Game of Thrones (Le Trône de Fer) - Saison 3

Game of Thrones (Le Trône de Fer) - Saison 3 (2013) : le test complet du Blu-ray

Game of Thrones

Réalisé par Daniel Minahan
Avec Peter Dinklage, Nikolaj Coster-Waldau et Lena Headey

Édité par HBO

Voir la fiche technique

Critique

Le combat pour le trône continue. Dans un pays où l’été peut durer plusieurs années et l’hiver toute une vie, des forces sinistres et surnaturelles se pressent aux portes du Royaume des Sept Couronnes. Le statu quo n’existe pas au royaume du trône de fer. Les Lannister ont gagné une bataille, mais ils n’ont pas encore gagné la guerre, car ce n’est que d’un cheveu qu’ils ont repoussé les troupes de Stannis Baratheon lors de l’assaut sur Port-Réal. Et malgré son rôle crucial dans cette victoire, Tyrion a été démis du poste de Main du Roi… mais il ne compte pas en rester là. Au Nord, tandis qu’une mystérieuse armée se dirige vers le Mur, Jon Snow va rencontrer le chef des sauvageons. Quant à la princesse Daenerys, toujours plus avide de revanche, elle a retrouvé ses dragons et regroupe maintenant une armée de l’autre côté de la mer. Au jeu des trônes, plus que jamais, il faut vaincre ou périr…

GAME OF BLOOD

Le rouleau compresseur Game of Thrones semble ne plus pouvoir s’arrêter. Les audiences continuent d’exploser un peu partout sur la planète, les fans sont de plus en plus mobilisés autour de leur série fétiche, et tout ça avec seulement 3 saisons de 10 épisodes ! Même George R.R. Martin, l’auteur de la saga adaptée ici, et qui est aussi co-producteur exécutif, na tarit pas d’éloge concernant David Benioff et D.B. Weiss, créateurs, producteurs exécutifs et scénaristes de la série (et même réalisateur dans le cas de Benioff). Il précise même que les deux hommes arrivent à dépasser son propre côté sombre en propulsant certaines scènes bien au-delà de l’intensité qu’il leur avait donné dans les livres. On pense ici tout particulièrement aux Noces Pourpres, scènes clé de l’épisode 9 de la saison « Les pluies de Castamere ». Le fameux épisode 9 qui est devenu une signature de la série avec à chaque fois de grands mouvements narratifs et une redistribution violente des cartes.

Mais d’autres épisodes marquent également les esprits dans cette saison 3 de Game of Thrones. L’épisode 4, superbe première plaque tournante de la saison où la Garde de Nuit traverse une crise sans précédent et où Daenerys fait preuve d’une détermination toujours plus grande ; l’épisode 6 et son impressionnante escalade du fameux Mur ; l’épisode 7 et les aveux poignants de Jaime Lannister concernant sa réputation de « tueur de roi »… on n’en dira pas plus sans risquer de révéler à l’avance des surprises et autres éléments clés de la saison.

Comme à chaque saison, on peut saluer l’arrivée de certains nouveaux personnages avec en particulier Diana Rigg (la Emma Peel de Chapeau melon et bottes de cuir) dans le rôle d’Olenna Tyrell, la matriarche qui n’a pas sa langue dans sa poche ; ou encore Iwan Rheon (Misfits) dans le rôle de Ramsay Snow qui torture Theon Greyjoy d’une façon extrêmement brutale. D’autres personnages introduits précédemment prennent de l’ampleur, comme Margaery Tyrell qui s’élève dans la sphère royale de Port-réal ou Brienne of Tarth interprétée par l’immense (1,91 m) et époustouflante Gwendoline Christie qui escorte Jaime Lannister.

L’intensité des acteurs est saisissante, les effets spéciaux continuent d’être bluffants, la musique appuie toujours magnifiquement drames et actions, les décors naturels restent un atout de taille, et le détail apporté à chaque costume, accessoire ou élément de décors est digne d’un Seigneur des Anneaux. Le tout fait que cette productions se déguste de plus en plus comme une saga de moyens métrages épiques et bouleversants et non plus comme une simple série.

On attend désormais le prochain chapitre dans un mélange d’excitation et de crainte, tant Game of Thrones sait jouer autant avec notre plaisir qu’avec nos nerfs…

Généralités - 4,5 / 5

Exit le noir des deux premières saisons, le packaging de cette saison trois porte une robe blanche, tel un marbre, avec une structure qui reste la même, à savoir un boîtier Blu-ray à intercalaires qui accueille les 5 disques, un fourreau au carton très épais pour protéger le boîtier, le tout glissé dans un surétui qui est cette fois transparent et porte l’ombre d’un dragon… très réussi !

Les menus conservent par contre cette curieuse structure qui consiste à proposer un accès à tous les bonus sur tous les disques, même si lesdits bonus sont sur un autre disque, provoquant bien évidemment des invitations à changer de galette. De plus, à moins de se référer aux sérigraphies des disques, il n’y a aucun moyen de savoir quels épisodes sont présents sur chaque disque.

Un nouveau livret-poster est également proposé avec liste et résumés des épisodes sur le recto et un croquis de la salle du trône de Port-réal sur le verso.

Le soin apporté à cette série reste donc de haute tenue, même si l’on déplore une nouvelle fois l’absence de son HD en VF et de sous-titres sur les commentaires audio.

Bonus - 4,5 / 5

L’interactivité poussée reste au coeur des éditions Blu-ray de Game of Thrones.

Le guide des épisodes propose toujours 3 types de contenus en cours de visionnage : fiches personnages, fiches lieux et histoires vidéos en rapport avec ce qu’il se passe à l’écran. Ainsi, vous n’aurez seulement accès qu’aux éléments déjà abordés ou dévoilés par l’épisode en cours.

Les pluies de Castamere dévoilé est un super making of façon Maximum Movie Mode où l’épisode se déroule tandis que des fenêtres surgissent pour laisser la parole aux acteurs et autres membres de l’équipe de la série pour révéler tous les secrets de cet épisode capital et de la série en général. De petits modules supplémentaires sont accessibles en cours de lecture. Trois fins différentes sont proposées avec, en alternative au Maximum Movie Mode, un focus en compagnie des producteurs exécutifs ou la fin normale de l’épisode. Ce bonus aligne à lui seul 2 heures de contenus.

Histoires et traditions est une collection de 16 modules vidéo sur la mythologie de Westeros façon storyboards animés avec les voix des personnages de la série (assurées par les acteurs). Ce sont ces mêmes modules auxquels on accède pendant le guide de l’épisode, une façon pour les plus pressés de tout découvrir en un même endroit.

Les racines de Westeros reprend quelques modules vidéo du bonus précédent, y ajoute de nombreuses fiches texte sur les histoires, les personnages et les lieux de la série, au sein d’une interface 3D magnifique. Il y a là de quoi étancher la soif de connaissance des plus curieux.

La tempête approche est une façon pour les acteurs et l’équipe de la série de souligner les événements marquants de la saison 2, une bonne façon de se remettre dans le bain avant d’attaquer la saison 3 et un bon compagnon du résumé classique des deux saisons précédentes accessible dans le sous-menu de l’épisode 1.

3 modules assez courts mais toujours riches d’informations se chargent de vous présenter les nouveaux personnages de la saison 3, d’en savoir plus sur le monde des sauvageons et aussi sur le rôle hautement politique des mariages à Westeros.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’y a que peu de scènes coupées ou rallongées, un petit quart d’heure pour 5 scènes dont une où Tywin Lannister donne au Grand Maître Pycelle l’occasion de sortir du rôle de vieillard décrépi derrière lequel il se cache… savoureux.

On termine avec les commentaires audio, de petites perles blindées d’informations sur la production ou de complicité entre les acteurs et les membres de l’équipe, mais malheureusement réservés, comme à l’accoutumée chez Warner, aux seuls anglophones. Aucun n’est à conseiller plus que les autres, ils sont tous indispensables.

Et voilà comment vous pourrez occuper au minimum 15h30 !

Pas de signe d’oeufs de dragons cachés comme dans les saisons précédentes.

Image - 5,0 / 5

La captation numérique de cette série permet, une fois correctement encodée comme c’est le cas avec cette édition Blu-ray, de profiter d’images stupéfiantes de précision, de contraste et de richesse. Les entrées de lumières, la poussière, les textures, les détails du moindre élément de décor, la moindre cicatrice… l’oeil ne sait plus où se poser tant le spectacle est total.

Son - 4,5 / 5

Il faut malheureusement se rendre à l’évidence, Warner ne semble pas changer dans l’avenir proche sa politique anti-HD sur les VF de ses Blu-ray. Il faudra donc « supporter » encore une fois avec cette saison que la version française ne soit encodé qu’en DTS standard 5.1 (ce qui est déjà une avancée certaine face à l’habituel Dolby Digital). Le mixage y perd en efficacité et le doublage termine de ternir le tableau. La VOST, en revanche, forte de son encodage DTS-HD Master Audio 5.1, ravage tout sur son passage. Des basses profondes, des détails sonores dans toutes les enceintes… ambiance garantie !

Crédits images : © HBO

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
3
4
1
3
0
2
0
1
1

Je donne mon avis !

Avatar
ouioui
Le 19 mars 2016
Pas de commentaire.
Avatar
Bass
Le 20 avril 2014
Comme d'habitude, rien à dire sur le contenu.
Par contre pour le contenant ... Pour ma part j'ai du me contenter du modèle sans sur-étui et surtout un fourreau moins épais que les précédentes saisons. Pas très esthétique et pour le même prix ! Sur le coup je ne comprend pas trop ce qui est passé par la tête des distributeurs.
Avatar
Giuseppe Salza
Le 16 avril 2014
Pas de commentaire.

Lire tous les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus