Daredevil - Saison 1 (2015) : le test complet du DVD

Daredevil

Réalisé par Phil Abraham
Avec Charlie Cox, Deborah Ann Woll et Elden Henson

Édité par Marvel

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 27/10/2016
Critique

Daredevil - Saison 1

Matthew Murdock, aveugle depuis l’âge de dix ans, ouvre avec son camarade d’université Franklin « Foggy » Nelson un cabinet d’avocats à Hell’s Kitchen, un quartier difficile du West Side de Manhattan, là où il est né. Matt, la nuit, se transforme secrètement en un justicier particulièrement redoutable grâce aux sens qu’il a développés pour compenser sa cécité. Son pire ennemi est Wilson Fisk, un promoteur immobilier, lui aussi natif de Hell’s Kitchen : il veut transformer le quartier et ne recule devant aucun moyen pour évincer les occupants d’immeubles anciens. Matt sauve de la mort Karen Page, une jeune femme qui deviendra la secrétaire du cabinet Nelson & Murdock.

Daredevil (Série) est l’adaptation d’un roman graphique créé en 1964 pour Marvel Comics par Stan Lee et Bill Everett, dont le héros est inspiré de Bart Hill, un personnage muet imaginé en 1940 par Don Rico et Jack Binder. Daredevil poursuit son combat contre le crime organisé en 1979, grâce au dessinateur et scénariste Frank Miller qui assombrit le personnage et le climat de ses aventures.

D’autres titres ont assuré dans l’univers de la bande dessinée la renommée de Frank Miller. Il s’est, notamment, investi dans l’écriture de l’adaptation cinématographique d’Elektra, de Batman: Year One, 300… Il est aussi passé derrière la caméra pour Sin City et Sin City 2 : J’ai tué pour elle qu’il a coréalisés avec Robert Rodriguez, et pour The Spirit qu’il a dirigé seul.

Daredevil - Saison 1

On retrouve Frank Miller dans l’équipe de scénaristes de Daredevil (Série) placés sous la houlette de Drew Goddard, créateur, showrunner et producteur exécutif de la série. Le scénario approfondit la personnalité de Matt par divers flashbacks sur son enfance, sur son éducation aux arts martiaux et complexifie le portrait du personnage : si le superhéros a développé d’extraordinaires capacités physiques et sensorielles que lui envieraient les voyants, il doit lutter pour maîtriser sa violence.

De même, si Wilson Fisk est un vilain de la pire espèce, des flashbacks expliquent aussi comment il en est arrivé là et l’image projetée de lui dans le scénario finit par se brouiller quand il tombe amoureux.

La large place que réserve la série aux personnages principaux, la sophistication des dialogues lui donnent un intérêt qui dépasse largement celui qu’aurait pu procurer une exploitation plus simpliste du thème du superhéros. L’action ne perd pas pour autant ses droits grâce à une succession, à la limite excessive, de combats rappelant les films de sabre.

La distribution contribue aussi à donner de l’épaisseur aux personnages. On peut être moyennement convaincu par la présence sur l’écran de l’Anglais Charlie Cox, titulaire du rôle-titre : il paraît assez terne dans les scènes où son visage est démasqué, mais se remue comme un diable (on n’en attendait pas moins de lui !) dans les scènes d’action. Face à lui, Vincent D’Onofrio rend très inquiétante la brutalité du personnage. Et, quelle délicieuse surprise de revoir dans ce monde de brutes Deborah Ann Woll, la « babyvamp » Jessica de True Blood !

Les angles, les cadrages, l’éclairage et le montage rappellent les codes de la bande dessinée, tout comme le choix des décors (bureaux aux grandes baies vitrées donnant sur la ville, entrepôts lépreux, souterrains…) et des extérieurs, tournés à Manhattan et à Brooklyn.

Daredevil (Série), une série adulte (avec une exposition de la violence qui lui a valu une interdiction aux mois de 15 ans au Royaume Uni et aux moins de 16 ans en Allemagne) qui ne pourra pas laisser indifférents les sériphiles. La saison 2 a été diffusée par Netflix au printemps 2016 et une saison 3 a été commandée.

Daredevil - Saison 1

Technique - 7,5 / 10

Daredevil (Série), saison 1 (13 x 52 minutes) tient sur quatre DVD-9 logés dans un boîtier de 14 mm glissé dans un fourreau. Le menu animé et musical propose le choix entre version originale et deux doublages, en français et en allemand. Les trois versions sont au format Dolby Digital 5.1.

Sous-titres français, allemands ou anglais (pour malentendants). Pour les assez nombreuses scènes avec des dialogues en russe, en mandarin ou en japonais, s’imposent des sous-titres en anglais incrustés dans l’image.

Une fois de plus, c’est devenu une litanie, on regrettera l’absence en France de l’édition Blu-ray disponible en Amérique, au Royaume Uni et en Allemagne.

Aucun supplément, mais un remarquable générique, avec des structures invisibles que fait progressivement apparaître un nappage rouge : des gratte-ciel, le pont de Brooklyn, une statue de la justice, celle d’un ange et, bien sûr, celle du diable !

L’image (1.1.78:1) est solidement contrastée, avec des couleurs lumineuses, délicates, et des noirs denses. Léger manque de précision, toutefois, dans les plans larges, défaut dont est peut-être exempte l’édition Blu-ray.

Le son Dolby Digital 5.1 de la version originale, avec un spectre très ouvert, une forte dynamique et une distribution efficace et cohérente sur les cinq voies offre tout ce que peut donner le DVD. Les dialogues du doublage en français sont un poil trop en avant.

Daredevil - Saison 1

Crédits images : © ABC Studios, DeKnight Productions, Goddard Textiles, Marvel Entertainment, The Walt Disney Company

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7,5 / 10
Avis

Moyenne

2,3
5
1
4
0
3
0
2
0
1
2

Je donne mon avis !

Avatar
Compte utilisateur désactivé
Le 2 novembre 2016
"Une fois de plus, c’est devenu une litanie, on regrettera l’absence en France de l’édition Blu-ray disponible en Amérique, au Royaume Uni et en Allemagne."

Et bien sûr les éditions us, uk et allemande n'ont ni vf ni sous-titres français, donc c'est double punition pour nous : (
Avatar
Philippe Gautreau
Le 27 octobre 2016
Daredevil, particulièrement bien mise en scène et filmée, manie avec élégance les codes graphiques de la bande dessinée. De plus, un scénario adulte donne vie à des personnages torturés par des conflits intérieurs, tiraillés entre le bien et le mal. Une série à part.
Avatar
francky75
Le 10 octobre 2016
BRAVO The Walt Disney Company France pas de sortie BLU-RAY (les fans pas content)

Lire les avis »

Multimédia
Daredevil - Saison 1
Bande-annonce VOST
Daredevil - Saison 1
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus