiquant la distribution, le découpage par scène, suivies, en anglais, français et allemand, d’un synopsis et d’intéressants articles, de John DeMain pour Moby Dick et Show Boat, de Francesca Zambello, metteur en scène pour Show Boat, et de David Gockley, directeur général du San Francisco Opera pour Porgy and Bess.

Attention : les DVD sont toutes zones, mais au standard NTSC !

Sous-titres disponibles en anglais, français, allemand, espagnol, italien et coréen. Aucun sous-titre, malheureusement, pour les suppléments !

En supplément, pour chaque oeuvre, une série d’entretiens avec les principaux interprètes, d’un intérêt variable, glissant trop souvent vers la promotion. Sortent surtout du lot les interventions du chef d’orchestre John DeMain. La durée cumulée des bonus et de 51 minutes pour Moby Dick, 33 minutes pour Show Boat et 29 minutes pour Porgy and Bess. Rappel : pas de sous-titres !

L’image (1.78:1) est propre, sans bruit vidéo ni défaut de compression. Un manque de netteté se fait sentir dans les plans larges, les couleurs sont légèrement délavées, principalement dans Porgy and Bess qui affiche une dominante ambrée. Les contrastes sont assez fermes, notamment pour Moby Dick, avec des noirs qui gagneraient à être plus denses.

Le son (Linear PCM stéréo, Dolby Digital 5.1 et DTS Digital Surround 5.1) est, lui aussi très propre, sans souffle réellement audible, mais avec un spectre concentré dans le medium et des basses manquant un peu de puissance et de fermeté. Le format DTS assure un sensible gain de dynamique.

Opéras américains : Porgy and Bess

Crédits images : © EuroArts

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7 / 10
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 5 octobre 2016
Moby Dick, un opéra composé par Jake Heggie en 2010, Porgy and Bess, une des plus belles œuvres de George Gershwin et Show Boat, l’opérette de Jérôme Kern, voilà trois productions du San Francisco Opera qui s’inscrivent parmi les versions de référence. Une des premières livraisons en France de la compagnie internationale EuroArts extraites d’un riche catalogue de musique classique et de jazz.

Lire les avis »

Multimédia
Opéras américains : Moby Dick + Show Boat + Porgy and Bess
Extrait 1 VO
Opéras américains : Moby Dick + Show Boat + Porgy and Bess
Extrait 2 VO
Opéras américains : Moby Dick + Show Boat + Porgy and Bess
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus