C'était De Gaulle : le test complet du DVD

Réalisé par René-Jean Rouyer

Édité par Editions Montparnasse

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 16/09/2002
Critique

L’Histoire à travers de ceux qui l’ont vécue et côtoyée. Alain Peyrefitte - décédé en 1999 - fut l’un des confidents du Général De Gaulle et occupa plusieurs fonctions ministérielles dans la période contrastée de la guerre d’Algérie, les expérimentations nucléaires, mai 1968 et la chute du Général dans son deuxième septennat.

Peyrefitte publia deux tomes (en 1994 et 1997) sur ses longues conversations avec De Gaulle. Ce sont les bases de ce triple documentaire, qui ouvre les archives officiels et les mémoires collectives, et dresse un portrait complexe mais stimulant d’un des hommes clé du Vingtième siècle.

Alain Peyrefitte n’était pas qu’un biographe malgré lui - il était aussi un conteur hors pair : un homme qui ne se contentait pas de lire les pages d’histoire, mais les enrichissait des inflexions et de la couleur de ses protagonistes. Dans cet aspect, « C’était De Gaulle » devient un documentaire vivant et captivant, et un outil essentiel pour revisiter les grands enjeux de la France.

Le seul handicap de « C’était De Gaulle », est qu’il s’agit d’un document à usage fermé, dédié tout particulièrement à ceux qui ont participé ou se souviennent. Le programme donne pour escompté certains faits et événements de l’histoire contemporaine de la France, qui paraîtront plus obscurs lorsqu’ils sont vus de l’extérieur. A noter aussi quelques déséquilibres sur le troisième documentaire, tourné 5 ans après les deux premiers et juste quelques semaines avant la mort d’Alain Peyrefitte. On aurait voulu en savoir davantage sur mai ‘68 et sur le référendum qui contrait De Gaulle à la démission.

Généralités - 3,0 / 5

Packaging et format typiques pour ce type de programme. Mais tout de même un minimalisme plus étriqué que d’habitude : les menus sont fixes et muets, et le « chapitrage historique » tient plus de l’argumentaire marketing que d’autre chose.

Bonus - 1,0 / 5

La richesse du triple documentaire aurait pu (et dû) être élargie par des repères historiques. Ca aurait été un excellent support au programme, notamment pour les vidéophiles étrangers qui ne sont pas versés dans l’histoire contemporaine de la France.

Au lieu de ça, il faudra juste se contenter des bandes- annonces de Un Coupable idéal et Massoud l’Afghan.

Image - 3,0 / 5

Une qualité variable selon l’état des sources des archives (le plus souvent en noir et blanc). Le DVD se contente de retranscrire le document original, et l’état piteux de quelques extraits n’est pas imputable à l’encodage.

Son - 3,0 / 5

Si la qualité sonore est comparable aux documents de ce type, le mixage de la voix-off est parfois couvert par le son d’ambiance. Heureusement, cela s’arrange un peu par la suite. Paradoxalement, si on éteint l’ampli, le son de la TV paraîtra plus intelligible.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony 300
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus