Tank Girl : le test complet du DVD

1995. Réalisé par Rachel Talalay
Avec Lori Petty, Ice-T et Naomi Watts

Édité par MGM / United Artists

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 01/04/2002
Critique

Anarchy in Hollywood. Lori Petty est ses copains se retrouvent au coeur d’un petit mastodonte de SF pour le moins.. déroutant, avec un esprit 100% bitchy et riot grrrrrl.

A l’instar de Judge Dredd, « Tank Girl » est l’un des films SF le plus mal aimés (ou pas assez) des derniers temps, pour des raisons aussi sibyllines que - exemple - de savoir pourquoi en Occident on écrit de la gauche vers la droite, et pas vice-versa. « Dredd » avait au moins la pseudo-justification de ne pas être fidèle à la BD dont il était tiré. Mais l’esprit de « Tank Girl » est si proche des comics d’Hewlett/Martins au point d’être carrément destroy.

Réalisé par Rachel Talalay, l’une des marraines de la saga de Freddy Krueger, passée depuis à la mise en scène de quelques épisodes de .. hum .. Ally McBeal, « Tank Girl » a le look & feel des lendemains d’un marathon de grunge et trash metal. Il suffit d’y ajouter une anarchie MadMaxienne, des soldats- kangourous mutants, le sempiternel Malcolm McDowell, Courtney Love à la production de la B.O., et on est en plein dedans.

Autrement dit, « Tank Girl » n’est pas un film à voir si on aime un cinéma propre et carré, des scénarios qui offrent des parcelles du sens de la vie, des performances suivies par 2 minutes de « t(h)ank you, I luv y’all » aux remises des Oscars, le désir de lire l’histoire au premier degré, et le dédain le plus certifié pour des filles à moitié chauves qui chevauchent des tanks phalliques dans le désert et rêvent de chanter du Cole Porter, avec le même respect que Sid & Johnny pour l’hymne de Sa Majesté la Reine.

Généralités - 3,0 / 5

Des bonus, des commentaires audio, du DTS, du digipack ! Oups… raté, c’était le disque juste à coté. « Tank Girl » sera aussi désertique et post-apocalyptique que les autres fonds de catalogue de l’éditeur. Heureusement que le 5.1 dans toutes les sauces, la sérigraphie sympa et l’excellent rapport qualité-prix élèvent le niveau global.

Bonus - 1,0 / 5

Juste la bande-annonce syndicale en VO - au format 16/9.

Image - 3,5 / 5

Le piqué et les détails ne sont pas du niveau souhaité. Quelques problèmes de fourmillement aussi au niveau des arrière-plans. Mais une colorimétrie assez bonne dans les intérieurs.

Son - 4,0 / 5

Un film à déguster à l’image de sa bande son : à un volume search & destroy. Malgré l’omniprésence du 5.1 dans les cinq sauces, les voies surround seront rarement mises à contribution, et la finesse et le détail ne sont pas le point fort du DVD. Mais un bon fix de dynamique et décibels - surtout sur la VO - compense le tout.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony 300
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
2
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Giuseppe Salza
Le 29 mai 2015
Un film post-apocalytique frappadingue perdu dans les tiroirs de la MGM, et donc a redécouvrir d'urgence. Tiré d'un comics british, Tank Girl est un Mad Max girl power plus punk que cyber, avec une grosse perf de Lori Petty dans le rôle principal.
Avatar
Josquin
Le 9 mars 2006
Adaptation d'un comic culte n'ayant rien de Marvel ou de politiquement correct. Le film est une sorte de chaudron fumant où maints ingrédients bizarres y auraient été jetés à l'aveuglette, dans un esprit résolument anarco-apocalyptique. Des séquences animées viennent s'y intercaler, un peu comme dans Tueurs-Nés, l'année suivante. Un gain de temps et d'argent pour des scènes qui obligeraient à plus de moyens et d'imagination dans leur exécution. Résultat fort peu commun, donc agréable.
L'héroïne incarnée par Lori Petty ( la brunette craquante de Point Break, ici en blonde, avec les mêmes yeux bleus aguicheurs ) bénéficie d'une garde-robe aussi incroyable qu'hétéroclite, imaginée par la styliste punk anglaise Vivienne Westwood. Autant dire qu'à ce sujet on en prend plein les mirettes, comme si Tank Girl était la soeur mauvaise de Reese Witherspoon dans La revanche d'une blonde.
Situations inattendues, coquaces, destroy; humour très sexe, un brin SM; les éléments fondateurs de l'histoire sont particulièrement incongrus, et c'est ça qui est bon. Totalement inconventionnel, conduit à cent à l'heure, qui se fout des codes du genre, à l'instar d'Evil Dead 3 pour le film d'époque, et où l'on retrouve en méchant de service Malcolm McDowell ( Orange Mécanique, Evil Enko ) que le Diable lui-même refuserait d'accueillir en enfer.
On regrette néanmoins l'amputation de la fameuse réplique de l'héroïne : " Qu'est-ce que je fais aujourd'hui ? Je sauve le monde ou je bois une bière ? " Comment une telle chose a pu se produire ? Et pas de making-of ni d'interviews. Sinon, Tank Girl mériterait une note plus avantageuse.

Lire les avis »

Multimédia
Tank Girl
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus