Velvet Goldmine : le test complet du DVD

1998. Réalisé par Todd Haynes
Avec Evan McGregor, Jonathan Rhys Meyers et Toni Collette

Édité par TF1 Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 05/06/2003
Critique

Chargé de rédiger un article sur Brian Slade, star de la scène Glam Rock des années 70, Arthur explore alors l’ascension et la chute de son ancienne idole. Désir, démesure, excès, autant de sentiments exacerbés par la fureur de cette époque phare du rock anglais.

Velvet Goldmine, qui emprunte son titre à une face B de Bowie, chanson hommage au Velvet Underground et à Andy Warhol, raconte l’immersion d’un chroniqueur musical au coeur d’un groupe de Glam Rock des Seventies.

On pourrait tout de suite penser au sympathique et nostalgique Presque célèbre mais Velvet Goldmine est un voyage plus rude dans les souvenirs de jeunesse d’un journaliste des années 80 (est-ce un hasard s’il s’agit de 1984, année phare du reaganisme ?). En outre, la dimension finale que Todd Haynes confère à son film évoque davantage la chanson Heroin de Lou Reed que le rock californien de la même époque !

Injustement boudé lors de sa sortie, car peut-être trop ésotérique ou trop étiqueté glam, ce film demeure un témoignage sincère, excitant et sans complaisance sur cette période phare de la musique rock anglaise. Notons qu’il remporta quand même le Prix de la meilleure contribution artistique à Cannes en 1998 !

Depuis, Todd Haynes a signé l’excellent Loin du paradis formellement éloigné de Velvet Goldmine… quoique… pas tant que ça… car si l’on examine sa filmographie grandissante, Todd Haynes s’affirme peu à peu comme un réalisateur/scénariste dont le cinéma se veut à la fois référencé et inspiré.

Généralités - 3,5 / 5

Un authoring très coloré et flashy, en osmose avec les tons de l’époque. Les menus sont animés, musicaux, clairs et directs. L’ensemble est découpé en 16 chapitres : vignettes étoilées et animées.

Les sous-titres français sont imposés sur la VO (TF1 Vidéo as usual…) et non zappables à la volée… Enfin, on appréciera la sérigraphie plutôt accrocheuse du disque qui reprend la figure de l’idole.

Bonus - 3,0 / 5

Le making of (VOST, 25’) est en réalité davantage un découpage d’interviews qu’une véritable immersion dans le tournage du film. Parmi les interventions de l’équipe du film, on remarquera celle de Michael Stipe (leader du groupe REM et producteur du film). Ce documentaire revient sur l’époque abordée, l’histoire, la musique, le look et le film en lui-même.

Suivent 4 filmographies déroulantes d’Ewan McGregor, de Jonathan Rhys-Meyers, de Toni Colette et de Todd Haynes.

Du classique, pour terminer avec une bande-annonce VOST. Au final, on aurait envie de dire : Peut mieux faire…

Image - 4,0 / 5

Si l’on accepte le postulat de départ, à savoir un léger grain et un aspect parfois terne et délavé de l’image qui lui confère ainsi un côté plus authentique, l’ensemble se tient parfaitement que ce soit en terme de finesse qu’en terme de netteté.

Son - 3,5 / 5

DD 2.0 sur les deux langues et pourtant il y a une grosse différence entre la VO et la VF ! Cette dernière est nettement plus dynamique et claire ! Etonnant !

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Panasonic TX PK20F 16/9 82 cm 100 Hz
  • Sony STR-DE 545
  • Enceintes Sony : frontales (SS MF415), Surround et centrale (SS CR290), caisson de graves Sony SAW M
Note du disque
Avis

Moyenne

3,7
5
1
4
1
3
0
2
1
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 7 juin 2014
Pas de commentaire.
Avatar
Giuseppe Salza
Le 27 août 2013
Pas de commentaire.
Avatar
Gilles
Le 20 août 2003
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus