Ténèbres : le test complet du DVD

Tenebre

1982. Réalisé par Dario Argento
Avec Anthony Franciosa, Daria Nicolodi et John Saxon

Édité par TF1 Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 03/07/2000
Critique

Après les frissons baroques de « Inferno », Dario Argento revient au « giallo » avec une histoire particulièrement perverse, où les vacances romaines d’un auteur de best-sellers sont troublées par un assassin qui copie les meurtres décrits dans le dernier roman de l’écrivain. Argento invente ici un nouveau sous-genre : le thriller high tech. Plus personne n’est à l’abri : ni dans des villas baignées par la lumière au néon, ni en plein jour. « Ténèbres » s’offre le plaisir sadique de dessiner des corps plastiques et sexuels, pour mieux les trucider dans un crescendo horrifique (en comparaison, le gore des Scream est fait par des lavettes..). Ici, l’esthétique et la musique des Goblin (qui signent sous leurs noms de famille) règnent en maîtres suprêmes : admirez l’usage de la Louma, le dernier jouet d’Argento. Et le final nihiliste se trouve déjà dans les annales et les coeurs des amateurs du « giallo ». Au rayon des anecdotes, Eva Robins (la fille aux chaussures rouges) est l’un des plus célèbres transsexuels italiens. L’aviez-vous déviné ?

Généralités - 4,5 / 5

TF1 confirme sa suprématie dans les packagings et les fabrications de ses DVD. Le film reste roi, mais une atmosphère ludique gagne les interfaces de navigation. Les menus ne sont pas aussi virevoltants que ceux de L’Oiseau au plumage de cristal et Le Chat à neuf queues, mais ils reprennent le thème de la chaussure rouge sadomaso, et bien sûr, les musiques des Goblin. Les personnes qui ont conçu les menus et le disque aiment sincèrement les films d’Argento ! La joie est néanmoins tempérée par un assemblage de suppléments inférieur à celui de l’édition Z1 d’Anchor Bay. Mais l’essentiel est là : l’oeuvre intemporelle de Argento, dans sa version « uncut » (un détail important à souligner).

Bonus - 2,5 / 5

Un assemblage similaire aux autres DVD de Dario Argento de l’éditeur (au fait, pourquoi n’avoir pas créé une collection ?). Une interview audio du réalisateur, sa filmographie et les biographies des interprètes. Mais on pleure toujours l’absence du commentaire audio et des autres bijoux présents sur le Z1.

Image - 3,0 / 5

Le temps s’est révélé inclément avec l’état de santé des masters. TF1, qui emploie un bitrate fixe sur ce disque (étonnant..), s’efforce de maintenir le chroma au néon très sophistiqué de « Ténèbres ». Le résultat est variable, avec des parties un peu instables, et d’autres de bonne qualité.

Son - 4,0 / 5

A différence de la piste italienne (mono), la VF offre une restitution en stéréo assez surréelle. La musique est clairement l’élément moteur du film, et elle n’hésite pas à envahir par son dynamisme les dialogues. Si vous êtes un fan des Goblin, vous serez aux anges.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony 715
  • Teac AG D-9300
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus